[Interview] – Potati, le navigateur web dédié aux enfants

Popati

Vous avez une idée ? Trouvez gratuitement des développeurs sur Codeur.com !

Recevez des devis (gratuit)

J’ai été contacté la semaine dernière pour répondre à une étude sur l’utilisation d’Internet par les plus jeunes d’entre nous et quelques autres problématiques liées à cet usage particulier. J’en ai donc profité pour vous présenter POTATI, entreprise à l’origine de cette étude qui travaille sur la création d’un navigateur web dédié aux enfants.

Le navigateur est conçu pour 3-12 ans et qui permet de guider et surveiller l’utilisation d’Internet que font ses enfants. Le but premier n’est bien évidemment de ne pas fliquer ses enfants mais bien de les protéger de l’outil internet qui peut devenir dangereux dans certaines utilisations. Il se veut simple, sécuriser et ludique, même si dans de nombreux cas, certains enfants sont plus à l’aise avec les nouvelles technologies que leurs parents!

Comme à mon habitude, je me suis proposé d’interviewer une personne du projet et c’est Marie-Line Teruel, responsable marketing & communication qui s’y est collé. Je vous retranscris notre échange:

WA: Pouvez-vous vous présenter rapidement?

Mon nom est Marie-Line Teruel et je suis la directrice marketing & communication de The Great Factory, nous développons POTATI.

WA: Pouvez-vous présenter Potati à ceux qui ne le connaîtraient pas encore?

POTATI est un navigateur Web entièrement conçu pour les 3 – 12 ans qui leur permet d’accéder au meilleur du Web en toute sécurité.

Notre système est simple : le logiciel s’ouvre en plein écran, les enfants naviguent sur leurs sites préférés à l’intérieur de POTATI et ils ne peuvent quitter l’interface sans l’aval des parents ce qui assure un ordinateur et une navigation 100% sécurisés.

Les parents sont totalement sereins et continuent d’utiliser IE, Firefox ou Chrome sans modifier leur façon de naviguer.

Les enfants surfent de façon autonome car l’ergonomie de POTATI est totalement adaptée. L’univers est gai, ludique, ils s’amusent, explorent le Web mais aussi développent des compétences (lecture, écriture, calcul …) grâce aux nombreuses activités ludo-éducatives.

WA: Comment ça fonctionne?

Il est important de comprendre qu’avec POTATI la sécurisation du surf de l’enfant est entièrement garantie. Nous fonctionnons sur le système de liste blanche c’est à dire que les enfants n’accèdent qu’à des sites validés par la PotaTeam mais s’ils souhaitent surfer sur un site qui n’a pas été validé ils peuvent faire une demande de manière automatique et simplissime à leurs parents.

Nous avons voulu un système évolutif qui s’adapte à l’âge et aux besoins des enfants, ce qui nous permet d’avoir un service qui plait autant aux tout-petits de 3 ans qu’aux grands de 10 / 12 ans.

WA: D’où vient le nom?

Mais de « POTATI ton pote à toi » !!
Ca ne veut rien dire en particulier mais ça sonne bien, c’est rigolo, les enfants adorent, c’était notre objectif.

WA: Pourquoi et comment avez-vous eu une telle idée?

L’idée vient d’un problème concret des dangers du Web pour les enfants. Bertrand (Directeur Général de POTATI) a cherché des images et des jeux sur le Web en toute naïveté avec son neveu de 6 ans. En l’espace de deux jours il est tombé sur des images choquantes et sur la vidéo de la pendaison de Saddam Hussein. Ces contenus étaient à portée de clic de n’importe quel enfant … quand on a 6 ans, c’est quand même pas top, top ! Suite à cette histoire plutôt choquante, il commence à se renseigner sur les solutions existantes (du style logiciels de contrôle parental). Il s’avère qu’elles ne conviennent pas aux familles et fait d’autant plus grave ne sécurisent pas à 100% le surf des enfants.

Bertrand contacte Christophe, Olivier et moi-même et nous commençons à travailler sur un système simple, ludique, adapté aux besoins des familles et surtout entièrement sécurisé.

WA: Comment vous rémunérez-vous?

Ah vaste question …
Nous avons monté la société sur fonds propres et maintenant comme beaucoup de start-up nous sommes à la recherche de fonds.

