Mark Zuckerberg négocie 1 milliard de $ de rabais sur Instagram !

On connaissait déjà plusieurs facettes de Mark Zuckerberg, devenu en quelques années une véritable légende du web. On le savait réactif, opportuniste, un peu manipulateur et surtout très dynamique…Le film « The Social Network » expose d’ailleurs largement plusieurs traits de sa personnalité.

Vous avez une idée ? Trouvez gratuitement des développeurs sur Codeur.com !

Recevez des devis (gratuit)

Mais avec le rachat d’Instagram, on découvre son côté chef de guerre dans les « sens nobles » du terme, c’est à dire ceux qui caractérisaient les généraux des armées napoléoniennes qui n’hésitaient à se mettre aux avant postes pour porter l’assaut final… quitte à y laisser des plumes !

Première chose à signaler : Cette opération de rachat a été menée en un temps record de quelques jours. C’est caractéristique des fins tacticiens : bouger vite pour surprendre ! Ensuite, les prises de contact et discussions du projet ont été pilotées directement par Mark Zuckerberg, ne laissant personne l’influencer dans sa décision finale. Et encore plus fort, il a mené tout seul à l’écart de son « board » (conseil d’administration) toute la négociation financière faisant de cette acquisition un choix stratégique portant sa griffe.

Et les premiers compte-rendus nous montrent que le patron de Facebook est un redoutable adversaire quand il s’agit d’argent, y compris quand les sommes sont faramineuses et même si Facebook est très riche ! En effet, sa pugnacité et sa force de conviction lui auraient permis de faire baisser de 50% les prétentions initiales des ex-propriétaires d’Instagram, pourtant nullement pressés de vendre suite à leur levée de fonds de 50 millions de dollar quelques jours plus tôt.

Un des argument de poids aura été l’explication du jeune patron démontrant que 1% de Facebook (c’est à dire l’équivalent en actions du prix payé pour Instagram) vaudra rapidement beaucoup plus que les 2 milliards de dollar exigés au départ ! Les perspectives et les résultats financiers des 2 sociétés étant incomparables vu qu’Instagram réalise un chiffre d’affaire de zéro !

Deal !

Mark Zuckerberg vient donc de passer un pallier en tant que « big boss » d’une société multinationale. Souvent méprisé considéré comme un petit jeune prétentieux ambitieux ayant eu la chance d’être là au bon endroit au bon moment, il passe à présent dans la catégorie des Grands Patrons américains sur qui il faudra compter y compris quand les opérations en jeu sont disproportionnées.

L’avis de WebActus : Cette opération montre que même les plus jeunes patrons apprennent très vite et n’hésitent pas à être offensif pour valoriser leur entreprise quitte à prendre de vitesse tout le monde. C’est une vraie qualité qui se fait rare dans l’économie traditionnelle. Et nous, on aime bien le dépoussiérage…

L’équipe de WebActus.net vous propose tous les jours des articles sur l’univers des startups, du e-commerce et du growth hacking.

Rejoignez la communauté Webactus

Recevez régulièrement les meilleures actus et ressources

Pas de spam, vous pouvez vous désabonner à tous moment.