Navigation

Toutes les catégories

Voir les derniers articles

5 conseils pour améliorer la rédaction de vos questionnaires en ligne

La création et diffusion d’un questionnaire en ligne peut permettre de collecter de nombreuses données et informations sur une cible particulière. Que...

Publié par Kevin Dangu

La création et diffusion d’un questionnaire en ligne peut permettre de collecter de nombreuses données et informations sur une cible particulière.

Que ce soit pour recueillir l’opinion de potentiels acheteurs à l’occasion d’un lancement d’un nouveau produit, pour une future campagne de communication ou simplement pour réaliser une enquête de satisfaction, la rédaction du questionnaire ne doit pas se prendre à la légère.

En effet, de nombreux paramètres doivent être pris en compte afin d’éviter d’influer sur les réponses et donc de biaiser les réponses aux questionnaires.

Dans cet article, nous avons décidé de vous éclairer sur certaines pratiques nécessaires pour améliorer la rédaction de vos questionnaires en ligne, et ainsi obtenir de vraies réponses utiles.

1. Pensez toujours vos questions de façon impartiale

C’est le plus gros soucis que l’on retrouve dans un questionnaire, un sondage ou encore une enquête. Le “poseur de question” peut, parfois, directement ou indirectement, attendre une certaine réponse. Il va donc influer sur cette dernière en posant une question orientée qui dirige vers un certain type de réponse.

Prenons un exemple
Pour exemple, une question de type “Sur Codeur.com, trouvez-vous le service bon ou excellent  ?” est totalement partiale. Nous ne laissons pas le choix au répondant et l’enfermons dans une réponse qui se veut forcément positive. S’il n’est pas satisfait du service, il ne pourra donc pas l’exprimer et sera obligé de répondre à une question pour laquelle il ne possède pas une liberté de réponse.
Impartialité question

Même si nous grossissons le trait ici (la plupart du temps la partialité de la question est plus légère), ce type de biais peut remettre en cause la pertinence d’une enquête et ainsi la rendre totalement inexploitable. Bien entendu, tout dépend ensuite de son utilité pour vous.

Pour éviter toute partialité dans les questions, et donc une influence sur les réponses, vous pouvez demander à plusieurs personnes tierces de contrôler le questionnaire et s’assurer que celui-ci ne leur “force pas la main”.

2. Restez neutre sur l’ensemble du questionnaire

Ce point rejoint le précédent sur la question d’orientation d’un questionnaire. Là où vous pouvez être partial, vous pouvez aussi ne pas rester neutre.

Ainsi, au sein d’un questionnaire, il est nécessaire de ne pas formuler d’hypothèses, et de s’enquérir des réponses auprès du répondant lui-même.

Prenons un exemple
Pour une enquête sur les brosses à dents par exemple, pensez à lui demander quel type de brosse à dents il utilise, avant même de lui demander la note qu’il donne pour l’utilisation d’une brosse à dents électrique.

La finalité est la même que pour l’impartialité  : ne pas influencer les réponses et obtenir, le plus possible, une vision de ce que pense votre public cible.

Par ailleurs, ne pensez pas qu’il ne s’agisse que de vous, ou bien que vous êtes hermétique à l’influence. Il est totalement normal et humain d’orienter ses questions et de leur donner une tonalité, c’est ce que nous faisons tous les jours de façon “naturelle”.

C’est pourquoi vous devrez forcer votre nature et redoubler de vigilance, avec, si possible, l’appui de personnes extérieures à l’enquête.

3. Simplifiez vos questionnaires

L’un des objectifs du questionnaire est d’aller directement droit aux réponses des interrogés.

Pour ce faire, les questions posées doivent être les plus simples et directes, afin d’obtenir des réponses simples et franches.

Pour simplifier un questionnaire il est nécessaire de le considérer dans son ensemble et le recomposer une fois toutes les questions rédigées.

De même, pour simplifier une question compliquée, il est possible de la décomposer en 2-3 questions pour ne nécessiter que des réponses courtes “oui/non” ou des sentiments simples à exposer.

Prenons un exemple
Une question de type “Dans quel but utilisez-vous le service Codeur.com  ?” devra intégrer une réponse mentionnant la “non-utilisation du service”, ou alors la question “Utilisez-vous le service Codeur  ?” devra être posée préalablement.
Simplifier questionnaire

N’oubliez pas, plus vos questions sont longues, plus vous risquez d’y intégrer vos sentiments et opinions.

4. Rendez vos questions accessibles

En plus de simplifier les questionnaires, il est important de réfléchir en se mettant à la place de son audience, et au fait qu’elle n’a pas forcément connaissance de tous les éléments de langages et de toutes les formes d’expressions.

Tout d’abord, pensez à utiliser des termes simples et compréhensibles de votre cible.

Est-ce que les abréviations ou termes utilisés au sein de votre secteur vont être compris des répondants  ? Si ce n’est pas le cas, simplifiez au maximum le vocabulaire ou détaillez en explicitant les termes employés par le biais de définitions supplémentaires.

Dans la même idée de maximiser l’accessibilité aux questions, évitez absolument les “questions doubles”. Ce sont des questions où deux réponses sont attendues en même temps, et qui lors d’un questionnaire créent de la confusion.

Prenons un exemple
“Trouvez-vous les développeurs de Codeur.com efficaces et abordables  ?” Ce type de question appelle deux réponses qui peuvent être différentes et biaiser, encore une fois, le questionnaire dans son ensemble.
Question double

Pour repérer et éliminer ce type de questions, ne gardez qu’un seul sens et sujet au sein de votre question, et gardez en tête que des prépositions de type “et” ou “ainsi que” entrainent généralement une association d’idées néfaste pour la bonne compréhension.

5. Recueillez la réponses à l’ensemble des questions

Pour terminer sur ces quelques conseils, une dernière remarque importante  : n’oubliez pas de demander la réponse à l’ensemble de vos questions.

Sur papier par le biais d’une mention, ou sur ordinateur par le biais d’une obligation de réponse, vous pouvez ainsi pousser les répondants à fournir des réponses à l’intégralité des questions.

Pour faciliter les réponses, et éviter des réponses “au hasard” afin de terminer rapidement le questionnaire, laissez des espaces pour que les personnes puissent exprimer leur opinion et compléter par des éléments supplémentaires.

De même, assurez-vous que les propositions pour chaque question couvrent l’ensemble du spectre de réponses. Ainsi, vous vous garantissez une pertinence plus importante dans les retours.

 

La création d’un bon questionnaire prend du temps. Au-delà même des principaux points rédactionnels présentés ici, des interrogations sur votre cible (échantillonnage) ou sur le contenu de vos questions sont à soulever.

Pour ce faire, faites confiance à nos experts professionnels sur Codeur.com pour vous accompagner dans la création de vos questionnaires.

Lire la suite de l'article
Afficher les commentaires (0)

Commentaires

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

[Infographie] – Facebook et les animaux de compagnie : le chien

Il est indéniable que le chien est le meilleur ami de l’homme au point que désormais ces animaux de compagnie trouvent leur place sur les réseaux sociaux. Cette infographie...

Publié le par Team WebActus
Webmarketing

15 templates Magento gratuits à découvrir

Vous êtes à la recherche d’un template gratuit pour votre site Magento  ? Ce CMS e-commerce est l’un des plus populaire du genre et il dispose...

Publié le par Leo Chatillon