Pottermore ou quand Harry Potter en fait trop !

La claque WebActus du jour : C’est le grand jour pour le site Pottermore qui s’ouvre au monde entier après de longs mois d’attente. Lancé pour soutenir et animer les versions numériques (ebooks) des célèbres livres du magicien, le site annonçait la naissance d’un nouveau réseau social prêt à accueillir tous les aficionados des tours de magie. Pour l’instant, c’est surtout une visite ré-approfondie des différents moments de l’histoire où seuls les plus expérimentés trouveront (peut-être) un réel plaisir.

Vous avez une idée ? Trouvez gratuitement des développeurs sur Codeur.com !

Recevez des devis (gratuit)

Peu de nouveautés ou d’innovations sont présentes sur le site. La découverte de celui-ci n’est d ailleurs possible qu’après une phase d inscription assez rébarbative et pas vraiment magique, qui fleure bon la constitution de mailing-list pour un meilleur spaming dans les prochaines semaines. On sent surtout une opération marketing mise en place pour appuyer la machine à cash que représente la saga depuis son lancement.

« Potter-NO-more »

Soyons clair : J.K. Rowling n’a pas de problèmes financiers et aurait très bien pu choisir la simplicité pour promouvoir le lancement des ebooks en proposant, par exemple, un prix extrêmement bas (au début je voulais écrire gratuit… mais bon c’était aller un peu loin) pour permettre un accès au plus grand nombre.

Pire, dans un concept proche de la mégalomanie, Pottermore à même créé sa propre monnaie : le Galion… Les fans de final fantasy, premie rjeu a tenté de créer sa propre devise, vont se retourner dans leur tombe (c’est une image bien sur).

Encore pire (ou mieux suivant le point de vue) ? J.K. a fait plier Amazon en négociant une marge supérieure aux autres auteurs présents sur le célèbre site de e-commerce. Et encore plus fort, les commandes faites sur le site de Jeff Bezos passent obligatoirement via Pottermore pour le règlement !

Autre point : la proposition incessante d’acquérir les versions numériques des ouvrages devient ridicule…alors qu il n’y a que 2 langues disponibles : l’anglais et … abracadabra… l’américain.

L’avis de WebActus : Vous l’aurez compris Pottermore ne prolonge pas vraiment la magie du jeune Harry et produit une sensation consumériste à la limite du supportable pour cette série entrée dans les vies de millions de lecteurs par la grande porte.

Mise à jour : Suite à vos commentaires intéressants et aux menaces de transformation en limace baveuse, je me permets d’apporter quelques précisions.
Premier point : le site est gratuit, c’est un vrai plus. Vous n’êtes prisonnier de rien !
Deuxième point : l’univers d’Harry Potter est bien respecté. Les fans s’y retrouvent.
Troisième point : les conditions générales sont quand mêmes peu sympathiques. Exemple :

19.1 Vous acceptez de nous dédommager (ainsi que nos employés, agents et fournisseurs) intégralement en cas de dommages, pertes, dépenses (y compris les frais judiciaires) résultant de votre non-respect des présentes Conditions ou en cas de préjudice à notre encontre résultant de l’utilisation de Pottermore et/ou de l’un de nos services par vous ou toute autre personne utilisant votre Compte.

Quatrième point : pour les Galions (@Potterfan : avec 1 L en français mais 2 L pour le mot anglais Galleons), j’ai trouvé qu’il prenait une part trop importante… mais c’est un avis personnel que j’aurais pu nuancer.
Cinquième point : 6€10 pour une version numérique de chaque livre, ce n’est pas vraiment un tarif accessible à tous !

L'équipe de WebActus.net vous propose tous les jours des articles sur l'univers des startups, du e-commerce et du growth hacking.
  • mg022

    C’est une blague? Qui est l’auteur de cet article? Un auteur qui n’a surement aucune connaissance du monde de Harry Potter. Article inutile, information stupide et fausse. A revoir. 
    PotterMore replonge les fans dans le monde de Harry Potter et permet que la magie se prolonge. Très beau site, graphisme géniale, on en apprend beaucoup et pour finir, la monnaie inventé date d’il y a bien longtemps et ne sort pas du concept de PotterMore.

  • En effet, l’auteur que je suis n’est pas un expert Harry Potter comme vous l’êtes surement. Je trouve tout de même dommage que Pottermore replonge dans un univers au lieu d’ouvrir de nouveaux horizons et que surtout, vous en conviendrez, cela devienne une machine à business. Je trouvais que le petit sorcier méritait mieux que d’être un produit marketing en le rendant universel par un tarif ebook très bas !

  • Potterfan

    Mais qui a bien pu écrire cet article? Ce site est génial, des graphisme épatants, et nous fait entrer dans l’univers d’Harry. Ensuite, je ne comprends pas en quoi le site pottermore à inventé sa monnaie: les gallions (2 « l » merci) sont déjà présents dans le livre.

  • Arthur Eloi

    Tout a fait en désaccord, le site contient plusieurs inédits fort intéressant. Surtout au niveau des personnage. Les illustrations sont très jolie, travaillé et on a la vision de Harry Potter selon J K Rowling. L’inscription n’est pas magique, certes, le jours ou un petit sorcier née ne l’ai pas plus, c’est normal ( réflexion un peu douteuse je vous l’accorde, mais réelle). De plus comment peut t on écrire un article sur un sujet dont on connait mal le sujet, il faut un minimum pour débattre sur un sujet. Pottermore est gratuit. Pottermore relance la magie Harry Potter!

  • M.

    Je suis d’accord avec les commentaires précédents. Par ailleurs, le jeu (car c’en est un, à la base, je dirais même c’est SURTOUT un jeu, on n’oblige personne à acheter les e-books et ils ne rapportent pas de gallions supplémentaires aux joueurs) permet de débloquer (gratuitement !) des textes inédits à propos des livres, du processus d’écriture, et même du passé de certains personnages, qui gagnent du coup beaucoup en profondeur (je pense notamment au professeur McGonagall qui prend une dimension totalement nouvelle). Et tous les fans jeunes et moins jeunes peuvent se mettre dans la peau d’un élève de Poudlard, ce qui est un des rêves les plus partagés par les lecteurs.

    Les seuls bémols qui me viennent à l’esprit : le site en flash, pas forcément pratique pour les utilisateurs avec un ordinateur peu puissant, et le fait que pour le moment, le jeu et l’exploration soient limités au premier tome.

  • Potterfan

    Je peux comprendre votre avis, Pierre-Alain Baly. Cependant, le jeux Pottermore ne nous oblige en aucun cas à acheter les ebooks. Ensuite, il est vrai que l’idée du jeu peut sembler être un moyen de « faire du business », mais les inscriptions sont gratuites, et je me demande d’ailleurs si cela rapporte de l’argent à J.K Rowling car je n’ai vu aucune pub sur le site?

    • Stanley

      Et les e-books alors… Ça lui rapporte 90% des ventes et pareil pour les livres audios Et hop je pense que rapidement elle va retrouver sa place de milliardaire.

  • Merci de vos commentaires. J’ai complété cet article.

Rejoignez la communauté Webactus

Recevez régulièrement les meilleures actus et ressources

Pas de spam, vous pouvez vous désabonner à tous moment.