WA: Le service est lancé depuis quelques temps, quels sont les retours que vous avez eu depuis?

POTATI est actuellement disponible en bêta privée. Les seuls retours négatifs concernent des bugs ou des défauts d’affichage. Tous ces soucis seront corrigés avec le lancement de la version publique d’ici quelques semaines donc ce n’est pas un souci.

Mis à part ces quelques commentaires que nous comprenons parfaitement, les retours sont justes excellents ! Les enfants et les parents sont H.E.U.R.E.U.X !

Dès le départ nous avons eu le sentiment de créer un outil utile et qui réponde à un vrai besoin qui est de sécuriser le surf des enfants ce qui était en soi extrêmement porteur. Mais la 2ème étape qui a été de lancer le navigateur et de le proposer au grand public a été très profitable pour la PotaTeam. C’est assez dingue parce que les retours des utilisateurs dépassent parfois nos attentes … c’est super agréable et non seulement ça nous conforte mais ça nous pousse aussi à voir plus loin !

WA: Comment vous différenciez-vous de solutions comme Kido’z?

C’est encore un peu tôt pour en parler mais je vais vous révéler un secret. Nous allons développer des modules innovants … la suite au prochain épisode

WA: N’avez-vous pas peur que l’un des acteurs sur le domaine navigateurs web comme Firefox ou Google Chrome sorte une version spéciale enfant pour attirer les parents?

C’est une éventualité, on ne peut présumer de rien … mais je ne pense pas que cela fasse partie de leur priorité. Leurs activités sont nombreuses et variées et leur stratégie semble démontrer qu’ils prennent d’autres directions. Et puis, plus nous arrivons tôt sur le marché plus nous aurons pris d’avance et notre position de leader sera installée.

Après si le secteur les intéresse, ils peuvent toujours essayer de nous racheter, nous étudierons leurs offres 😉

WA: Combien de personnes travaillent actuellement sur le projet et quelles sont leurs fonctions?

Nous sommes 4 co-fondateurs et nous nous connaissons depuis 10 ans. Nous avons travaillé dans la même entreprise à différents postes et nous sommes très complémentaires ce qui fait notre force. Nous connaissons nos défauts, nos qualités … on peut s’énerver et parler franco, entre
nous on ne se gêne plus Mais bon, on se marre beaucoup aussi.

Depuis quelques mois, nous avons intégré des p’tits nouveaux pour nous seconder ce qui apporte un vent de fraicheur dans l’équipe. Plutôt sympa.

WA: Quels sont vos projets à court terme? Long terme?

Nous prévoyons le lancement de la version publique de POTATI fin juin puis de la V1 c’est à dire la version officielle en septembre.
Le système va évoluer, il a un gros potentiel que nous comptons développer au fur et à mesure.

WA: Quel est le souci qui a été le plus dur à combattre?

Pour le moment, nous pouvons nous estimer chanceux, il n’y a pas eu grand chose à combattre …

WA: Si vous aviez un conseil pour les gens qui souhaitent se lancer, quel serait-il?

Unissez-vous ! Trouvez des associés ou des partenaires qui peuvent vous épauler et vous permettre d’aller vite, d’être réactif. J’admire les gens qui arrivent à se lancer seul, je les trouve très courageux mais je me dis qu’on peut difficilement « être au four et au moulin ».

WA: Avez-vous quelque chose à ajouter?

Téléchargez POTATI et testez de vous même.

En tout cas, c’est un très beau projet et c’est tout à l’heure honneur de rendre l’outil Internet accessible aux plus jeunes d’entre nous (de manière simple et sécurisé). Je remercie Marie-Line de s’être prêté au jeu de l’interview et je souhaite une très bonne continuation à POTATI, en espérant qu’ils arriveront à se développer de la manière qu’il le souhaite.

Ai-je des parents dans mes lecteurs? Quelle solution/technique utilisez-vous pour guider et surveiller vos enfants sur Internet?

L’équipe de WebActus.net vous propose tous les jours des articles sur l’univers des startups, du e-commerce et du growth hacking.

Rejoignez la communauté Webactus

Recevez régulièrement les meilleures actus et ressources

Pas de spam, vous pouvez vous désabonner à tous moment.