Free en dévoile un peu plus sur son futur réseau 3G

Logo Free Mobile

Vous avez une idée ? Trouvez gratuitement des développeurs sur Codeur.com !

Recevez des devis (gratuit)

Alors que Free a obtenu il y a quelques mois la quatrième licence 3G pour proposer à son tour des forfaits sur une infrastructure qui sera sienne et financée par ses soins (contrairement aux opérateurs virtuels comme Virgin, Carrefour ou bientôt la poste qui loue à des prix avantageux les équipements d’un des opérateurs du marché: Orange, Sfr ou Bouygues Telecom), Nokia Siemens Networks (NSN), un des partenaires proches de Free pour concevoir et installer l’infrastructure, vient de dévoiler quelques informations sur la future architecture du réseau 3G de Free à un journaliste de La Tribune. Je dois dire que ça sent bon pour nous…

Free a bien compris que l’avenir allait se faire autour du web mobile. Il n’est pas aveugle et bien évidement il souhaite prendre le meilleur départ possible. C’est pourquoi toute son infrastructure a été pensé atour de l’échange de données entre les mobiles du client et le réseau internet. Free a opté pour la technologie Internet HSPA (I-HSPA) qui permettra de booster nos connexions. On parle ainsi d’un débit de 42 Mbps en téléchargement et 5,8 Mbps en upload soit environ entre 50 et 500 % de plus que les débits 3G+ actuels.

Attention ce n’est pas tout. Free a aussi pensé son réseau pour qu’il évolue simplement et en suivant les nouvelles tendances. En effet, son réseau tout IP lui permet de déployer à moindre coûts les équipements nécessaires au bon fonctionnement de son infrastructure et facilite sa maintenance. NSN annonce aussi que infrastructure en cours de déploiement pourra migrer sur la technologie 4G censée à terme prendre la place de la 3G avec une simple mise à jour logiciel. Autant dire qu’il a un avantage indéniable par rapport à ses concurrents. De plus avec ces « coûts de déploiements réduits », sa maintenance « facile » et son réseau orienté transfert de données, Free devrait pouvoir proposer des forfaits à des prix très avantageux, un futur succès assuré au vu des prix élevés exercés par ses futurs concurrents pour les échanges de données. (Comptez 30 euros pour avoir 1Go d’échange possible par mois et un débit réduit ensuite au profit de ceux qui n’ont pas consommé leur forfait).

Un bémol seulement… Oui il y en fallait bien un! Tous les terminaux (téléphones et autres périphériques) ne peuvent pas se connecté à ce genre de solution tout IP (surtout les plus vieux). Ne vous inquiétez pas les équipements seront d’ici là bien compatibles et Free commercialisera avec ses futures offres, que l’on attend de pied ferme (notamment les prix), des périphériques compatibles comme le font nos opérateurs actuels.

Au final, je trouve que c’est une bonne chose et j’espère que Free arrivera à mettre le même coup de pied qu’il a mis il y  a quelques années dans les offres ADSL. En partant du principe qu’il souhaite faire de la vente massive, il a tout intérêt de faire ce qu’il sait mieux faire, tirer les prix vers le bas et attirer du monde. Attendons de voir les réponses des opérateurs actuels qui j’en suis sûr n’ont pas encore dit leur dernier mot (même si le réveil sera difficile)

Source: PcInpact

L’équipe de WebActus.net vous propose tous les jours des articles sur l’univers des startups, du e-commerce et du growth hacking.

Rejoignez la communauté Webactus

Recevez régulièrement les meilleures actus et ressources

Pas de spam, vous pouvez vous désabonner à tous moment.