Navigation

Toutes les catégories

Filtrer par auteur

Voir les derniers articles

Comment bien traduire vos supports touristiques ?

On pense à tord que les textes des brochures touristiques sont simples et qu’ils seront donc faciles à traduire. Un peu comme les menus des restaurants. Or c’est loin d’être le...

Publié par Elodie

On pense à tord que les textes des brochures touristiques sont simples et qu’ils seront donc faciles à traduire. Un peu comme les menus des restaurants. Or c’est loin d’être le cas. Le peu d’intérêt porté aux traductions dans le domaine du tourisme, en dehors du tourisme de luxe, provoque de nombreuses erreurs récurrentes qu’il est facile d’éviter. Nous allons donc voir ensemble comment traduire vos supports touristiques pour donner envie aux touristes de s’intéresser à ce que vous proposez.

Qui doit traduire ? Que traduire ?

On ne voyage pas seulement dans les pays dont on connaît la langue, même un peu. Traduire c’est proposer aux touristes des informations qu’ils pourront comprendre pour leur permettre de découvrir un lieu. Entre altruisme et enjeux économiques d’ouverture sur de nouveaux marchés, la traduction devient vite nécessaire pour les entreprises qui travaillent dans le secteur du tourisme.

 

 

Cela peut concerner les entreprises proposant des logements (hôtels, auberges), des services (événements, guides, activités), de la gastronomie (restaurants, bars, pubs) mais aussi des transports (bus touristique, croisières) et bien sûr des lieux purement touristiques comme les musées, les monuments ou les offices de tourisme. Au final, de nombreux secteurs sont concernés.

 

 

Vient ensuite la question de savoir ce qu’il faut traduire. Tout simplement toutes les informations que vous communiquez au public dans votre langue. Il peut s’agir de votre site internet, de la publicité, des flyers de présentation, des catalogues, des guides, des forums, des pancartes d’informations, des plans, des billets, des e-mails de réservation, des factures, des menus, des consignes de sécurités, etc… Ces traductions peuvent être très variées.

En effet, rentrent dans les supports touristiques des informations comme les carnets de bonnes adresse (bars, restaurants, salons de thé), que ce soit sur un blog ou sur un support papier publié par l’office de tourisme, la mairie ou toute autre entité, les brochures présentant le patrimoine culturelle, les brochures de tours organisés pour le découvrir, ou de façon plus ponctuelle le programme de la saison estivale, qui peut reprendre différents festivals ou autres.

On trouve aussi les brochures décrivant les formules disponibles pour différentes activités (promenade en bateau, kayak, location de voiture, balade en calèche, et bien d’autres).

 

 

Les difficultés de la langue touristique et comment les contrer

Comme toute traduction spécialisée, la traduction touristique a ses caractéristiques et, avec elles, ses erreurs récurrentes. Voici quelques points qui doivent attirer votre attention.

Le manque d’information

Si le contexte peut être évident pour un local, ce ne sera pas forcément le cas pour un touriste. Il ne faut jamais perdre de vue qu’un support touristique a pour but de donner des informations. Il faudra donc toujours garder en tête la cible et se demander si elle est capable de comprendre l’intérêt de ce que vous présentez avec les informations qui lui sont communiquées ou s’il faut en rajouter. Par exemple, si un français voit très bien qui est Louis XIV, il pourra être pertinent de le présenter succinctement sur une brochure en russe. De même, sur un menu de restaurant en Grèce, traduire « ντολμάς » par « dolmas » n’aidera pas forcément le touriste français à comprendre qu’il s’agit de feuilles de vigne farcies.

La traduction des plans

Traduire un plan est un exercice compliqué. Si vous traduisez les noms des rues, le touriste ne pourra pas se repérer avec les panneaux, mais si vous ne traduisez rien, il risque de ne pas savoir non plus où il doit aller. Il est utile alors d’utiliser des pictogrammes avec des légendes traduites pour guider le touriste.

 

 

Les noms propres

Le soucis avec les noms propres, c’est qu’il sera parfois nécessaire de les traduire et parfois pas. Le plus simple dans ce cas est de faire une recherche sur internet pour voir ce qui est utilisé dans votre langue cible. Louis XIV doit-il devenir Ludwig 14 en allemand ou rester Louis XIV ? La Via Sacra de Rome doit-elle devenir La Voie Sacrée ? Il est important de prendre en compte les habitudes de la langue cible vis-à-vis de ces noms propres et de s’adapter afin que le contenu reste compréhensible. Pour certains cas des doublons restent cependant compréhensibles comme dans le cas de Mumbai/Bombay ou Beijing/Pékin. De plus, des précautions sont particulièrement à prendre lorsque les noms propres ont changé depuis peu. On pense à l’ex-Birmanie aujourd’hui Nyanmar.

 

 

La localisation

Il vous faudra prendre en compte le fait que votre lecteur peut être perturbé par les habitudes de présentation de certains éléments « à la française ». Il faudra donc vous adapter. Ainsi, n’oubliez pas d’ajouter l’indicatif pays devant votre numéro de téléphone ou d’ajouter les bons éléments à l’adresse : dans certains pays, il est important de faire spécifier la région, dans d’autres le code postal apparait après la ville. Dans tous les cas, spécifiez bien le nom du pays à la fin. Pour ce qui est des prix, il est nécessaire de bien afficher le symbole de la monnaie dans laquelle vous l’énoncez. Il peut être intéressant de proposer un prix converti (en précisant bien la date de vérification du taux de change). Cette information devra être mise à jour régulièrement, mais pourra aider les visiteurs à se rendre compte du prix.

 

 

 

Un dernier conseil ?

On ne le répétera jamais assez, la traduction par une machine ne vaudra jamais un traducteur spécialisé. Car la machine ne sait pas tout et surtout elle ne sait pas vous relire. Il suffit d’une faute de frappe en amont pour que votre texte ne veuille plus rien dire. De plus, vous n’avez pas la capacité de savoir si la machine a bien traduit ou non. Dans le secteur du tourisme il est important que vos supports reflètent du sérieux et de la rigueur. L’investissement à fournir pour avec une traduction faite par un professionnel sera largement compensé par la confiance que vous inspirerez à vos clients grâce à un texte sans faute, contenant toutes les informations nécessaires aux étrangers. Faites en sorte que la langue ne soit un obstacle ni pour votre entreprise, ni pour vos clients.

 

5
/
5
(
1

vote

)
Lire la suite de l'article
Afficher les commentaires (0)

Commentaires

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

Applications de la semaine #6

Quels ont été les logiciels/web services que j’ai testé pour vous cette semaine et qui valent le coup ? Voilà ma sélection : TuneUp est un logiciel permettant de...

Publié le par Team WebActus
Webmarketing

PrestaShop et Paypal lancent PrestaShop Checkout, une solution de paiement simplifiée

PrestaShop, la plateforme e-commerce leader en Europe et en Amérique Latine en ligne et Paypal, le leader du paiement en ligne, se sont associés pour proposer...

Publié le par Flavien Chantrel