Navigation

Toutes les catégories

Voir les derniers articles

Impression : Tout savoir sur le bon à tirer (BAT)

Si vous avez besoin de faire imprimer des documents (cartes de visite, flyers, brochures commerciales, bâches adhésives, panneaux PVC, etc.) par un professionnel,...

Publié par Jerome Dajoux

Si vous avez besoin de faire imprimer des documents (cartes de visite, flyers, brochures commerciales, bâches adhésives, panneaux PVC, etc.) par un professionnel, vous serez confronté à une étape qui est celle de la validation du BAT.

Toutefois, savez-vous ce qu’est un bon à tirer et quel est son rôle  ?

Dans cet article, nous allons vous donner un maximum d’informations sur le BAT et il est certain que cela pourra vous servir pour améliorer vos échanges avec votre imprimeur.

 

Un BAT, c’est quoi  ?

L’abréviation BAT, qui signifie « bon à tirer », est un terme très utilisé dans le monde de l’imprimerie, de la communication, de l’édition mais aussi de la publicité.

exemple BAT impression graphiste

Il est généralement la toute dernière étape qui précède l’impression d’un document.

Également connu sous le nom d’« épreuve contractuelle », le bon à tirer consiste en une simulation de l’impression d’un fichier graphique donné.

S’il apparaissait comme une étape incontournable lorsque les entreprises travaillaient avec des imprimeurs « physiques », ce n’est plus toujours le cas aujourd’hui.

En effet, la plupart des imprimeurs en ligne proposent le BAT en option à leurs clients. Ces derniers ont alors tout intérêt à cocher la case permettant de profiter d’un bon à tirer afin de s’éviter toute mauvaise surprise.

 

Le BAT, un document contractuel essentiel dans la relation imprimeur – client

Bien qu’elle ne soit plus automatique comme nous venons de l’évoquer, l’étape du bon à tirer (BAT) n’en reste pas moins importante.

BAT exemple graphiste freelance

Le BAT permet effectivement à un client de s’assurer que le résultat attendu de l’impression est bien conforme à ce qu’il souhaitait. Si c’est le cas, le bon à tirer va être approuvé et dès réception de la validation, l’imprimeur pourra lancer l’impression du document.

Bon à savoir
Si, en revanche, le client n’est pas satisfait du bon à tirer, il pourra demander au graphiste ou à l’agence à qui il a délégué la conception des visuels à imprimer d’effectuer des modifications. Une fois ces dernières réalisées, un nouveau BAT sera proposé au client qui pourra l’approuver ou, une nouvelle fois, le refuser.

Autrement dit, le bon à tirer est un document contractuel par lequel le client donne son aval quant à l’impression d’un document dans un nombre d’exemplaires préalablement défini.

Cet accord écrit scelle donc l’engagement entre les deux parties et dégage la responsabilité de l’imprimeur pour de nombreuses erreurs constatées a posteriori à savoir  :

  • Une quelconque erreur au niveau du texte (faute d’orthographe, faute de syntaxe, etc.)
  • Un souci de colorimétrie non identifiée sur le bon à tirer
  • Une non-prise en considération des fonds perdus
  • Un problème de définition sur un élément du visuel
  • Un défaut de mise en page

Voilà donc qui doit inciter les clients à étudier minutieusement le BAT qui leur est fourni avant de le valider.

 

Les différents types de BAT

impression en ligne

Permettant d’assurer la conformité des travaux d’impression avec vos fichiers mais aussi de garantir l’absence d’erreur avant que l’impression ne commence, le bon à tirer peut prendre plusieurs formes  :

  • Le bon à tirer électronique (ou BAT électronique). Il est le plus utilisé puisqu’il permet généralement de gagner du temps et de l’argent (envoi par mail et validation possible par retour de mail, absence de frais de livraison, etc.). Vous pouvez visualiser ce BAT sur votre écran.
  • Le bon à tirer papier impression offset. Il permet de s’assurer de la conformité du produit fini mais entre la réalisation des plaques gravées, le montage et l’impression offset, il se révèle particulièrement coûteux. C’est d’ailleurs pour cela qu’il sert uniquement pour des projets comme l’impression de photos d’art et d’ouvrages d’art.
  • Le bon à tirer papier. Il est tout simplement un échantillon de votre produit réalisé via une imprimante laser. Peu coûteux, il est proposé par de nombreux imprimeurs « physiques ».

Vous l’avez compris, le bon à tirer (BAT) est un document qui est tout sauf anodin puisque c’est lui qui vient entériner l’accord du client pour lancer une impression s’il est approuvé.

Attention
Une grande attention doit donc être portée à ce document puisque si vous laissez passer un quelconque problème (faute d’orthographe, problème de mise en page, souci de colorimétrie) à cette étape, toutes vos productions en seront entachées, ce qui peut s’avérer lourd de conséquences…

 

Rassurez-vous toutefois, les erreurs sont rares, les graphistes maîtrisant parfaitement les codes de la communication mais aussi les contraintes liées à l’impression de leurs créations.

Pourquoi ne pas faire appel à des professionnels freelances sur Graphiste.com ?

Lire la suite de l'article
Afficher les commentaires (0)

Commentaires

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Graphisme

Photoshop ou Illustrator : lequel choisir pour vos créations graphiques ?

Quel logiciel utiliser pour des créations graphiques ? Une question qui se pose souvent, notamment pour les personnes qui débutent dans ce domaine et qui...

Publié le par Melanie De Coster
Graphisme

Blocage créatif : comment en sortir ?

Parfois, quand vient le moment de composer un nouveau design, qu’il s’agisse de print ou de web, même les créatifs les plus aguerris peuvent affronter un...

Publié le par Melanie De Coster