Gagner 3 badges Et Si On Parlait

Et si on parlait

Vous avez une idée ? Trouvez gratuitement des développeurs sur Codeur.com !

Recevez des devis (gratuit)

Connaissez-vous le projet ESOP (Et si on parlait)? Si c’est pas encore le cas, je vous recommande vivement de lire cette article. Cette association menée par de jeunes internautes proposant des badges permettant d’identifier les personnes prêtes à discuter dans le métro et autres lieux communs de la vie de tous les jours.  En effet, avec la généralisation des lecteurs MP3, les personnes communiquent de moins en moins entre eux mais c’était sans compter sur ESOP qui a trouvé la solution!

L’association n’est pas nouvelle. Elle a soufflé récemment sa première bougie et pour le coup le succès est au rendez-vous. Appréciant pleinement le principe de cette association et adhérant totalement à l’idée, je me suis dis que j’allais partager l’information avec vous et vous présenter ce concept. Comme à mon habitude, j’ai interviewé les fondateurs de l’association, interview qu’ils ont bien évidemment acceptée. Je vous retranscris notre échange:

WA: Peux-tu te présenter rapidement ?

Rapidement, je m’appelle Cyprien Rességuier, j’habite dans les Yvelines, je suis en 1re ES, je suis passionné par les arts du cirque, j’aime les animaux, surtout les perroquets, je suis un peu geek sur les bords, et je chausse du 43.

WA: Peux-tu présenter rapidement le projet « Et si on parlait ? (ESOP) » ? Comment en avez-vous eu l’idée ?

Supposons que vous êtes dans le train : vous allez au boulot, au bahut, au Pôle emploi, au cours de yoga… où vous voulez! Admettons que, comme toutes les personnes à côté de vous, vous êtes en train de… ne rien faire. Par contre, vous avez à côté de vous un voisin qui s’ennuie probablement autant que vous. C’est ainsi qu’a germé l’idée des badges dans la tête de Stéphane.

Et c’est là qu’intervient le badge ESOP : vous le portez pour montrer que vous êtes ouvert à la discussion. L’ambition d’ESOP est de mettre fin à la triste ambiance que l’on voit trop en France, dans les transports en commun notamment.

l’idée d’ESOP m’est venue un jour où je m’ennuyais ferme dans le tram. Ce jour là, j’ai pris conscience que plein d’autres personnes s’ennuyaient autour de moi. L’idée du badge est venue assez naturellement. (« Qu’est ce qui est léger, pratique et pas cher ? Un badge ! »)

Quant à l’association, il n’y a pas eu beaucoup à réfléchir : dès que l’on gagne de l’argent, on doit le déclarer. Créer une association permet non seulement de ne pas payer de taxe sur ses revenus, mais surtout de garantir l’aspect non-lucratif du projet. D’une pierre deux coups, on se libère de la paperasse et on donne une jolie dimension à nos idées. 🙂

WA: Combien de personnes travaillent sur « Et si on parlait ? (ESOP) » ? Que font-elles ?
Nous sommes six sur le projet:

  • Il y a Stéphane, le grand manitou d’ESOP. C’est lui qui a fondé le projet, qui gère l’association, la paperasse, les sous, qui coordonne tout le monde, etc.
  • Tommy et moi (Cyprien) assistons Stéphane pour à peu près tout. Une décision, un brainstorming, un recrutement, tout ça se fait à plusieurs.
  • Simon nous a rejoints il y a peu en tant qu’illustrateur. C’est lui qui dessine les badges « thématiques » qu’ESOP édite(ra). Il a fait une magnifique illustration pour le badge Twitter. http://www.etsionparlait.com/blog/wp-content/uploads/2010/10/esop5final.png
  • Quentin et Éric viennent d’arriver. Éric est notre animateur de communauté (un community manager, si vous préférez), il s’occupera de la présence d’ESOP sur les réseaux sociaux, du contact avec les membres, d’organiser des concours, etc. Quentin se chargera de prendre contact avec des artistes, des associations, des collectifs, avec qui ESOP pourrait être partenaire.

WA: Cela va faire un petit moment que le projet est lancé, quels sont les retours que tu as eus ?

En effet, l’asso a fêté son premier anniversaire tout récemment. ESOP est très présent sur le web, et ça permet à n’importe qui de nous donner son avis très facilement. Avant de travailler concrètement sur une idée, on demande l’avis « des gens » (et surtout, on en tient compte).

Sur le principe des badges, on peut regarder les tranches d’âges qui adhèrent, et celles qui n’adhèrent pas du tout au concept. Globalement (car il faut toujours prendre ce genre de chiffres avec des pincettes) les Zopiens ont entre 15 et 25 ans, ou ont plus de 40 ans. Les trentenaires sont peu réceptifs à l’idée. Après tout, si certains tiennent à ne pas être dérangés, on ne va pas les forcer !

Voilà tout le petit monde qui se cache derrière ESOP !

WA: Comment se passe la création des badges? Passez-vous par un fournisseur particulier?

Nous créons les badges nous même : nous avons fait un gros investissement en achetant nos propres presses à badge, ce qui nous vaut une liberté totale et aucune contrainte niveau fournisseurs. C’est vraiment pratique ! Et grâce à ces machines de guerre, on se permet plein de petits sous-projets basés sur les badges pour animer la communauté.

