Navigation

Toutes les catégories

Filtrer par auteur

Voir les derniers articles

Évaluer la valeur de son entreprise : les 3 méthodes

Contrairement aux idées reçues, la valeur d’une entreprise ne se base pas exclusivement sur la valeur des biens qui lui sont rattachés. Si vous avez décidé de vendre votre...

Publié par Damien Charles

Contrairement aux idées reçues, la valeur d’une entreprise ne se base pas exclusivement sur la valeur des biens qui lui sont rattachés.

Si vous avez décidé de vendre votre business, ou d’accueillir de nouveaux investisseurs au sein de votre structure, différentes méthodes sont utilisées afin d’en faire l’estimation qui servira de base de négociation avec votre futur acheteur.

Découvrez l’importance de bien évaluer la valeur de son entreprise, ainsi que trois méthodes pour le faire et les éléments à prendre en compte pour affiner votre estimation.

Pourquoi bien évaluer la valeur de son entreprise ?

Vous pouvez, bien sûr, valoriser votre entreprise en vue d’une cession. Néanmoins, la vente n’est pas l’unique cas où une évaluation est nécessaire. À noter que la valeur et le prix d’une entreprise sont deux notions différentes.

Si la valeur relève de savants calculs permettant de prendre en compte la valeur matérielle et immatérielle d’une société, le prix est, quant à lui, une affaire de marché de l’offre et de la demande.

Récolter des informations

Évaluer la valeur de son entreprise permet de récolter des informations cruciales sur le passé, le présent et l’avenir de son activité pour organiser une levée de fonds ou faire rentrer de nouveaux investisseurs afin de développer son activité et ses services ou encore travailler sur son image.

De plus, la valorisation d’une entreprise peut mettre en exergue des axes d’amélioration potentiels et un momentum opportun ou non pour une vente.

Trouver de nouveaux investisseurs

En effet, un investisseur souhaitera connaître la valeur de l’entreprise dans laquelle il va investir afin de calculer le prix des parts à acquérir et voir s’il peut ou non réaliser une plus-value et des bénéfices.

Transmission d’entreprise

Il est fréquent de constater une forte différence entre la valorisation du vendeur et le prix offert par l’acquéreur. On considère que les chances d’aboutir à une transaction sont positives lorsque l’écart qui sépare les 2 propositions (du vendeur et de l’acheteur) n’excède pas 30 %.

Afin d’évaluer la valeur de son entreprise en restant impartial et réaliste, il est fortement conseillé de faire appel à un professionnel ou des outils d’estimation externes à l’entreprise.

Trois méthodes pour évaluer la valeur de son entreprise

L’analyse de la valeur d’une entreprise n’est pas une science exacte. Aussi, nous vous recommandons fortement de vous renseigner auprès de professionnels du domaine comptable et juridique afin de mettre en place la méthode correspondant le mieux à votre entreprise, voire établir une fourchette en utilisant plusieurs méthodes.

Évaluer la valeur patrimoniale de l’entreprise

Grâce à cette analyse, on peut évaluer la valeur de son entreprise en définissant sa situation nette à l’instant “T” de l’année en cours. Pour cela, on dresse l’état des lieux des actifs et des dettes de la société.

La méthode la plus à même de donner une valeur patrimoniale est l’évaluation par actif net corrigé. En reprenant les chiffres du bilan comptable précédant la date de la valorisation, tout en adaptant les données au contexte économique actuel, on obtient un résultat différent de la valeur comptable de la société : la valeur patrimoniale de l’entreprise. Au titre des actifs corrigés, on retrouvera :

  • Les immobilisations corporelles (bâtiments, foncier, véhicules…) ;
  • La trésorerie ;
  • Les créances de l’entreprise revues en fonction des délais de remboursement et de la situation ;
  • Les stocks revalorisés en fonction des montants actuels ;
  • Les investissements à court terme ou placements ;
  • Les réalisations de la société et le Goodwill (savoir-faire, système de distribution interne, brevets, notoriété de la société, de ses partenaires, collaborateurs et clients). La sous-évaluation des acheteurs vient souvent de la négligence de ces points, moins visibles et palpables au sens propre du terme. La valeur du Goodwill est calculée sur une projection à maximum 60 mois de la différence entre le bénéfice économique et le paiement du capital engagé.

Quant au passif corrigé, il contiendra :

  • Les impôts à régler (cotisations, TVA, impôt sur les sociétés…) ;
  • Les sommes dues aux salariés (masse salariale, …) ;
  • Les dettes de l’entreprise.

Reste alors à soustraire la valeur des passifs corrigés à celle des actifs corrigés afin d’obtenir la valorisation par actif net corrigé qui correspondra à la valeur patrimoniale de l’entreprise.

Cette méthode d’évaluation traditionnelle s’adresse principalement aux entreprises de plus de 3 ans, elle est cependant de plus en plus complétée ou remplacée par d’autres analyses, plus à même de démontrer la capacité d’une entreprise à générer des bénéfices.

Évaluer la valeur de l’entreprise via sa rentabilité

Cette méthode est également appelée “évaluation par un multiple de résultat”. Le calcul de cette valorisation d’entreprise se base principalement sur le chiffre d’affaires, l’excédent brut d’exploitation ou le résultat net, mais il peut aussi être calculé à partir du résultat d’exploitation ou sur la marge brute d’autofinancement.

Sa valeur est comprise entre 4 et 8 si le calcul se base sur l’excédent brut d’exploitation, 0,5 et 2 avec le chiffre d’affaires, et entre 7 et 14 pour le résultat net. Le but est de mettre en face à face le passif et la trésorerie de la société.

