Navigation

Toutes les catégories

Filtrer par auteur

Voir les derniers articles

Impôts freelance : tout savoir pour optimiser votre fiscalité

Plongeons dans l’univers des impôts en tant que freelance, un domaine crucial pour une gestion financière optimale ! Maîtriser les rouages des cotisations, charges et...

Publié par Selma

Plongeons dans l’univers des impôts en tant que freelance, un domaine crucial pour une gestion financière optimale ! Maîtriser les rouages des cotisations, charges et taxes auxquelles vous êtes assujetti est essentiel pour anticiper les échéances et éviter les tracas fiscaux.

Si vous êtes un freelance en quête de réponses sur la manière de naviguer dans le monde complexe des prélèvements et de la gestion fiscale, que vous souhaitez connaître le régime le plus adapté à votre activité, alors poursuivez votre lecture !

Quels sont les impôts qu’un freelance peut payer  ?

Naviguer dans le monde des impôts peut sembler décourageant pour un freelance. Toutefois, une compréhension claire des obligations fiscales aide à optimiser sa gestion des finances et charges fiscales. En France, il existe deux principaux impôts qu’un indépendant doit connaître : l’impôt sur le revenu (IR) et l’impôt sur les sociétés (IS).

L’impôt sur le revenu (IR)

L’impôt sur le revenu se présente comme une étape inévitable pour les freelances et autres professionnels indépendants. La particularité de cet impôt réside dans son caractère progressif : plus vos revenus sont élevés, plus le taux d’imposition s’accroît. C’est pourquoi une estimation minutieuse de vos revenus et dépenses est essentielle pour calculer le montant de l’impôt dû.

La déclaration de revenus est votre moment clé pour faire état de vos gains et se fait habituellement sur une base annuelle. Pour mieux gérer votre trésorerie et éviter les surprises désagréables, il est judicieux de profiter de l’étalement du paiement de l’impôt tout au long de l’année.

Les professionnels libéraux doivent déclarer leurs revenus sous forme de bénéfices non commerciaux (BNC). Pour ceux qui opèrent dans des domaines industriels, commerciaux ou artisanaux, leurs gains sont catégorisés comme bénéfices industriels et commerciaux (BIC).

Les structures telles que les entreprises individuelles, les EIRL, les EURL à associé unique personne physique, les SNC et certaines sociétés civiles sont automatiquement soumises à l’impôt sur le revenu (IR). Quant aux SARL, SAS et SA, elles ont la possibilité d’opter pour l’impôt sur le revenu, mais cette option est limitée à cinq exercices fiscaux. Seules les SARL de famille peuvent bénéficier de cette option sans contrainte de temps.

L’impôt sur les sociétés (IS)

L’Impôt sur les Sociétés (IS) est une forme d’imposition s’adressant principalement aux sociétés de capitaux comme les SARL, SAS, SASU, SA, SCA, et aussi aux EURL lorsque l’associé unique est une personne morale. Il peut également concerner les entrepreneurs individuels à responsabilité limitée (EIRL) qui choisissent d’assujettir leurs bénéfices à l’IS plutôt qu’à l’impôt sur le revenu (IR).

En France, le taux standard de l’IS est actuellement de 25 %. Toutefois, les petites entreprises qui réalisent un chiffre d’affaires hors taxes inférieur à 7 630 000 € peuvent bénéficier d’un taux réduit de 15 %, ce qui est souvent le cas pour les freelances.

L’impôt est calculé de manière proportionnelle, c’est-à-dire qu’il est non progressif, contrairement à l’IR. La base de calcul de l’IS est constituée du résultat comptable ajusté des réintégrations et déductions fiscales spécifiques. Un taux de 15 % s’applique alors sur les premiers 38 120 € de bénéfices si l’entreprise remplit les conditions requises pour ce taux réduit, et le taux de 25 % s’applique sur le solde.

Opter pour l’IS permet de séparer les finances personnelles des finances de l’entreprise, ce qui peut simplifier la gestion et favoriser une planification fiscale plus stratégique. Pour les freelances, choisir l’IS peut être avantageux lorsqu’ils génèrent des bénéfices importants qu’ils souhaitent réinvestir dans leur activité ou placer de manière judicieuse, étant donné que les dividendes peuvent être moins taxés que le revenu personnel dans certaines situations.

Comment choisir son régime fiscal en freelance  ?

Le choix entre l’impôt sur le revenu et l’impôt sur les sociétés dépend de plusieurs facteurs, notamment la structure juridique de votre activité, votre chiffre d’affaires et vos objectifs à long terme. Voici les 3 étapes clés pour mettre en place un régime fiscal adapté :

1. Anticiper son imposition

Avant de choisir votre régime fiscal en tant que freelance, calculez votre imposition ! En effet, le montant des impôts que vous devrez payer dépend de vos revenus estimés.

Afin de faciliter cette tâche, vous pouvez recourir à un simulateur en ligne qui vous permettra de calculer votre impôt sur le revenu ou votre impôt sur les sociétés, selon votre statut juridique.

