Navigation

Toutes les catégories

Filtrer par auteur

Voir les derniers articles

Tout savoir sur la règle des 180 degrés

La mise en scène, au cinéma comme dans la bande dessinée, est régie par quelques règles de base qui assurent une bonne compréhension du spectateur ou du lecteur. Parmi elles, se...

Publié par Solenne Ricard

La mise en scène, au cinéma comme dans la bande dessinée, est régie par quelques règles de base qui assurent une bonne compréhension du spectateur ou du lecteur. Parmi elles, se trouve la fameuse règle des 180 degrés qui assure la compréhension des champs contre champs.

Retrouvez toutes nos explications sur cet indispensable du cinéma, mais aussi de la BD, dans les lignes qui suivent.

 

Qu’est-ce que la règle des 180 degrés ?

La règle des 180 degrés est intégralement liée au mécanisme de champ contre champ. Ainsi, dans le cinéma, la caméra passe d’un personnage à l’autre à l’occasion d’un dialogue, ou quand deux protagonistes se font face. C’est ce qu’on appelle le champ contre champ.

Dans ce contexte, la règle des 180 degrés précise que la caméra ne doit pas franchir la ligne de regard entre les deux personnages. De cette façon, on conserve une certaine cohérence spatiale entre les plans.

En d’autres termes, imaginez une ligne qui relierait le regard de deux protagonistes installés en face l’un de l’autre. Cette ligne bouge en fonction des mouvements des acteurs, mais ses extrémités restent toujours les mêmes, et la caméra ne dépasse jamais son axe. La caméra est donc placée exactement de la même manière pour le champ et pour le contre-champ, afin d’assurer l’illusion de face-à-face entre les personnages. De fait, la ligne imaginaire correspond à un mouvement caméra de 180 degrés au maximum.

tout-savoir-règle-des-180

De même, les comédiens sont filmés sous le même profil durant toute la scène, toujours pour assurer cette impression de regards partagés.

 

Pourquoi cette règle ?

En définitive, la règle des 180 degrés est faite pour s’assurer que le spectateur ne se perde pas dans l’espace. En effet, elle permet de clarifier l’emplacement des différents composants de la scène.

Comme nous l’avons vu, cette règle est particulièrement utilisée à l’occasion d’un dialogue entre deux personnages qui se regardent. Puisque la caméra ne peut pas ici filmer les deux visages en même temps, on recrée donc ce face-à-face, pour le spectateur, grâce à cette règle des 180 degrés.

tout-savoir-règle-des-180

Django Unchained – Quentin Tarantino

Cette dernière a toutefois d’autres raisons d’être. En effet, la ligne d’action est liée au sens de la séquence, et permet donc d’orienter le regard du spectateur de manière à ce qu’il porte son attention sur l’élément souhaité.

Notons cependant que si elle est importante, la règle des 180° n’est pas intransgressible. Un réalisateur aguerri, qui assume totalement les effets provoqués par le franchissement intempestif de la ligne d’action, est en mesure de passer outre, dans le but avoué de désorienter ses spectateurs. La règle des 180 degrés est notamment souvent transgressée pour faire comprendre au spectateur l’état dans lequel se trouve un personnage qui se réveille après avoir perdu connaissance.

Dans d’autres cas, les cinéastes brisent cette règle sans volonté de désorientation, mais pour donner des effets de style à la scène. Attention toutefois, mieux vaut parfaitement maîtriser les règles de base avant de vous lancer dans l’expérimentation de mouvements de caméra complexes !

 

La règle des 180 degrés dans la bande dessinée

Il est intéressant de noter ici que la règle des 180 degrés s’applique également à l’univers de la bande dessinée. Pourtant, elle est bien plus respectée dans le monde du cinéma. Les auteurs de bandes dessinées commettent, en effet, très souvent l’erreur de la transgresser, au risque de compliquer la compréhension du lecteur dans l’enchaînement des vignettes.

Si les auteurs de BD se permettent ce type de liberté, c’est qu’il existe ici beaucoup d’autres éléments permettant au lecteur de situer les personnages les uns par rapport aux autres dans la scène.

Toutefois, afin d’aider le lecteur à s’immerger complètement dans l’histoire, mieux vaut suivre cette règle de base. Dans le cas contraire, il devra préalablement prendre le temps de déchiffrer vos planches afin d’en comprendre l’action, plutôt que de se laisser porter par elle.

tout-savoir-regles-des-180

Page 1 BD “Kafka sur le rivage”, illustrée par Elisa Ducroz.

Suivre la règle des 180° dans une BD n’a rien de compliqué. Une astuce simple consiste à installer vos personnages sur la partie gauche ou droite de leurs cases, en fonction de leur position de départ. Si cette astuce a le défaut de rendre les planches un peu plus rigides, elle a aussi le grand avantage de rendre les pages vraiment lisibles.

 

Conclusion

Fondamentale et souvent indispensable, la règle des 180 degrés fait partie des principes de base du cinéma et de la BD. Elle permet tout simple de comprendre où placer la caméra pour obtenir, à l’écran, une mise en scène parfaitement cohérente. Cette règle assure donc la parfaite compréhension de l’action et de son déroulé pour le spectateur ou le lecteur.

Vous êtes à la recherche d’un professionnel du design qui maîtrise la règle des 180 degrés pour concevoir votre bande dessinée ? Rendez-vous sur Graphiste.com.

Lire la suite de l'article
Afficher les commentaires (0)

Commentaires

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Graphisme

Avis & Test : Codeur.com, la plateforme de mise en relation pour Freelance

En tant que graphiste, vous avez déjà testé de nombreuses plateformes qui proposent des services pour trouver facilement des missions. Vous en connaissez déjà certaines :...

Publié le par Emeline
Graphisme

Inspiration : 15 packaging pour sublimer vos bougies

Vous utilisez sans doute des bougies, ou vous envisagez d’en acheter ? Aujourd’hui, les bougies sont devenues bien plus que des objets décoratifs. Elles...

Publié le par Emeline