Navigation

Toutes les catégories

Filtrer par auteur

Voir les derniers articles

Comment traduire un jeu de société  ?

Comment traduire un jeu de société ? Dans l’univers de passionnés qu’est le jeu de société, c’est une épineuse question qui revient souvent, et qui soulève plusieurs...

Publié par Elodie

Comment traduire un jeu de société ? Dans l’univers de passionnés qu’est le jeu de société, c’est une épineuse question qui revient souvent, et qui soulève plusieurs problèmes comme on va le voir.

Quand ils veulent s’ouvrir à un marché étranger, la plupart des éditeurs de jeux de société choisissent un traducteur en interne.

A vrai dire, c’est rarement un poste budgétaire à part entière, c’est même rarement pensé comme essentiel parmi toutes les étapes du processus allant de la création d’un jeu à sa commercialisation à l’étranger.

Outre le coût faible voire nul, l’avantage de choisir un traducteur en interne est de se préverser d’un éventuel « vol » intellectuel du jeu avant même sa sortie. L’idée semble donc on ne peut plus judicieuse.

Seulement voilà : une traduction faite à la va-vite, sur la simple foi d’une connaissance du jeu et d’une maîtrise correcte de la langue cible, peut en fait causer de graves dégâts insoupçonnés, en termes de temps, de retombées financières, mais aussi en termes d’image de marque.

C’est la raison d’être de cet article : traduire un jeu de société est une fausse évidence.

C’est en réalité un long processus, qui nécessite plusieurs compétences et une grande rigueur. On vous en détaille les étapes essentielles dans cet article.

A vous de jouer !

 

Connaître l’univers du jeu de société à traduire

Cela apparaît comme la qualité première du traducteur de jeux de société : savoir de quoi il parle.

En effet, il paraît bien difficile de traduire un simple texte anonyme, sans avoir sous les yeux en même temps l’ensemble du plateau, des cartes et des pions du jeu…

Traduire « à l’aveugle » représenterait donc un gros risque d’erreur, sachant que l’univers du jeu en général, et même certains jeux en particulier développent un vocabulaire qui leur est propre – marque typique d’un univers de passionnés.

Par conséquent, la tentation est grande de valoriser cette qualité de « connaître l’univers du jeu de société à traduire », en privilégiant un joueur connaisseur, même s’il n’est pas un traducteur professionnel.

Cette tentation s’accroît encore si la langue cible est l’anglais par exemple, soit une langue véhiculaire connue à un niveau basique ou moyen par de plus en plus de personnes.

La quadrature du cercle consiste donc à trouver quelqu’un qui soit à la fois un joueur et un traducteur professionnel…

Raisonnons un peu : sur commande, le traducteur professionnel peut prendre le temps de découvrir matériellement un jeu et son fonctionnement avant de le traduire.

En revanche, un joueur ne peut pas s’improviser traducteur professionnel, car cela exige une formation linguistique poussée et une longue expérience des nuances des langues (y compris de sa propre langue d’ailleurs).

Comment traduire un jeu de société
Source : pixabay.com

 

Savoir employer différents types de traduction selon les différents supports du jeu

Pour corser encore davantage les choses, il faut reconnaître qu’un jeu de société n’est pas un « support texte » ordinaire.

Autrement dit, il ne s’agit pas d’une entité uniforme qu’on pourrait traduire d’une traite avec une méthode uniforme.

Pourquoi ?
Parce qu’un jeu de société possède, par définition, des supports multiples.

On compte ainsi le titre, l’explication et les inscriptions sur la boîte, le plateau, les cartes, les pions éventuels, les accessoires et bien sûr la notice complète du jeu.

Or, ces différents supports appellent en fait des traductions de type différent.

Commençons par la notice du jeu, qui représente généralement le volume le plus important à traduire. La notice exige une traduction plutôt technique.

En effet, le monde du jeu emploie volontiers un lexique spécialisé, voire même idiosyncrasique, c’est-à-dire propre à un jeu particulier.

Il faut donc un traducteur rompu à l’exercice de la traduction technique, et connaissant parfaitement les éléments du jeu, pour traduire convenablement la notice.

Car il en va de la viabilité et donc du succès du jeu, en particulier pour les jeux complexes… Une erreur dans la notice peut être fatale à la compréhension et donc au fonctionnement du jeu.

Ici, les règles habituelles de la traduction « littéraire » peuvent être contredites par les contraintes de la notice de jeu de société.

En effet, il vaut mieux souvent répéter le même terme technique de nombreuses fois, pour une compréhension sans possibilité de malentendu, plutôt que de le remplacer par un synonyme moins clair, au nom de la fluidité littéraire du texte.

En revanche, la traduction exigée par le reste des composants du jeu de société est bien différente de celle de la notice.

Pourquoi ?
Parce qu’il y a dans le titre d’un jeu, et souvent aussi dans ses cartes et dans son plateau, toute une épaisseur de sens et de doubles sens, qu’il faut rendre par une traduction fine.

C’est pour cette raison que la traduction de jeux de société flirte parfois avec la transcréation : ce processus spécifique de traduction permet de transposer dans la langue cible l’intention du message dans la langue source, mais en le modifiant parfois radicalement en fonction des sous-entendus culturels, des implicites présents ou pas dans telle ou telle civilisation.

Cette dimension « artistique », « créative » dans la traduction est particulièrement présente dans la traduction de jeux de rôles, car ces derniers ont volontiers une forte dominante narrative.