2. Choisir son régime fiscal

En France, plusieurs régimes fiscaux sont disponibles pour les freelances. Voici un aperçu des principaux régimes :

Régime de la micro-entreprise

Ce régime est destiné aux micro-entrepreneurs dont le chiffre d’affaires annuel ne dépasse pas 188 700 euros pour les activités commerciales ou 77 700 euros pour les prestations de services et activités libérales.

À savoir également que ce régime exempte l’entrepreneur de TVA jusqu’à un seuil de 91 900€ pour les ventes de biens et 36 800€ pour les services. Au-delà, les freelances sont tenus de facturer la TVA à leurs clients et de la reverser à l’état.

L’imposition s’effectue sur la base d’un abattement forfaitaire sur le chiffre d’affaires, simplifiant ainsi votre gestion fiscale​​ :

  • 71 % pour les activités commerciales
  • 50 % pour les prestations de services BIC
  • 34 % pour les prestations de services BNC et les activités libérales

Dernier point important : dans ce régime, il est impossible de déduire vos frais.

Régime réel simplifié

Le régime réel simplifié s’adresse aux freelances qui réalisent un chiffre d’affaires inférieur à 238 000€ pour les prestations de services et 789 000€ pour les activités d’achat-revente.

Souvent choisi par les entrepreneurs ayant une EIRL ou EURL, le réel simplifié permet d’opter pour l’impôt sur le revenu ou l’impôt sur les sociétés. Autre atout : les obligations comptables sont allégées par rapport au régime réel normal. Le freelance doit tenir une comptabilité complète, mais les déclarations de TVA sont simplifiées et peuvent être trimestrielles ou annuelles.

Enfin, les charges réelles sont déductibles, ce qui peut être avantageux si vous avez beaucoup de frais ou si vous investissez dans du matériel.

Régime réel normal

Si vous dépassez les seuils du régime réel simplifié, alors il faudra opter pour le régime normal. Dans cette option, aucune limite de chiffre d’affaires ne s’impose. Les charges réelles restent toujours déductibles, mais les obligations comptables sont plus lourdes, avec une tenue rigoureuse des comptes et des déclarations de TVA mensuelles ou trimestrielles.

Côté impôts freelance, il s’applique aussi bien à l’IR qu’à l’IS.

Régime de la déclaration contrôlée

Ce régime s’applique obligatoirement aux activités suivantes :

  • Officiers publics et ministériels
  • Auteurs et artistes imposés sur leur revenu moyen
  • Scientifiques imposés sur leur revenu moyen
  • Sportifs imposés sur leur revenu moyen
  • Ecrivains et compositeurs imposés selon le régime des traitements et salaires
  • Personnes réalisant des opérations sur des instruments financiers à terme
  • Agents d’assurances imposés selon le régime des traitements et salaires
  • Contribuables exerçant une activité ésotérique

Cependant, tous les freelances peuvent choisir cette option, qui s’apparente au régime réel.

3. Optimiser son imposition

Le choix du régime fiscal pour un freelance façonne significativement le montant des contributions et des impôts à régler. Pensez aux déductions possibles – frais de déplacement, achat de matériel, dons, actions de mécénat – qui allègent votre fiscalité. Ces déductions varient selon les situations, mais elles sont cruciales pour optimiser vos finances.

Explorez aussi les crédits d’impôt et subventions disponibles pour votre activité : ces leviers financiers peuvent être déterminants pour lancer et stabiliser votre entreprise. Gardez à l’esprit que les bénéfices de ces dispositifs varient en fonction du régime fiscal adopté.

Pour naviguer au mieux dans cette mer de règlements, envisagez de consulter un expert-comptable. Ce guide fiscal saura vous orienter vers les choix les plus judicieux pour tirer avantage de l’éventail d’options à votre disposition.

Comment réduire ses impôts en freelance  ?

La vie d’indépendant offre une grande liberté, mais vient aussi avec la responsabilité de gérer sa propre fiscalité. Heureusement, il existe des stratégies légales pour optimiser votre situation fiscale et réduire votre charge d’impôts freelance :

1. Déduire les charges professionnelles : comme les frais de fonctionnement (loyer, électricité, eau, téléphone…), achats de matériel, frais de déplacement, sous-traitance…

2. Investir dans des équipements : ces investissements peuvent être amortis sur plusieurs années et réduire votre bénéfice imposable chaque année.

3. Profiter des crédits et réductions d’impôts : tels que le Crédit d’impôt recherche (CIR), le Crédit d’impôt innovation (CII), l’Aide à la création ou à la reprise d’une entreprise (Acre), etc.

4. Souscrire à des Produits d’Epargne Retraite : l’investissement dans un Plan d’Épargne Retraite Populaire (PERP) ou un contrat Madelin peut vous permettre de déduire les versements effectués de votre revenu imposable.

5. Investir dans la formation continue : en plus de vous permettre d’acquérir ou d’actualiser des compétences, les formations professionnelles sont déductibles du revenu imposable.

Comment déclarer ses impôts en freelance  ?

