Les bacheliers autorisé à se connecter à internet?

Examen du baccaleuréat

Examen du baccaleuréat

Avoir chacun son PC et sa connexion à l’école, c’est une très bonne chose. Mais avoir un accès internet durant l’examen du baccalauréat est ce une bonne chose? Le Danemark a décidé d’autoriser, à titre expérimental, les lycéens à accéder au Net pendant leurs examens. Une mesure qui, si les tests sont concluants, pourrait être généralisée en 2011.

Vous avez une idée ? Trouvez gratuitement des développeurs sur Codeur.com !

Recevez des devis (gratuit)

Quand vous faites un devoir à la maison vous avez accès à Internet. Donc, pourquoi en priver les candidats au bac ?“, s’interroge Le Café Pédagogique. Le constat est simple, souligne pour sa part le Guardian : la collecte des informations étant désormais, en grande partie, confiée aux ordinateurs, pourquoi demander aux élèves de mémoriser par coeur des données que l’on peut relativement facilement retrouver sur l’internet ?

Je suis partiellement d’accord avec cette idée. Je trouve ça normal, dans certains cas, de laisser les élèves retrouver les informations sur Internet, cependant je pense que pour toute éducation scolaire il doit y avoir des acquis. Pour avois des acquis, il est obligatoire de passer par une phase d’apprentissage et de bachotage. Il est évident que moi même, je serais incapable de me rappeler de certaines formules que j’ai apprises en terminal mais après une recherche sur internet, je pense être capable de retrouver mes connaissances et pouvoir résoudre le problème. J’ai peur qu’en leur demandant de ne plus apprendre, au moins pour le contrôle, les formules, les élèves soient incapablent de répondre aux problèmes dans les années à venir.

Un autre soucis se pose la plagiat? Il existe des outils pour le repérer, précisent les promoteurs de la méthode. Et pour éviter les risques de tricherie, les élèves n’auront pas le droit d’utiliser de messagerie instantanée, pas plus que les traducteurs automatiques, et leurs écrans seront de toute façon contrôlés, de manière aléatoire, par des surveillants.

Il existera de toute façon des moyens détournés de tricher, mais, et comme le souligne Emmanuel Davidenkoff, directeur de la rédaction de l’Etudiant, l’accent sera mis sur la dissuasion, à la manière des contrôles antidopage, “l’autre condition étant évidemment d’imaginer des sujets qui ne se prêtent pas au copier-coller… Donc des épreuves qui font appel à la réflexion, aux capacités de synthèse (afin de) vérifier que les élèves n’ont pas seulement appris mais compris”.

En autorisant les élèves à aller sur le Net pendant leurs examens, le Danemark parie sur leur capacité d’analyse, et de synthèse, et donc sur leur intelligence, plutôt que de continuer à reposer l’évaluation sur leurs capacités à régurgiter, ou “copier/coller” de mémoire.

Pour finir, cette nouvelle source d’informations permettra aux lycéens d’apprendre à se servir des outils internet. Il faut aussi être capable d’identifier les informations les plus pertinentes : une chose est de savoir lire, une autre est de savoir chercher des informations sur le Net, et une troisième est de les vérifier, et de s’assurer de leur validité. C’est une chose très importante qui fait la différence dans le monde de l’entreprise.

L'équipe de WebActus.net vous propose tous les jours des articles sur l'univers des startups, du e-commerce et du growth hacking.

Rejoignez la communauté Webactus

Recevez régulièrement les meilleures actus et ressources

Pas de spam, vous pouvez vous désabonner à tous moment.