WA: Quels sont les projets à court terme ? et à long terme ?

On a souvent des idées mais pas toujours de quoi les réaliser immédiatement, alors chaque projet met plus ou moins de temps à venir. En ce moment on en a trois particulièrement importants, bien qu’en réalité, la todo list soit plus longue :

  • Développer les badges thématiques fait partie des projets en cours. Un projet comme ça nécessite de communiquer, de faire participer les Zopiens, et ça ne se fait pas tout seul.
  • Finir complètement le site ! On avait décidé de supprimer le forum lors du passage à la v2, parce qu’il n’était pas assez adapté. On va le remplacer par un outil similaire, mais on a deux idées en tête et nous sommes encore indécis. Ça fait partie des projets qui sont passés au second plan.
  • Et très prochainement (aujourd’hui peut-être !) nous allons lancer un projet qui nous tient vraiment à coeur. Depuis longtemps, nous souhaitions mettre en valeur les projets des Zopiens (groupes de musique, sites web, blogs etc). Il fallait trouver un moyen sympa, communautaire et pratique de mettre ça en place. Après plusieurs semaines de réflexion, tout devrait être bon. SURPRISE 😉

Si vous avez des idées de projets pour ESOP, n’hésitez pas à nous les envoyer !

WA: De combien de membres est composé votre communauté? Avez-vous déjà eu la chance de croiser un Zopien dans votre vie de tous les jours? Le système de badges a-t-il permis le dialogue?

En parlant de la communauté, voila quelques chiffres : plus de 950 Zopiens ont déjà commandé un badge et le portent régulièrement. Pour plus de détails, je recommande la page statistique avec un carte dynamique de la répartition des Zopiens en France.Pour ma part, j’ai eu la chaaaaaaaaaance énorme de rencontrer 3 filles génialissimes en patientant dans une file d’attente à la Fnac. Après avoir commencé à discuter naturellement, l’une d’elle a reconnu mon badge et le courant est super bien passé. C’était un moment de fou : rencontrer des inconnus géniaux c’est déjà quelque chose, mais quand en plus c’est grâce à ESOP… Pur moment de bonheur.

WA: Quelle est ta vision finale du projet ?

La vision finale que j’imagine ? Il n’y en a pas. Je m’explique parce que je sens que certains doivent avoir du mal à me suivre : le jour où ESOP aura vaincu la morosité dans les transports en commun, à quoi le projet servira-t-il ? Je vous laisse méditer là-dessus ! :-p

WA: Quelque chose à ajouter ?

Bon « zopage ! »

Je remercie en tout cas l’équipe ESOP de s’être prêté au jeu. Si vous avez la moindre question, n’hésitez pas à laisser un commentaire à la suite de l’article, il y aura toujours quelqu’un pour y répondre!

Par ailleurs ils ont insisté pour vous proposer de gagner quelques badges de l’association. C’est pourquoi je vous propose ce concours vous permettant de remporter trois badges de l’association. Pour cela, un simple commentaire à la suite de l’article sera nécessaire. Il doit  préciser ce que vous pensez du concept. Vous pouvez comme d’habitude partager l’article sur les différents réseaux sociaux pour augmenter vos chances:

Gagner 3 badges Et Si On Parlait sur WebActus.net – http://bit.ly/a3jvpw

Le concours est ouvert jusqu’à dimanche prochain à 22H00. Les gagnants seront tirés au sort grâce au site Random.org. Je vous souhaite à tous bonne chance!

EDIT: Bon il n’y aura pas besoin d’avoir recours à Random.org puisque Arnaud Camus, Nicolas Silvestre et Tony Ange sont les 3 seuls participants et donc les grands vainqueurs de ce concours. Je vous contacte dans la journée pour vous expliquer la suite des opérations.

Merci à tous, d’avoir pris le temps de jouer!

L'équipe de WebActus.net vous propose tous les jours des articles sur l'univers des startups, du e-commerce et du growth hacking.
  • Thony Ange

    Alors je connaissais déjà ESOP car il y a environ 10 mois un camarade de classe m’en a parlé et il avait commencé un badge (qu’il portent régulièrement maintenant). Le concept ma séduit et je me suis alors inscrit. Malheureusement les événements on fait que je n’ai jamais fait la commande d’un badge, c’est pourquoi que je pense que c’est maintenant l’occasion de sauté le pas et de rejoindre cette communauté (surtout que j’adore faire de nouvelles rencontre). Bon bah voilà et bien sur bonne continuation à l’ESOP qui je l’espère arrivera à battre la morosité 🙂

  • Pas mal je ne connaissais pas l’initiative mais c’est pas mal, imaginez une horde de badge dans les transport en communs, pour inciter les gents a se parler entre eux, devenons ESOPiens et ESOPiennes alors, pour ma part en tout cas je vais continuer a regarder cela de plus pres

    bon « Zopage » alors

  • Arnaud Camus

    Aller pourquoi ne pas tenter, je me suis inscrit dans la communauté ESOPienne récemment après qu’une amie m’en ai parlé, mais je n’ai pas encore de badge^^

    ca va être classe ce petit badge dans le métro lyonnais :p

  • Thony Ange

    Je tenais a vous remerciez, le badge est commandé, merci 😉

Rejoignez la communauté Webactus

Recevez régulièrement les meilleures actus et ressources

Pas de spam, vous pouvez vous désabonner à tous moment.