Il s’agit donc de recréer un univers imaginaire, qui puisse s’arrimer sur des représentations inconscientes partagées par les locuteurs de la langue cible.

Prenons le cas d’un jeu au titre italien : faut-il ou non le traduire ?

Le traduire, c’est parier sur une excellente compréhension littérale, mais perdre les connotations liées à l’emploi de la langue italienne.

Ne pas le traduire, c’est garder les connotations, mais au péril du sens.

Le choix est délicat, et peut parfois se résoudre par un titre conservé en langue originale, mais assorti d’un « sous-titre » en langue cible, afin de ménager à la fois la compréhension et la force de frappe poétique du titre source.

On voit donc bien à quel point les compétences nécessaires pour une traduction fine d’un jeu de société sont multiples :

il faut des compétences en traduction technique pour une notice sans double sens, il faut à l’inverse des compétences de création artistique pour un titre et des supports de jeu propres à la rêverie et à la projection imaginaire, et il faut, bien sûr, une bonne connaissance concrète du jeu lui-même.

 

Identifier le public cible pour lequel on traduit

Identifier le public cible pour lequel on traduit, c’est une règle d’or générale en matière de traduction.

Mais dans le cas des jeux de société, une bonne connaissance de votre public cible est encore plus cruciale. On vous explique pourquoi.

D’abord, avant de traduire il vous faut savoir si le public de jeu de société sera enfant, adolescent, adulte ou multi-âges.

Autant le titre doit être mnémotechnique et parler à tous, autant la notice pour être bien comprise doit moduler son langage.

Pensons pour commencer aux jeux pour jeunes enfants.

Paradoxalement, la notice doit être précise car elle s’adresse non pas à des enfants (pas en âge de lire de façon autonome), mais aux adultes qui en ont la charge.

Pour un public plus âgé, autonome, il faudra encore déterminer si c’est un jeu « tout public » et novateur, ou au contraire la suite logique d’un jeu de passionnés.

Dans le premier cas d’un jeu « tout public », les termes employés doivent être assez généralistes, et tous figurer impérativement dans un dictionnaire courant (ou, au pire, inclure un glossaire en fin de notice).

Dans le second cas, les passionnés d’un jeu précis apprécieront au contraire le côté « mots de passe », « entre-soi » à partager seulement entre initiés…

Comment traduire un jeu de société
Source : pixabay.com

 

Prendre le temps pour des recherches préalables approfondies

En plus de la distinction entre les différentes traductions (technique ou artistique) que nous avons évoquée plus haut, et en plus d’une bonne connaissance de l’âge du public cible, il est fortement recommandé de prendre le temps de recherches préalables approfondies avant de se lancer dans la traduction d’un jeu de société.

En effet, de nombreux jeux de société sont en fait des « produits dérivés » d’une œuvre littéraire ou d’un film.  Il faut dès lors, pour une traduction réussie, bien connaître l’oeuvre source.

Ou parfois aussi, des jeux de société nouveaux peuvent être en fait des déclinaisons d’un jeu devenu un classique incontournable :

par exemple, Monopoly a lancé un jeu à thème « La Casa de Papel », tandis que Trivial Pursuit de son côté se décline aujourd’hui en versions « cinéma » ou « Harry Potter ».

Par ailleurs, pour savoir comment optimiser la traduction de tel ou tel terme, il faudra parfois au traducteur étudier ou les versions antérieures (pour adopter la même terminologie afin de ne pas déstabiliser les joueurs habitués), ou au contraire les jeux de la concurrence (pour s’en démarquer par le vocabulaire).

 

Envisager une véritable gestion de projet

 Enfin, pour être certain de savoir comment traduire un jeu de société, il est bon d’intégrer la traduction dans une véritable gestion de projet professionnelle.

En effet, il faudra d’abord concilier traduction et graphisme : en raison du foisonnement (volume de mots changeant en passant d’une langue à une autre), les contraintes du graphisme du jeu (nombre de caractères restreint pour le titre sur la boîte ou les entités décrites sur les cartes par exemple) peuvent fortement influer sur la traduction.

Ensuite, il y a souvent besoin d’une communication suivie avec l’éditeur du jeu (ou plus rarement, son créateur), voire avec les ayant-droit d’une œuvre littéraire dans le cas d’un jeu de rôle s’inspirant d’un livre connu.

Autant de raisons qui font que savoir comment bien traduire un jeu de société n’est pas donné à tout le monde, et qu’opter pour un traducteur professionnel est souvent la meilleure façon de réussir sereinement votre ouverture à l’international, sans risquer l’erreur de traduction qui vous coûterait cher en termes de lisibilité, donc d’image de marque et de retombées financières.

Vous souhaitez confier votre projet de traduction de jeu de société à un professionnel ? Vous pouvez compter sur les traducteurs experts de chez Traduc.com.

Lire la suite de l'article

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

Guide : comment mettre en place une stratégie de contenu efficace

Asana propose un ebook complet pour accompagner votre stratégie de content marketing, de la création de contenu au suivi de votre projet.

Publié le par Heloise Famie-Galtier
Webmarketing

Application mobile : définition, conseils et exemples

Dans le monde connecté d’aujourd’hui, l’utilisation d’applications mobiles fait partie de notre quotidien. Applications mobiles pour faire ses courses, pour faire du sport,...

Publié le par Florian