E-commerce : 5 erreurs de copywriting à ne pas faire

Lorsqu’un rédacteur travaille aux contenus textuels d’un site e-commerce, il doit veiller à ce que ces derniers plaisent autant aux moteurs de recherche...

Publié par Jerome Dajoux

Lorsqu’un rédacteur travaille aux contenus textuels d’un site e-commerce, il doit veiller à ce que ces derniers plaisent autant aux moteurs de recherche – et ce en vue d’un bon référencement – qu’aux internautes.

En effet, il arrive parfois de vouloir trop écrire pour Google et d’en oublier les clients, si bien que certains hésiteront à franchir le pas que constitue l’acte d’achat.

Pour éviter que vous ne viviez pareille situation, nous vous proposons de découvrir 5 erreurs de copywriting qui peuvent vous priver de certaines ventes. Charge à vous de ne pas les reproduire…

1. Rester trop focalisé sur le produit

Vous êtes un e-commerçant et vous souhaitez vendre vos produits, il est tout à fait normal que vous désiriez proposer une description exhaustive de ces derniers. Mais est-ce réellement ce qui va convaincre un client d’acheter le produit  ? Probablement pas…

Plutôt que de concentrer vos efforts sur les descriptions de produits, essayez plutôt de montrer les avantages qu’ils peuvent procurer à leurs propriétaires. Autrement dit, plutôt que de présenter une fonctionnalité offerte par le produit, dites en quoi celle-ci sera intéressante pour le consommateur.

Par exemple, si vous vendez un oreiller à mémoire de forme, ne vous focalisez pas sur une donnée telle que la densité de la mousse pour justifier son moelleux, mais mettez plutôt en lumière le fait qu’il va considérablement contribuer à améliorer la qualité du sommeil de votre client.

Notre conseil
Essayez de rédiger des contenus où il y a davantage de concret, histoire que le client puisse se projeter vers un achat.

2. Avoir recours à des formules commerciales vues et revues

À l’heure où les internautes peuvent en un clic passer d’une boutique à une autre pour trouver, souvent, des produits équivalents – parfois même identiques – il ne sert à rien de remplir vos pages avec des expressions « pompeuses ».

Le saviez-vous ?
Diverses études démontrent effectivement que les internautes ne supportent plus certaines formules vues et revues comme « leader du marché », « produit innovant », etc.

L’internaute n’est pas là pour que vous lui vendiez du rêve, mais bien pour avoir des informations concrètes sur le produit. Il appréciera par exemple de retrouver dans l’argumentaire de vente des données chiffrées factuelles.

Ainsi, pour vanter une chaise de bureau, mieux vaudra peut-être indiquer combien d’entreprises ont déjà été séduites plutôt que simplement dire qu’elle est « conçue par un fabricant mondialement renommé ».

3. Abuser d’adjectifs pour définir votre produit

Certains rédacteurs pensent que c’est en abusant d’adjectifs valorisant un produit qu’ils vont convaincre les internautes de l’acheter. Une erreur  !

Eh oui, en surutilisant les adjectifs, les contenus vont devenir difficiles à lire et l’internaute aura l’impression de consulter des contenus sans intérêt si bien qu’il cessera rapidement sa lecture.

Mais alors, comment bien utiliser les adjectifs dans vos descriptions  ? À vrai dire, l’idéal est de ne jamais utiliser plus d’un adjectif pour un nom et de privilégier les adjectifs susceptibles de véhiculer une émotion. Ainsi, « délicieux » ou « éblouissant » seront plus pertinents que « beau » et « joli ».

4 . Adopter un ton trop neutre

Il s’agit là d’une erreur mais qui est parfois voulue par les e-commerçants. En effet, certains choisissent volontairement de ne pas laisser de place à l’humain dans leur business. C’est d’ailleurs ainsi que la majorité des géants du secteur ont réussi à s’imposer.

Toutefois, vous ne désirez pas obligatoirement suivre leur exemple et peut-être souhaitez-vous que les clients puissent se sentir proches de vous.

Si c’est le cas, il faut veiller à ce que vos contenus adoptent un ton facilitant cette proximité. Nul doute d’ailleurs qu’un tel choix pourra vous aider à vous démarquer de vos concurrents et à doper vos ventes.

Notre conseil
Généralement, le ton à adopter dans pareille situation est celui que vous emploieriez avec un client vous faisant face et hésitant à acheter un produit.

5. Ne pas effectuer de relecture

De nombreux rédacteurs, pourtant experts dans le secteur du e-commerce, jugent qu’une relecture n’est pas indispensable. Pourtant, pour avoir un article performant permettant réellement de booster les ventes d’un produit, un rédacteur professionnel s’y prendra à plusieurs fois et ne se contentera pas de corriger une ou deux fautes d’orthographe lors de la première relecture.

Eh oui, dans un souci d’offrir la meilleure expérience à l’internaute, des expressions pompeuses seront retirées alors que des précisions sur les avantages à attendre de l’acquisition du produit seront très probablement ajoutées.

Autant dire que le premier contenu créé n’aura été qu’un jet amené à évoluer avant d’être publié sur le web.

 

Rédiger pour un site e-commerce est tout sauf simple et c’est pourquoi il est recommandé de faire appel à un spécialiste de la rédaction. Celui-ci connaîtra les différents écueils présentés dans cet article et sera en mesure de vous livrer des contenus qui devraient contribuer à booster votre niveau de ventes tout en améliorant le référencement de votre boutique en ligne.

Lire la suite de l'article
Afficher les commentaires (0)

Commentaires

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

10 offres de stage : community manager, chef de projet, big data, analyste marketing…

Vous êtes à la recherche d’un stage ? Découvrez notre sélection dispatchée dans toute la France. Si jamais elle ne vous convient pas,...

Publié le par Ludwig Herve
Webmarketing

Étude : le commerce mobile est en plein développement

Les consommateurs utilisent de plus en plus leur smartphone pour effectuer des achats en ligne. C’est ce que nous apprend une étude de la Mobile Marketing Association...

Publié le par Leo Chatillon