Google veut rendre plus rapide le protocole TCP/IP

logo de google

Vous avez une idée ? Trouvez gratuitement des développeurs sur Codeur.com !

Recevez des devis (gratuit)

Google continue d’oeuvrer pour créer un web plus rapide et souhaite s’attaquer désormais au protocole TCP/IP, protocole sur lequel repose l’ensemble des communication Internet. Ainsi, il propose 3 pistes de reflexion qui pourraient accélérer considérablement le chargement des sites web et améliorer indirectement le confort des internautes…

En effet, Google compte travailler sur 3 axes pour augmenter la rapidité d’Internet sans toucher aux connexions fournies par les fournisseurs d’accès Internet. Il propose:

  • Il souhaite augmenter le nombre de fenêtres de congestion utilisées par le protocole en le passant de 4 à 10 paquets. Cela va permettre de réduire les temps de latence de 10% et ainsi transmettre des paquets de données 15 Kb au lieu de 4 Kb.
  • Google veut réduire le temps de timeout (indisponibilité) initial de 2 secondes. Ainsi si une connexion sera jugée perdue si au bout d’une seconde les serveurs en question ne sont pas trouvés.
  • Pour finir, Google veut adopter l’algorithme Proportional Rate Reduction (PPR). Actuellement, en cas de réseau saturé et de perte de données, celles-ci sont retransmises plus lentement pour permettre de récupérer les pertes. PPR permet d’ajuster automatiquement la vitesse de cette nouvelle transmission en fonction de la perte des données. L’algorithme est déjà embarqué  dans le kernel Linux et est en passe d’être standardisé par l’IETF.

Pour ceux qui voudraient en savoir un peu plus sur le sujet, je vous partage la vidéo, en anglais, où Google s’exprime:

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=IWWBnJEsUtU[/youtube]

On voit donc que Google continue de travailler sur un web plus rapide et pourrait proposer une solution intéressante pour accélérer considérablement les chargements de sites et le confort des internautes. Cependant, l’ensemble de ses préconisations repose sur un pré-requis important: la qualité élevée des connexions/infrastructures actuelles. Google pourrait se permettre un tel changement si et uniquement si les réseaux derrière sont stables et performants. Par exemple, cela n’irait pas pour accélérer le réseau mobile ou ceux des pays en développement qui construisent et maillent actuellement leur architecture.

Mais je trouve que c’est à creuser, surtout si derrière ça fluidifie notre surf quotidien !

Source: RWW

L'équipe de WebActus.net vous propose tous les jours des articles sur l'univers des startups, du e-commerce et du growth hacking.

Rejoignez la communauté Webactus

Recevez régulièrement les meilleures actus et ressources

Pas de spam, vous pouvez vous désabonner à tous moment.