Navigation

Toutes les catégories

Voir les derniers articles

UX design à l’international, quels codes retenir pour être uniforme ?

Alors qu’Internet et ses applications ne se sont jamais développés aussi rapidement, l’ensemble des acteurs du numérique cherchent à...

Publié par Charlotte Bonillo

Alors qu’Internet et ses applications ne se sont jamais développés aussi rapidement, l’ensemble des acteurs du numérique cherchent à sans cesse améliorer leurs comportements pour renforcer l’accessibilité et la qualité de leurs productions.

Un site web, une application mobile, un logiciel, tous ces objets sont construits de la même façon  : que ce soit à travers un cahier des charges, des wireframes ou des maquettes graphiques, l’ambition est de les rendre les plus ergonomiques possibles pour une expérience simple et unique.

Mais alors que certains codes semblent s’établir dans cette quête, la dimension internationale d’un projet web peut venir compliquer la tâche.

L’UX design à l’international, une affaire de codes culturels

Nous nous sommes déjà énormément exprimés sur la notion de culture sur Internet.

Les codes culturels sont présents partout, et viennent normer certaines actions entreprises par les acteurs.

Les questions de maturité du marché, de l’état de confiance vis à vis des nouvelles technologies de la population, de l’accessibilité aux machines ou encore de l’appréhension linguistique des « objets web » sont autant de facteurs qui peuvent impacter la façon dont on peut concevoir un site ou une application.

Dans une liste non-exhaustive, essayons de balayer quelques codes à retenir pour décrypter et uniformiser son approche internationale. Si tant est que l’on puisse réellement uniformiser un seul « objet ».

La langue est l’élément le plus tangible de la culture d’un pays

Le premier élément que l’on souhaite immédiatement mettre en exergue, en termes de différences, c’est la langue. Elle varie entre les différents pays du monde, et amène avec elle des variations à prendre en compte.

Pour exemple, le nombre de mots pour exprimer une idée est si variable qu’il peut remettre en question l’ergonomie d’un site web, le zoning de certaines parties, et la taille des éléments prévus à cet effet.

Ainsi, ce n’est pas simplement du « remplacement » qu’il va falloir faire, mais bien une considération globale de l’expression textuelle du site, pour harmoniser la partie graphique.

Au niveau de l’expression pure, une bonne traduction de ses idées entre aussi en compte. Ce n’est peut-être pas considéré comme de l’ergonomie à proprement parler, mais cela rentre évidemment dedans.

La bonne traduction pour la bonne phrase d’accroche, le bon éléments de réassurance ou bien le bon call-to-action, peut faire la différence entre un site web français, américain, suédois ou japonais.

Jeune femme regardant son smartphone

Les divers comportements sur Internet font partie de la culture web d’un pays

Lorsque l’on parle de comportement, on se réfère directement aux habitudes digitales d’une population, et à l’exploitation qu’elle fait des outils mis (ou non) à disposition.

Le navigateur utilisé, le type de machine (système d’exploitation compris), ou encore la taille d’un écran moyen, peuvent varier en fonction des cultures.

Ainsi, les standards moyens sur lesquels il est nécessaire de se calquer peuvent bouger et faire la différence.

Lorsque l’on parle d’habitudes comportementales, par exemple, on évoque le type de modules rencontrées sur les top sites du pays (réservation et paiement entres autres) et qui dictent la compréhension web d’une région par rapport à certains référentiels.

Avant même de faire une traduction web d’un site, pensez donc aussi à vous renseigner sur les habitudes et codes digitaux que l’on retrouve dans le pays de destination, et si votre structure actuelle sera alors pertinente ou non.

Même les « petites » différences culturelles sont à considérer

Les « petites » différences culturelles sont l’ensemble des caractères différents entre deux populations, qui vont permettre d’affiner la compréhension des utilisateurs et leur manière de naviguer sur un outil.

L’expression d’un temps de voyage en durée ou en distance, l’apport d’un nombre plus ou moins important d’informations dans le tunnel d’achat, la construction d’un formulaire de contact, la forme d’un call-to-action, voici quelques exemples de fonctionnalités qui vont varier d’une culture à l’autre.

Certains peuvent penser que l’on touche ici à du très précis, mais c’est ce qui fait la difficulté (et la beauté aussi) de l’UX design.

« Non il ne s’agit pas simplement de dire si le bouton est vert ou rouge. »

L’agrégation de petites différences culturelles va permettre de globalement améliorer la navigation, la performance et les taux de conversion d’un site web pour une persona donnée. Certaines études montre que ces variations mineures peuvent diminuer par deux un taux d’abandon de panier en étape finale d’un tunnel de conversion, par exemple.

Même la symbolique de l’image va être importante à considérer ici. Un visuel de réassurance ou d’engagement ne sera pas perçu de la même manière selon ses couleurs ou les objets/personnes/idées qu’il met en scène.

Se renseigner sur la culture du pays de destination, c’est aussi comprendre comment il communique. Cela va donc au-delà de la simple traduction, si l’on veut réellement s’adapter à ses futurs utilisateurs.

N’oublions pas que l’UX design, à son sens général, relève de l’étude des utilisateurs qui vont utiliser votre produit (à travers des personas notamment) pour leur proposer l’expérience la plus simple et la plus pertinente par rapport à leurs besoins et à votre offre digitale.

Pour tout ce qui est du domaine de la traduction et de la compréhension culturelle de votre futur pays de destination, rendez-vous sur traduc.com. Nos experts seront là pour vous accompagner.

L’article UX design à l’international, quels codes retenir pour être uniforme  ? est apparu en premier sur Traduc.com.

Lire la suite de l'article
Afficher les commentaires (0)

Commentaires

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

Drupal : la reine Rania passe également au libre !

La Reine Rania de Jordanie utilise pleinement Internet et les média sociaux. Son site web vient de passer en Drupal. Une preuve de confiance en plus dans les capacités de Drupal.

Publié le par Team WebActus
Webmarketing

[Infographies] – Tristes statistiques et explications sur l’utilisation de Twitter

Si Twitter a connu un fort engouement ses derniers mois (de nombreux nouveaux membres se sont inscrits sur le réseau de microblogging), il n’en reste pas moins que certaines...

Publié le par Team WebActus