Le patron d’OVH condamné (par erreur) à 1000 euros pour un article sur Marine Le Pen

Octave, victime d'une erreur judiciaire.

Octave, victime d'une erreur judiciaire.

Au départ, la publication d’un article sur Marine Le Pen dans VSD. Ensuite, une condamnation pour diffamation est prononcée par le tribunal. On apprend ensuite qu’Octave Klaba, le directeur général d’OVH, est condamné à 1000 euros d’amende avec sursis. OVH est le leader de l’hébergement en France comptant des millions de clients.

Vous avez une idée ? Trouvez gratuitement des développeurs sur Codeur.com !

Recevez des devis (gratuit)

Les libertés d’Internet ainsi que la neutralité des hébergeurs nous sont immédiatement venues à l’esprit :

L’article 6-1-1 de la LCEN prévoit le principe de l’irresponsabilité civile et pénale de l’hébergeur quant au contenu des sites hébergés.

On avait donc préparé un bel article pour dénoncer la dérive liberticide de la société envers l’Internet. Après Megaupload, fermé à cause du contenu qu’ils hébergeaient, un dirigeant d’une société qui héberge des millions de sites webs est condamné pour un article qu’il n’a pas écrit. Mais l’histoire ne s’arrêta pas là.

Il s’agit en fait d’une erreur de lecture du site web de VSD par la justice. Octave a été confondu avec le directeur de la publication de VSD web. Il est tout de même scandaleux que se produise une telle faute dans le domaine de la justice.

VSD, qui alerte la justice quant à sa grossière erreur.

On souhaite du courage à Octave, qui dispose maintenant de son propre casier judiciaire. Véritable incompétence de la justice actuelle en matière d’Internet ou simple bourde ? A vous d’en juger.

L'équipe de WebActus.net vous propose tous les jours des articles sur l'univers des startups, du e-commerce et du growth hacking.

Rejoignez la communauté Webactus

Recevez régulièrement les meilleures actus et ressources

Pas de spam, vous pouvez vous désabonner à tous moment.