Navigation

Toutes les catégories

Voir les derniers articles

Design inclusif : 3 bonnes pratiques à respecter

L’accessibilité est généralement la première chose qui vient à l’esprit, lorsqu’on envisage de rendre un site internet ou une...

Publié par Sebastien Turbe

L’accessibilité est généralement la première chose qui vient à l’esprit, lorsqu’on envisage de rendre un site internet ou une application « accessible à tous ». Mais l’accessibilité n’est que la partie émergée de l’iceberg.

La conception inclusive, elle, se concentre sur le procédé consistant à procurer une expérience utilisateur conviviale, pour le plus grand nombre de personnes possible.

 

Design inclusif, qu’est-ce que c’est ?

design inclusif

Là où l’accessibilité vise à rendre une conception conviviale pour les personnes présentant des limitations ou des différences physiques ou cognitives (les sourds et malentendants, par exemple), la conception inclusive est beaucoup plus large que cela  : elle doit intégrer d’autres perspectives, et pas seulement celles des personnes handicapées.

Les personnes qui utilisent des produits numériques ont des expériences de vie variées et viennent d’horizons très divers. Ces bagages ont un impact sur leur façon d’interagir avec le monde, y compris sur la façon dont elles interagissent avec les sites web et les applications.

Un UX designer doit tenir compte de ces diverses expériences, tant dans le produit final que dans le processus de conception lui-même. Le résultat de ce processus est une conception universelle que le plus grand nombre de personnes peut utiliser sans se sentir « exclu ». En bref, le design inclusif consiste à inclure de façon intentionnelle les besoins des utilisateurs, susceptibles de connaître l’exclusion dans de nombreux aspects de leur vie quotidienne, en raison de leur appartenance à un groupe opprimé ou à une minorité statistique.

Si nous n’incluons pas intentionnellement, le risque est d’exclure involontairement. Voici quelques bonnes pratiques à mettre en œuvre afin d’offrir à vos utilisateurs une expérience prenant en compte leurs différences.

 

1. Adoptez un langage simple

L’utilisation de mots simples et de phrases courtes est inclusive. Cela rend l’information plus facilement accessible à tous.

Un vocabulaire riche en termes peu utilisés et des paragraphes interminables rendent les choses inutilement difficiles pour les personnes souffrant de handicaps cognitifs. Mais pas seulement  : pensez aux personnes dont la langue utilisée sur votre site internet n’est pas leur langue native.

Par exemple, je consulte beaucoup de sites anglophones et si j’ai une assez bonne compréhension de l’anglais, je me retrouve parfois confronté à des mots que je ne comprends pas, que je traduis ensuite pour me rendre compte qu’un terme bien plus facile que je connaissais aurait pu être utilisé, m’évitant la petite vexation de recourir à la traduction.

Pensez-y
Des outils existent pour vérifier l’accessibilité de votre site. Retrouvez-les dans cet article.

 

2. Soignez vos formulaires

design inclusif

Les formulaires sont conçus pour recueillir des données parfois sensibles sur les utilisateurs, telles que le nom, le sexe, l’âge, etc. Ils sont pourtant encore largement négligés. Il faut se demander  :

  • Si une question doit vraiment être posée
  • Comment poser cette question
  • Quelles réponses mettre à la disposition des utilisateurs
Exemple
Le sexe est souvent demandé dans les formulaires. Avez-vous besoin de savoir à quoi ils s’identifient ou ce qui figure sur leur pièce d’identité ? Le sexe et le genre sont deux choses très différentes. Est-ce vraiment le sexe que vous devez connaître ? Ou est-ce leur genre ?

Vous devez énumérer toutes les réponses appropriées, ou vous pouvez permettre aux utilisateurs de saisir eux-mêmes leur réponse dans un champ de texte libre (ou une combinaison des deux).

Enfin, il s’agit parfois d’une question très personnelle pour certaines personnes – vous pouvez expliquer pourquoi vous demandez ceci et à quoi va servir cette information.

Vous pouvez adopter une approche similaire pour les questions sur l’origine ethnique. Tout comme le sexe, c’est un sujet complexe et les gens peuvent se définir en utilisant plusieurs mots. Montrer un ensemble limité d’options peut créer un malaise…

Et ce conseil n’est pas seulement valable pour ces questions  !

3. Utilisez une imagerie inclusive

design inclusif

Représenter les gens par des icônes, des illustrations ou des photographies demande de la réflexion.

Longtemps, la norme était de représenter « l’utilisateur par défaut » de manière stéréotypée : un visage d’homme, blanc, aux cheveux courts… Indépendamment de l’apparence de votre base d’utilisateurs réelle ou souhaitée, il y a de fortes chances qu’une partie de vos utilisateurs n’ait pas l’impression que cette image les représente bien. Les hommes aux cheveux longs, les hommes barbus (ou imberbes), les femmes bien sûr…

Il existe deux options pour produire des images inclusives : l’abstraction et la diversification. Les deux sont simples à mettre en œuvre et ne peuvent qu’améliorer l’expérience utilisateur.

L’abstraction

L’abstraction s’éloigne d’une représentation réaliste et détaillée au profit de quelque chose qui permet aux utilisateurs d’intégrer l’image dans leur propre vie et leur identité.

On peut y parvenir en utilisant des illustrations plus conceptuelles, mais toujours à caractère humain, voire des objets ou des animaux.

Twitter a longtemps utilisé un œuf, avant de recourir à une forme vaguement humaine mais suffisamment abstraite.

La diversification

La diversification, en revanche, vise à représenter la multitude de différences auxquelles les utilisateurs peuvent s’identifier. Cette stratégie est beaucoup utilisée en publicité.

Lorsque vous « diversifiez », vous cherchez à représenter tout le spectre de l’humanité, dans toutes les images que vous utilisez.

 

A l’heure où les individus revendiquent leur appartenance à des groupes sociaux de plus en plus diversifiés et se démarquent des « cases » traditionnelles, le design inclusif prend toute son importance sur le web. Montrez la tolérance et la modernité de votre entreprise en adoptant ces bonnes pratiques et évitez ainsi un sentiment d’exclusion et une frustration chez certains utilisateurs.

Les web designers freelances inscrits sur Codeur.com sauront vous accompagner dans cette démarche. Postez votre projet en quelques clics pour recevoir leurs devis gratuitement.

5
/
5
(
1

vote

)
Lire la suite de l'article
Afficher les commentaires (0)

Commentaires

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

LinkedIn : 5 conseils pour accroître votre communauté de 600 %

Avec son réservoir de 500 millions de membres, LinkedIn se trouve en pole position des réseaux sociaux professionnels. Une stratégie marketing LinkedIn peut...

Publié le par Celine Albarracin
Webmarketing

7 outils pour visualiser l’écran de vos visiteurs

Sur votre site, les clients, prospects et visiteurs interagissent avec votre contenu… mais de quelle façon  ? Pour connaître leur comportement,...

Publié le par Celine Albarracin