Etat des lieux des sites de jeux d’argent en ligne en France

logo Kuzeo

Vous avez une idée ? Trouvez gratuitement des développeurs sur Codeur.com !

Recevez des devis (gratuit)

Cet article ne concerne que les sites de paris, casinos ou tout autre site vous permettant de gagner ou perdre de l’argent sur internet. Je vous avais déjà parlé de Kuzeo quelques mois auparavant. Pour rappel, c’est un jeune site qui propose des informations et analyses autour de ces sites de jeux d’argent en ligne.

Après avoir repris contact avec eux et notamment avec Florian Motemps, co-fondateur, nous avons décidé conjointement de monter un dossier sur l’état des jeux d’argent en ligne actuellement. Ce dossier a été monté sous la forme d’une interview. Voici le résultat de notre travail :

WA : Quel est l’état actuel du marché du jeu en France ?

C’est jusqu’à juin 2010 un marché monopolisé par la Française des Jeux et le PMU. La première est une entreprise publique, sans doute prochainement privatisée, et exploite entre autres les jeux de grattage et de tirage, et les paris sportifs (Cote&Match) ; l’entreprise française PMU détenant le monopole des paris hippiques, communément appelés « Turf ».
Les bookmakers (sites de paris sportifs), salles de poker virtuelles et les casinos en ligne illégaux en France sont exploités depuis l’étranger. Il fallait donc réguler un marché qui existe depuis longtemps, plus de 3 millions de Français jouant en ligne depuis des années sur ces sites.C’est aussi un marché qui fait l’objet de préjugés en tous genres et de contre-vérités. Les sites de jeux d’argent sont pour l’immense majorité des sites sécurisés et leur libéralisation permettra de les encadrer et de créer de la richesse et donc des emplois dans le secteur du « gambling ».Le pari sportif est sans doute le jeu d’argent qui a la plus grosse marge de progression. La chance et là stratégie y sont réellement mêlés, comme au poker.

WA : Qu’est-ce qui a permis l’ouverture du marché à la concurrence ?

D’un point de vu purement juridique, la Cour de Cassation a infirmé l’arrêt « ZeTurf » le 10 juillet 2007 aux motifs qu’il était contraire au traité de Rome, dont l’article 49 prévoyait la libre prestation de services au sein de la Communauté Européenne, ce qui est en contradiction avec l’idée de monopole d’Etat. Right2Bet.net (fondé par BetFair) a été créé récemment pour « s’assurer que les principes de liberté économique dans l’Union Européenne soient appliqués aussi équitablement aux paris et aux jeux qu’ils le sont aux autres secteurs ». Le jeu reste tabou en Europe, la libéralisation en France pourrait amener l’Allemagne et les autres pays encore contraints au monopole à changer une législation obsolète.

WA : Et en ce qui concerne la publicité ?

Tout n’est pas parfait dans le projet de loi sur l’ouverture des jeux d’argent, qui doit être examiné au Sénat en novembre. Dans notre domaine d’activité, ce sont les amendements sur la publicité que nous suivons. La fermeture des comptes des joueurs puis leurs réinscriptions va entraîner une probable remise à niveau de l’affiliation, il faudra suivre cela de près. Fabrice Drouin de Gambling-Affiliation expliquait qu’un recours au niveau européen pourrait s’envisager compte tenu de la perte de revenus pour les sites affiliés (qui envoient des clients aux opérateurs de jeux en touchant des commissions).
Depuis des mois, les entreprises monopolistiques, surtout le PMU, diversifient leurs offres et leurs produits en utilisant la publicité sur différents supports, une communication pour le moment interdite aux opérateurs étrangers, ce qui est regrettable.

WA : Où se place Kuzeo ?
Kuzeo est une plateforme complète pour s’informer sur les jeux d’argent : conseils aux joueurs, stratégies de jeu, règles, interviews de pros et réponses aux interrogations des joueurs.
Nous avons créé Kuzeo pour répondre à une double demande. Les joueurs et futurs joueurs se posent des questions évidentes sur un marché méconnu. Nous proposons les meilleures offres du marché en ce qui concerne les sites de paris sportifs et hippiques, de poker, les casinos en ligne, les salles de bingo, les jeux de grattage, loteries gratuites…  De leur côté, les opérateurs peuvent bénéficier d’un espace de qualité pour communiquer.

WA: Personnellement, je ne suis pas un grand amateur de ce genre de site (jeux d’argent en ligne) et étant assez frileux à ce sujet, j’ai adressé quelques questions pratiques à Kuzeo qui m’a répondu d’une manière complète. Avez-vous des conseils à donner pour des gens qui sont frileux de parier de l’argent réel en ligne mais qui souhaiterait se lancer ?

Jouer, parier et miser doit être un plaisir ; l’adrénaline que cela procure peut être très positive. Cependant, il est normal d’être sceptique et frileux puisqu’il s’agit d’argent réel. Il n’est pas non plus nécessaire de miser des sommes astronomiques pour s’amuser, il faut jouer selon ses moyens.

