Navigation

Toutes les catégories

Voir les derniers articles

Les chinois n’ont plus le droit d’enregistrer des noms de domaines

La chine vient censurer pour mieux contrôler les particuliers. En effet, un chinois n’a plus le droit d’acheter un nom de domaine à titre personnel. Selon un...

Publié par Team WebActus

Nom de domaine chine

La chine vient censurer pour mieux contrôler les particuliers. En effet, un chinois n’a plus le droit d’acheter un nom de domaine à titre personnel. Selon un communiqué publié sur le China Network Information Center, seules les hommes d’affaires et grandes organisations pourront acquérir un nom de domaine. Pour pouvoir faire cela, il devront envoyer une demande écrite ainsi que les numéros d’enregistrement de leurs entreprises et les codes de certification de leurs organisations.

Cette restriction pourrait être rétroactive et interdire ainsi les domaines personnels existants. Ainsi les propriétaires de sites Web à Jiangsu, Shangai, Henan, Zhejiang et Jiangxi ont déclaré que leurs sites n’étaient plus accessibles.

Le Chine Network Information Center explique que cette volonté de fermer les noms de domaines découle de la prolifération de la diffusion de contenu pornographique sur les sites Web personnels.

Source : TheNextWeb

Afficher les commentaires (0)

Commentaires

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

Apple présente 4 modèles d’iPhone 12 compatibles avec la 5G

La marque a annoncé la sortie des modèles iPhone 12, iPhone 12 mini, iPhone 12 Pro et iPhone 12 Pro Max. L’article Apple présente 4 modèles d’iPhone 12 compatibles avec la...

Publié le par Alexandra Patard
Webmarketing

Facebook : une section « Hommages » pour les comptes des personnes décédées

Facebook travaille actuellement sur une nouvelle fonctionnalité qui permettra aux utilisateurs de laisser des messages pour commémorer les personnes disparues ou...

Publié le par Clement Kolodziejczak