L’avenir de FaceTime très incertain

Facetime

Vous avez une idée ? Trouvez gratuitement des développeurs sur Codeur.com !

Recevez des devis (gratuit)

Il fallait s’y attendre, le cabinet Juniper Research vient d’annoncer que l’avenir de Facetime et plus généralement de la visio-conférence semble très très sombre. Pour le coup, il estime qu’en 2015 (donc demain), plus qu’un téléphone sur 10 pourra faire de la visio. La cause de cette faible probabilité, l’interoperabilité entre les différents équipements difficile voir impossible et un réseau opérateur pas forcement dimensionné pour cette technologie. Alors que nous réserve l’avenir? Il semblerait que ce soit tout sauf ça.

Anthony Cox, analyste senior chez Juniper Research, explique:

D’ici 5 ans, 29 millions de smartphones disposeront d’une fonctionnalité de visioconférence, mais ce marché souffrira d’un manque d’interopérabilité entre les terminaux. Peut-être que, d’ici quelques années, l’utilisation massive de la 3G et du Wi-Fi feront des appels vidéos une option intéressante, surtout pour des appels internationaux passés par ceux qui sont en déplacements à l’étranger et ceux vivant loin de leur famille.

Alors même si Apple en a un fait un des avantages les plus spectaculaires de la dernière version de son téléphone,  il semblerait qu’il soit (encore) en avance sur son temps. Le premier argument se laisse facilement comprendre. En effet chaque marque y va de son innovation pour proposer une avancé innovante dans son domaine. La visio-conférence n’est pas une technologie nouvelle et cela fait déjà quelques années qu’elle existe. Par contre avec des sur-couches de compressions et des capteurs de plus en plus précis, cette technologie devient de plus intéressante pour les concepteurs qui implémente chacun de leur côté une version de la visio-conférence. Il est donc compréhensible que si cela n’est pas régulé par un organisme tiers qui impose les règles en tenant compte des avancés, ce sera le loi du plus fort (bref celui qui a le plus d’équipements vendus) et il faudra qu’il veuille bien que les autres puissent communiquer avec ses équipements.

Par ailleurs, outre les optimisations possibles (compression/baisse qualité) de la part des marques, il faut que les opérateurs arrivent à supporter les charges importantes induites par ce genre de technologie. Historiquement les opérateurs (notamment pour les plus vieux) n’ont pas utilisé de technologie et d’équipement optimisé pour le transport de la data. Ce genre d’équipements coûtent cher et s’amortissent en quelques dizaines d’années. Il fallait donc que 10/20 ans plus tôt ceux-ci pensent que la data prendrait une place aussi importante aujourd’hui. C’est  des raisons  qui peuvent expliquer  le coût prohibitif  de la data dans nos forfaits téléphoniques actuelles. En tout cas, Free (petit nouveau sur le marché) a structuré son réseau pour répondre à cette demande, mais aura-t-il une vision pertinente pour ne pas se retrouver dans la position actuelle de ses concurrents? Dans le même cas, on va retrouve la télé par 3G qui a du mal à percer dans nos offres téléphoniques même pour les grandes villes.

Au final, on comprend bien pourquoi Facetime et les autres systèmes de visio-conférence sont dans le rouge et leur avenir est plus qu’incertain. De plus ce genre de fonctionnalité est très utile pour les meeting pro lors de conférences ou si vous habitez loin de chez vous. Généralement on possède à ce moment là une connexion internet capable de faire ça et des logiciels comme Skype pour ne citer que lui fait déjà très bien le boulot. Je ne vois donc pas trop l’intérêt que cette fonctionnalité soit implémentée dans nos téléphones. Ils en font déjà assez comme ça, non?

Source: Silicon

L’équipe de WebActus.net vous propose tous les jours des articles sur l’univers des startups, du e-commerce et du growth hacking.

Rejoignez la communauté Webactus

Recevez régulièrement les meilleures actus et ressources

Pas de spam, vous pouvez vous désabonner à tous moment.