La question de la sécurité des sites revient souvent puisque les joueurs y déposent de l’argent (par exemple sur un bookmaker en ligne, un site de poker ou un casino virtuel). La sécurité des transactions est évidemment primordiale, au niveau purement technique ces sites de jeux ont recours à la technologie de chiffrage « 128 bit Secure Socket Layer (SSL) » pour les dépôts d’argent en ligne afin de s’assurer que les données sensibles des internautes soient transférées de manière sûre d’internet vers leur serveur, lui-même protégé. Lorsque vous réalisez un paiement, vous accéder à une URL « https:// », l’équivalent du protocole « http:// » sécurisé.

WA : J’ajouterais qu’il est essentiel de jouer sur des sites connus comme BetClic, Sportingbet etc… Il est obligatoire d’aller sur des sites reconnus par le public. Ne vous laissez pas tenter par des offres trop impressionnantes où sur simple inscription vous pouvez récupérer 10 000€. Évitez aussi les arnaques basiques comme les pyramides qui consistent à donner 5/15€ au membre supérieur et vous assurent que les nouveaux inscrits feront la même chose. Il n’y a pas de technique miracle

WA : De nombreux sites comme BetClic sont accessibles et quelques milliers de français parient quotidiennement dessus. Que risquent-ils vraiment?

Tout simplement un manque de protection en cas de non-paiement des gains des joueurs de leur part. Il serait difficile de se retourner contre eux en cas de litige. Mais la toute prochaine loi est là pour encadrer les jeux d’argent en France et le fait qu’elle va les autoriser signifie qu’il n’y a plus de raison de s’inquiéter ; ces opérateurs sont sérieux et opèrent depuis des années depuis l’étranger. Des milliers de Français en sont satisfaits.

WA : Comment seront gérées les addictions ? Y’a-t-il un moyen actuel ou futur (lois, logiciels…) de contrôler les personnes pour éviter qu’elles ne deviennent dépendantes ?

Tout d’abord, on ne peut priver 98% de Français de jouer sous le prétexte de 2% de joueurs pathologiques. Ils connaissent le risque de dépendance mais ne doivent pas être privés d’une liberté.

L’idée répandue et défendue par exemple par Patrick Besson, journaliste et écrivain, c’est de dire que la libéralisation du marché augmentera le nombre de joueurs et donc l’addiction voire « l’autodestruction ». Valait-il mieux nier l’existence de ce marché ? Je ne le crois pas. Organiser le marché permettra de mieux protéger les joueurs. En plus des 10 millions d’euros qui vous être consacrés à la lutte contre la dépendance, les joueurs joueront sur des opérateurs de jeux de qualité, agrémentés par l’Autorité Régulation des Jeux d’Argent en Ligne (ARJEL), qui est une autorité indépendante.

Dans le projet de loi, 10 millions d’euros seront consacrés à la lutte contre la dépendance (2 à 3% des joueurs). Adictel, partenaire de nombreux sites de jeux, s’occupe des joueurs pathologiques grâce à un centre d’appels et 127 conseillers sur le terrain.

Carole Morlec, alors psychologue en chef d’Adictel, nous confiait que la non-réglementation actuelle des jeux d’argent ne permet pas une bonne protection des joueurs. En 2010, les opérateurs de jeux seront sélectionnés et agrémentés par l’Arjel et la prévention sera beaucoup plus présente car obligatoire.

Eric Bouhanna d’Adictel a par exemple mis en place les outils FairPlayers permettant de contrôler les joueurs dans leurs habitudes et surtout que les mineurs ne jouent pas, grâce à une carte d’authentification.


WA : La Française des jeux à lancé ParionsWeb.fr, qu’en pensez-vous ?

La Française des Jeux veut regrouper ces offres de paris en ligne sous Parionsweb.fr, très bien. Depuis plusieurs mois, on assiste à la transformation du PMU, qui va lui aussi devenir un support de paris en ligne de tous les sports et non plus seulement dédié aux paris hippiques. Je suis déçu de la durée entre la prise de conscience par l’Etat de la nécessité de libéraliser le marché, le vote des parlementaires et l’entrée en vigueur de la loi. Les sociétés monopolistiques se renforcent et les autres n’ont toujours pas le droit de faire de la promotion (comme BetClic sur les maillots de l’OL), c’est regrettable.

Je remercie Florian Motemps d’avoir consacré du temps à la rédaction de ce dossier et de s’être prêté au jeu de l’interview. Si vous avez la moindre question ou précision à ajouter, laissez un commentaire à la suite de cet article, nous tâcherons d’y répondre précisement.

L'équipe de WebActus.net vous propose tous les jours des articles sur l'univers des startups, du e-commerce et du growth hacking.

Rejoignez la communauté Webactus

Recevez régulièrement les meilleures actus et ressources

Pas de spam, vous pouvez vous désabonner à tous moment.