Pour déclarer vos impôts en freelance, vous devez respecter certaines échéances et modalités :

  • Si vous êtes au régime de la micro-entreprise ou au prélèvement libératoire : vous devez déclarer votre chiffre d’affaires chaque mois ou chaque trimestre auprès de l’URSSAF. Vous devez également indiquer votre chiffre d’affaires annuel sur votre déclaration d’impôt sur le revenu (formulaire 2042 C PRO).
  • Si vous êtes au régime réel ou à la déclaration contrôlée : vous devez tenir une comptabilité complète et établir un bilan et un compte de résultat chaque année. Vous devez également remplir une déclaration spécifique (formulaire 2035) et la transmettre à l’administration fiscale avant le mois de mai de l’année suivante.
  • Si vous êtes au régime de l’impôt sur les sociétés  : vous devez tenir une comptabilité complète et établir un bilan et un compte de résultat chaque année. Vous devez également remplir une déclaration spécifique (formulaire 2065) et la transmettre à l’administration fiscale dans les trois mois suivant la clôture de l’exercice.

Quelle est la différence entre l’impôt freelance et l’URSSAF  ?

L’impôt concerne la fiscalité sur les revenus générés par l’activité indépendante. Il est calculé sur la base du bénéfice professionnel, qui est le chiffre d’affaires moins les charges déductibles. Le régime fiscal choisi par le travailleur indépendant détermine le calcul de l’impôt.

L’URSSAF (Unions de Recouvrement des cotisations de Sécurité Sociale et d’Allocations Familiales) est l’organisme qui collecte les cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants en France.

En résumé : l’impôt freelance est une obligation fiscale, tandis que les cotisations à l’URSSAF sont une obligation sociale.

Quelles sont les autres taxes payées par les freelances  ?

En plus des impôts, il est essentiel de connaître les autres taxes qui s’appliquent à votre activité, afin de les anticiper !

La TVA

La Taxe sur la Valeur Ajoutée est applicable sur les biens et services vendus ou fournis. Les freelances soumis à cette taxe doivent la collecter sur leurs ventes et la reverser à l’administration fiscale. En contrepartie, ils peuvent déduire la TVA payée sur leurs achats et dépenses.

La CFE

La Cotisation Foncière des Entreprises est une taxe locale basée sur la valeur locative des biens immobiliers utilisés par le freelance pour son activité professionnelle. Elle est due même si le freelance travaille depuis son domicile, bien que certains allégements ou exonérations peuvent être possibles.

La CSG et la CRDS

La CSG (Contribution Sociale Généralisée) et la CRDS (Contribution pour le Remboursement de la Dette Social) s’appliquent sur les revenus d’activité. Elles participent au financement de la sécurité sociale et au remboursement de la dette sociale. Le taux de la CSG est de 9,2 % sur les revenus d’activité, tandis que celui de la CRDS est de 0.5 %.

Les cotisations sociales

Les freelances doivent également payer des cotisations sociales qui couvrent l’assurance maladie, la retraite, les allocations familiales, etc. Leurs montants sont basés sur le revenu professionnel du freelance et dépendent de son statut juridique.

Par exemple, un entrepreneur individuel non-salarié aura un taux moyen de cotisations sociales de 45 %. Un gérant assimilé-salarié verra le montant de ses cotisations s’élever en moyenne à 80 % de sa rémunération.

En micro-entreprise, les cotisations sociales sont calculées en fonction d’un pourcentage du chiffre d’affaires réalisé par le freelance. Pour les activités commerciales, le taux est de 12,8 % du CA et 22 % pour les activités de service.

La CFP

La Contribution à la Formation Professionnelle (CFP) permet aux travailleurs indépendants de bénéficier du droit à la formation professionnelle continue. Elle offre une prise en charge des stages ou cours que vous souhaitez suivre. Le taux de la CFP est de 0,25 % du plafond annuel de la Sécurité sociale.

Notre astuce pour optimiser vos impôts en tant que freelance

Rester à jour avec vos revenus et vos dépenses en temps réel est absolument essentiel pour optimiser vos impôts en tant que freelance ! Cette méthode vous permet de garder un œil sur vos possibilités d’investissement tout en calculant instantanément vos cotisations et autres charges en vue de la fin de l’année.

Pour une gestion de trésorerie efficace et une anticipation sans faille de vos prochains prélèvements fiscaux, pourquoi ne pas essayer notre solution de facturation gratuite, Facture.net, dès aujourd’hui ? Vous serez ainsi parfaitement équipé pour maîtriser vos finances et impôts de freelance avec facilité et précision !

L’article Impôts freelance  : tout savoir pour optimiser votre fiscalité est apparu en premier sur Facture.net.

Lire la suite de l'article

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Entrepreneuriat

Quelles sont les conditions d’un contrat à reconduction tacite ?

La tacite reconduction fait partie des formules juridiques les plus utilisées dans le cadre de nombreux contrats tels que les baux commerciaux, les contrats d’assurance ou encore...

Publié le par Damien Charles
Entrepreneuriat

Pourquoi faire un devis à vos clients ?

Impossible de gérer une activité sans avoir à établir un devis ! Ce document contractuel, souvent sous-estimé, joue pourtant un rôle central sur plusieurs aspects de votre...

Publié le par Thomas