Navigation

Toutes les catégories

Filtrer par auteur

Voir les derniers articles

Faut-il intégrer l’écriture inclusive dans vos rédactions SEO  ?

L’écriture inclusive fait controverse depuis quelques années. Entre ses détracteurs et ses partisans, les passions se déchaînent et les débats sont parfois houleux. L’Académie...

Publié par Elise Duret

L’écriture inclusive fait controverse depuis quelques années. Entre ses détracteurs et ses partisans, les passions se déchaînent et les débats sont parfois houleux. L’Académie française ira même jusqu’à qualifier l’écriture non genrée de « péril mortel ».

Mais en dehors de cette polémique, la question qui nous importe ici est de savoir si la rédaction épicène a un impact sur le référencement naturel. Alors, faut-il intégrer l’écriture inclusive dans vos rédactions SEO ?

Commençons avant tout par comprendre de quoi il s’agit !

 

C’est quoi l’écriture inclusive ?

L’écriture inclusive ou rédaction épicène, langage épicène, langage neutre, langage « non sexiste »… Vous l’aurez compris, sous cette liste de synonymes, se cache une idée : dégenrer le langage français et ainsi éviter toute discrimination en incluant le féminin au moyen de plusieurs leviers.

L’écriture incluse, loin d’être anecdotique, s’appuie sur de nombreuses études scientifiques qui ont prouvé l’importance de l’écriture genrée sur notre vision de l’égalité femme-homme. Selon l’hypothèse Sapir-Whorf, la structure de la langue façonne la pensée des locuteurs de cette langue. C’est un constat, en français, l’utilisation du masculin comme valeur par défaut nous amène à voir le monde au travers d’un prisme masculin.

Pour une société plus éthique et plus égalitaire, il est temps de faire changer les mentalités, et cela passe aussi par le langage.

Trois axes majeurs sont à prendre en compte :

  • Féminiser les métiers, titres, grades et fonctions (chef/cheffe, auteur/autrice…)
  • Utiliser le féminin et le masculin dès que l’on évoque un individu (une citoyenne et un citoyen ou le et la citoyenne)
  • Préférez Humain à Homme pour définir l’ensemble du genre humain.

On trouve la rédaction inclusive sous différents styles dont voici les principaux :

  • La parenthèse : rédacteur(trice)
  • Le slash : écrivain/ne
  • Le tiret : posé-e
  • Le point médian : romancier·ière

En règle générale, le point médian fait usage, mais quel impact a-t-il sur le SEO ?

L’écriture inclusive est-elle pertinente pour le SEO ?

En rédaction SEO, il n’y a pas de secret, pour se positionner en tête des moteurs de recherche, votre texte doit contenir un mot-clé principal qui correspond aux requêtes des internautes. Et, c’est là où le bât blesse, car le point médian en plus de perturber les algorithmes, ne fait pas partie des requêtes effectuées par les internautes.

Vous pouvez faire le test en tapant « étudiant·e », vous ne trouverez pas les mêmes résultats que si vous écrivez « étudiant ».

Non seulement Google semble considérer le point médian comme une espace et donc l’éradiquer de ses résultats. Mais tant que les internautes ne modifieront pas leur façon de chercher, les textes web non genrés resteront introuvables.

Le constat est donc pour l’instant sans appel, pour être référencé, l’écriture inclusive n’est pas conseillée.

Pour que les choses changent, il faudrait que les utilisateurs prennent l’habitude, et ce, de façon systématique, d’intégrer le style inclusif dans leur requête. Google prendra alors peut-être la mesure du changement et ainsi adaptera ses algorithmes à l’inclusivité.

Mais les choses avancent petit à petit. Le moteur de recherche a fait déjà de nombreux efforts contre le langage sexiste, notamment à travers son outil de traduction. Le journal le Monde, qui a imposé l’écriture exclusive au sein de sa rédaction et qui fait autorité auprès des Google bots aura peut-être aussi un impact positif !

Ne perdons pas espoir, d’ici quelque temps, il sera peut-être possible d’avoir un référencement optimal sur des mots-clés principaux non genrés !

Attention
L’utilisation du point médian dans vos mails et vos newsletter peut être mal interprété par les CMS d’emailing qui vont les considérer comme des liens !

 

Comment intégrer l’écriture inclusive sans impacter son SEO ?

Toute la difficulté pour le ou la rédactrice web est donc d’intégrer l’écriture inclusive dans son contenu web, tout en optimisant ses articles de blog !

Voici quelques pistes pour une écriture web inclusive ET SEO !

  • Utilisez le plus possible de termes génériques. Par exemple, parlez plutôt de corps enseignant au lieu des enseignant·e·s. L’idée est de globaliser et non plus de se référer à l’individu (la clientèle, l’équipe, la profession…).
  • Optez pour des mots neutres épicènes comme artiste, universitaire, spécialiste…
  • Doublez l’article plutôt que le nom pour que votre écrit soit plus lisible et plus aéré (exemple : le ou la factrice, la ou le rédacteur.).
  • Il existe des règles de grammaire où le masculin ne l’emporte pas sur le féminin.
    • L’accord majoritaire : l’accord se fait en fonction du genre le plus représenté.
    • L’accord de proximité : le mot s’accorde avec le plus proche.
Attention
Par contre, bannissez l’écriture non genrée des titres, des urls et des balises alternatives !

Notre conseil

Vous l’aurez compris, intégrer l’écriture inclusive dans sa stratégie éditoriale demande de savoir jongler avec les mots pour ne pas impacter votre SEO. Toutefois, l’inclusivité est une belle avancée pour faire changer la société vers plus d’égalité. Alors, commandez vite vos articles non discriminants à notre équipe de rédaction web !

5
/
5
(
2

votes

)
Lire la suite de l'article
Afficher les commentaires (0)

Commentaires

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

Global offensive, le nouveau Counter Strike

Les fans de Counter Strike, le célèbre fps qu’il n’est plus nécessaire de présenter, vont pouvoir se réjouir. En effet, Valve, le studio qui développe le jeu vient...

Publié le par Team WebActus
Webmarketing

Sur Google, on clique sur les résultats dans moins de 50 % des cas

Le cap des 50 % a été franchi pour la première fois en juin 2019 : moins d’une recherche Google sur deux est suivie d’un clic sur les...

Publié le par Thomas Coeffe