Le résultat obtenu est associé à un coefficient multiplicateur défini en fonction du secteur d’activité, des risques, de la taille de l’entreprise et de son développement potentiel. On obtient ainsi la valeur de l’entreprise compte tenu de sa rentabilité, mais ce calcul peut également s’effectuer en reposant sur des prévisions.

L’évaluation par un multiple de résultat peut s’effectuer sur le dernier exercice, mais la pratique montre que le calcul est souvent réalisé sur 3 années pour constater la capacité d’une société à générer des bénéfices.

Si votre entreprise a moins de 3 ans, ou bien si cette méthode ne lui convient pas, il est également possible de se baser sur l’évaluation des flux de trésorerie prévisionnels.

Évaluer la valeur de l’entreprise à travers les flux de trésorerie prévisionnels

De plus en plus utilisée, cette méthode permet d’évaluer la valeur de son entreprise grâce à ses flux financiers (ou cash-flow) prévisionnels sur les 5 à 10 années à venir. Il n’est donc pas nécessaire à l’entreprise d’avoir de l’ancienneté pour être valorisée, ce qui rend l’évaluation par les flux de trésorerie très populaire auprès des start-up.

Néanmoins, il est tout à fait possible de combiner cette méthode à l’évaluation de la valeur patrimoniale de l’entreprise pour affiner votre estimation.

Dans un premier temps, il faudra calculer le cash-flow de l’entreprise, correspondant aux entrées et aux sorties de trésorerie.

Pour cela, il est nécessaire de soustraire les besoins en fonds d’investissement (sommes réservées pour le développement de la société) et de roulement (fonds nécessaires au bon déroulement de l’activité) et l’amortissement d’exploitation (baisse de valeur des biens servant à la production de l’entreprise) aux provisions (dettes anticipées liées aux coûts inhérents à l’activité), dotations aux amortissements (déclin de la valeur des biens physiques de l’entreprise) et au résultat d’exploitation net.

Plus délicat, il faut ensuite déterminer comment va évoluer le cash-flow dans les prochaines années. La concertation entre vendeur et acheteur est alors cruciale afin de déterminer quelles vont être les futures données de l’entreprise (fonds d’investisseur et de roulements, amortissements, provisions et résultats d’exploitation).

Le vendeur est à même de connaître l’état actuel de son entreprise et l’acheteur ses projets de développement et de création.

Enfin, une fois le cash-flow prévisionnel calculé, une actualisation est nécessaire afin de compenser l’impact de l’inflation.

Pour cela, il faut convertir la valeur des sommes que le repreneur va percevoir dans les prochaines années à la valeur de la devise actuelle, en déterminant au taux d’actualisation tenant compte d’une anticipation de l’inflation, de l’augmentation des taux d’intérêt, mais également des risques liés au rachat de l’entreprise.

Les autres éléments à prendre en compte pour évaluer la valeur de son entreprise

En plus d’une analyse financière et juridique, l’évaluation de la valeur d’une entreprise passe également par une analyse de marché et interne.

La culture d’entreprise

Le savoir-faire, la culture d’entreprise et la bonne gestion des ressources humaines sont des éléments cruciaux pour évaluer une entreprise. De même, un relationnel de qualité entre les associés peut être mis en avant.

Ceux-ci entrent en ligne directe pour le calcul du Goodwill. Un futur actionnaire ou repreneur appréciera pouvoir se reposer sur des collaborateurs fiables qui resteront à ses côtés plusieurs années en maîtrisant les subtilités de l’entreprise.

Concurrence

Le rapport servant à évaluer la valeur d’une entreprise prendra également en compte l’état de la concurrence. Certaines approches dites “comparatives” ou “barèmes” permettent même de calculer la valeur d’une entreprise en la mettant en perspective d’autres sociétés comparables dont les montants de la transaction sont connus.

Particulièrement utilisée pour la cession de fonds de commerce régie par une côte officielle, cette méthode peut également servir pour affiner le résultat d’une autre évaluation.

Croissance du marché

La croissance du marché influe à plusieurs niveaux dans la valorisation d’une entreprise. Un marché en pleine croissance suggérera un nombre d’acheteurs ou d’investisseurs potentiels plus important et donc une marge de manœuvre plus confortable lors des négociations.

L’état du marché influence également directement la valeur d’une entreprise via, notamment, la valeur des stocks.

Notre astuce pour évaluer la valeur de votre entreprise

Valoriser une entreprise va bien au-delà de faire l’état des biens matériels de celle-ci. Afin d’arriver à un résultat fiable, choisir une méthode adaptée à son entreprise, voire croiser le résultat de plusieurs d’entre elles tout en étant soutenu par un professionnel de la comptabilité est fortement recommandé.

Pour simplifier la gestion de votre société au quotidien, utilisez notre solution de facturation gratuite Facture.net !

L’article Évaluer la valeur de son entreprise  : les 3 méthodes est apparu en premier sur Facture.net.

Lire la suite de l'article

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Entrepreneuriat

Entrepreneur : comment protéger une idée innovante ?

Vous êtes entrepreneur et vous avez une excellente idée pour développer votre entreprise ? Si votre idée est innovante, vous souhaitez sans doute la protéger. Mais comment...

Publié le par Marion Desage
Entrepreneuriat

Quelle solution de paiement B2B est la plus adaptée ?

Avec plus de 12 milliards de dollars de flux, l’institut allemand Statista a relevé que, le marché du e-commerce B2B est 6 fois plus important que celui du B2C, et pour lequel la...

Publié le par Florian