Navigation

Toutes les catégories

Voir les derniers articles

Micro-entrepreneurs : 4 astuces pour réduire vos impôts

Le régime de la micro-entreprise permet de lancer son activité avec un faible investissement. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle de nombreux...

Publié par Charlene Lardy-Vella

Le régime de la micro-entreprise permet de lancer son activité avec un faible investissement. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle de nombreux freelances et jeunes entrepreneurs optent pour ce statut, lorsqu’il convient à leur activité. Pour autant, il existe bel et bien des charges en micro-entreprises. Et les impôts et cotisations peuvent vite venir mettre à mal la trésorerie de votre entreprise. Ce régime offre moins d’options que les structures juridiques plus complexes. Néanmoins, il existe des astuces pour réduire vos impôts et améliorer vos finances.

 

1. Les frais de débours

Un des inconvénients majeurs du statut d’auto-entrepreneur est l’impossibilité de déduire ses frais professionnels. Qu’il s’agisse des transports, de communication, d’achat de matériel etc. En effet, tous ces paramètres sont à prendre en compte lors de la création du devis et à intégrer au montant global de la prestation ou du produit vendu.

Le point noir, c’est que l’intégralité de cette somme va être soumise aux cotisations sociales et utilisée pour le calcul de vos impôts. S’il n’existe pas de miracle en la matière, les frais de débours peuvent néanmoins réduire le problème. Le principe est le suivant  : séparer la prestation des frais annexes en créant deux factures.

Si vous concevez des bijoux par exemple, vous pouvez ainsi facturer le produit et sa création d’une part et créer une seconde facture, au nom du client pour l’achat du matériel d’autre part. Vous avancerez les frais et le client vous remboursera par la suite l’intégralité des sommes engagées. Cela n’est possible qu’avec l’accord du client et un mandat explicite et préalable de sa part, qui autorise ces dépenses.

 

2. Changer la domiciliation de son entreprise

La cotisation foncière des entreprises (CFE), qu’il convient de régler tous les ans, est calculée selon la région d’implantation de la structure. Certaines zones comme des bassins d’emploi à redynamiser par exemple, permettent d’être exonéré totalement de CFE pendant 5 ans.

Des grandes villes comme Paris sont moins chères que d’autres pourtant plus petites. En faisant appel à une société de domiciliation, vous pourrez consulter le taux de CFE selon les régions et villes. Cette option peut vous permettre de bénéficier d’une adresse prestigieuse tout en réduisant le coût de la CFE. Attention néanmoins à bien calculer tous les frais annexes (coût de la domiciliation, transfert de courrier ou déplacements pour relever le courrier, etc.).

 

3. Employer un salarié

Si en tant que micro-entreprise, vous ne pouvez pas employer directement du personnel, il est possible, en tant que particulier, d’engager par exemple une aide à domicile pour le ménage, la garde de vos enfants, le jardinage, etc. L’embauche de prestataires de services vous donne le droit, sous certaines conditions, à un crédit d’impôt. Le crédit d’impôt est égal à 50  % du montant des dépenses engagées et ce dans la limite de 12 000€ par an.

Au delà de la nécessité réelle que peut représenter l’emploi d’aide à domicile ou autre, un crédit d’impôt peut vous permettre de basculer dans une tranche imposable inférieure et ainsi payer moins d’impôts sur le revenu.

Baisser imposition entreprise

4. Bénéficier d’aides à la création d’entreprise

Depuis le 1er janvier 2019, tous les créateurs ou repreneurs d’entreprise peuvent bénéficier du dispositif nommé Acre (ex  : ACCRE). Il permet d’obtenir une exonération totale ou partielle des charges sociales pendant les 12 premiers mois d’activité

Le plafond de revenus d’activité à ne pas dépasser, pour jouir de cette aide, se base sur le plafond annuel de la sécurité sociale (PASS). En 2019, il est de 40 524 €.

 

Ainsi, l’exonération est :

  • Totale  : si les revenus sont inférieurs à 3/4 du PASS (soit 30 393 € en 2019)
  • Dégressive  : si les revenus sont supérieurs à 3/4 du PASS et restent inférieurs au PASS (soit entre 30 393 € et 40 524 € en 2019)
  • Nulle  : si les revenus sont supérieurs à un PASS soit 40 524 €.

Attention cependant. L’exonération prend en compte les charges relatives à l’assurance vieillesse. Pendant la période concernée, il sera possible de valider 4 trimestres maximum, en fonction des revenus obtenus. Néanmoins, dans la mesure où ces trimestres ne sont pas cotisés, ils ne seront pas pris en compte pour le revenu annuel moyen, lors du calcul de la pension de retraite.

 

Bien que le régime de la micro-entreprise reste peu flexible pour obtenir des déductions d’impôts importantes, vous possédez à présent des pistes pour réaliser quelques économies. Et pour gagner du temps dans votre facturation, découvrez Facture.net, notre outil 100 % gratuit.

Lire la suite de l'article
Afficher les commentaires (0)

Commentaires

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Entrepreneuriat

Leadership : 5 conférences TED inspirantes pour les entrepreneurs

Les conférences TED sont des sources d’inspiration inégalables. Et si ces “talks” couvrent des sujets très variés, allant de...

Publié le par Leo Chatillon
Entrepreneuriat

10 ressources pour mieux gérer vos factures

La facturation est un élément important – et incontournable – de la vie de n’importe quelle entreprise. Tout entrepreneur se doit donc la...

Publié le par Leo Chatillon