Navigation

Toutes les catégories

Filtrer par auteur

Voir les derniers articles

Comment traduire du français en anglais ?

Comment traduire du français en anglais ? C’est une question pratique de premier plan pour nombre d’entreprises souhaitant se développer sur les marchés internationaux. Il...

Publié par Elodie

Comment traduire du français en anglais ? C’est une question pratique de premier plan pour nombre d’entreprises souhaitant se développer sur les marchés internationaux. Il est clair que l’anglais constitue souvent le premier choix de langue cible pour les demandes de traduction depuis le français. Cela s’explique par la proximité géographique et un lien culturel fort avec nos voisins d’outre Manche (on en veut pour preuve parmi d’autres le fait que quasiment tous les collégiens de France choisissent aujourd’hui l’anglais comme première langue vivante).

Mais ce choix s’explique aussi par le fait indéniable que l’anglais est aujourd’hui en passe de devenir un véhicule quasi-universel de communication, une référence presque mondiale au moins dans son lexique de base. Par conséquent, si vous visez les marchés de plusieurs pays étrangers mais ne comptez traduire vos supports de communication qu’en une seule langue, traduire du français en anglais s’impose.

Le fait que l’anglais soit si répandu comporte paradoxalement un revers : beaucoup le parlent et le comprennent avec plus ou moins de talent, mais sans pour autant être des traducteurs professionnels. Dès lors, on peut avoir tendance à vouloir traduire en interne ses supports texte pour gagner du temps et économiser sur le poste budgétaire dévolu à la traduction, en traduisant soi-même, via un équipier de son entreprise, voire en s’en remettant à un logiciel instantané de traduction automatique de type Google Translate.

Cette démarche apparemment avantageuse pourrait en fait vous coûter cher en termes d’image de marque et, in fine, de retombées économiques, si au moment de traduire du français en anglais se glissait une faute de frappe, une approximation ou pire, un contresens. Au contraire, une traduction minutieuse et professionnelle se présente comme le gage d’une première impression réussie à l’étranger. C’est d’autant plus important si vous n’optez que pour l’anglais, mais à destination de plusieurs pays étrangers.

Alors comment faire pour bien traduire du français en anglais ? Des spécificités de la traduction du français vers l’anglais à l’impact de cette traduction sur les supports, puis des traducteurs anglais natifs aux traducteurs professionnels en langue anglaise, dans cet article on vous dit tout ce que vous avez besoin de savoir pour traduire au mieux du français en anglais. Let’s translate !

 

 

1. Spécificités de la traduction du français vers l’anglais

La traduction du français vers l’anglais comporte des particularités bien à elle. Pour les comprendre, un coup d’œil dans le rétroviseur est nécessaire du côté des origines et de l’évolution de ces deux langues à la fois si proches et si différentes. Tout d’abord, comme la plupart des langues parlées en Europe, français et anglais appartiennent à la grande famille linguistique de l’indo-européen. Seule la Manche sépare géographiquement la France de l’Angleterre, et pourtant les branches linguistiques divergent ensuite : l’anglais se rattache à la branche des langues anglo-saxonnes-frisonnes (donc du Nord de l’Europe) tandis que le français appartient à la branche latine (donc du Sud de l’Europe, comme en atteste sa proximité lexicale avec l’espagnol et l’italien).

Au-delà du lexique, c’est toute la structure de la langue qui diffère entre le français et l’anglais. Là où le français est une langue plutôt explicative et encline à employer la préposition pour déployer des compléments du nom ou des locutions verbales, l’anglais est nettement plus concis. Le rapport à la langue est lui aussi différent : tandis que le français a été très tôt régi par une instance officielle prescriptive (l’Académie française créée au XVIIè siècle), l’anglais ne possède pas d’équivalent.

Cependant, il serait malhonnête d’exagérer les différences qui séparent l’anglais du français. Ce serait négliger des siècles d’Histoire, notamment au Moyen-Age, lorsque s’est constitué le dialecte « anglo-normand » commun à la Bretagne et à la Grande-Bretagne, mais aussi plus tard durant les Temps Modernes avec des emprunts réciproques.

Spécificités de la traduction du français vers l'anglais
source : freepik

 

2. Traduire du français en anglais : quel impact selon les supports ?

Après ce détour historique, venons-en à l’aspect pratique de la traduction du français en anglais. Quel est l’impact sur les supports de communication d’une entreprise lorsqu’il faut traduire du français en anglais ?

Commençons par évoquer les contenus textuels courts et simples. Il s’agit de textes souvent conventionnels, aux formules de politesse attendues. Ces textes dépourvus d’éléments de personnalisation peuvent être par exemple les phrases « automatiques » d’une messagerie instantanée, les SMS de suivi de livraison, les formulaires de contact ou encore les fiches produit répétitives et sans complexité. Dans ce cas, l’impact de la traduction sur les supports est limité. Le recours à un outil de traduction automatique peut être envisagé à condition de prévoir une relecture par un traducteur humain aguerri (on parle alors de post-édition).

Ensuite, envisageons les supports texte-image. Qu’est-ce que cela change ? Il faut savoir que, comme on l’a vu dans la partie précédente, l’anglais est plus concis que le français. Par conséquent, à texte égal, le volume de mots dans la traduction finale en anglais sera plus petit que dans le texte source en français. Cela peut poser problème si l’emplacement pour le texte est prévu en étroite interaction avec l’image (cas fréquent dans les prospectus touristiques par exemple). Ce différentiel de volume lors du passage d’une langue à l’autre est ce qu’on appelle le coefficient de traduction. L’impact sur les supports peut donc être important et peut nécessiter un aller-retour chez le graphiste pour gommer les erreurs de mise en page.

Puis intervient un support très représenté dans le cadre du content marketing : les articles longs et spécialisés. Lorsqu’il faut traduire du français en anglais dans un contexte d’articles spécialisés, il est clair que les outils de traduction en ligne instantanés et gratuits montrent leurs limites.

Pourquoi ? Parce que chaque domaine spécialisé a développé un « jargon » qui lui est propre, c’est-à-dire une terminologie mise à jour régulièrement, à respecter strictement et qui ne peut souffrir aucune ambiguïté dans sa traduction. Ces domaines de spécialité peuvent être par exemple le domaine médical (les composants chimiques sont des noms longs, complexes et rares qui demandent une traduction experte).

Face à ce type de support à traduire du français en anglais, mieux vaut faire appel à un traducteur spécialisé. Un tel traducteur cumule une connaissance disciplinaire, une bonne faculté de documentation et une longue expérience dans un domaine précis, qui lui a permis de se constituer des « mémoires de traduction » traduisant automatiquement tous les termes techniques de la même manière pour lever toute ambiguïté potentielle.

 

 

Enfin, il existe un quatrième type de support, où la traduction du français vers l’anglais peut s’avérer délicate : il s’agit des textes où la dimension émotionnelle est forte. Ce peut être par exemple des newsletters personnalisées, des messages d’accueil de landing pages, des slogans publicitaires. Il n’est pas question pour ces supports de se contenter d’une simple traduction mot à mot. Ce sont des textes pleins d’expressions idiomatiques, qui manqueraient de naturel si elles étaient traduites littéralement en anglais, voire même sont intraduisibles.

Là encore, il est vivement recommandé de s’en remettre à une agence de traduction professionnelle expérimentée, telle que Traduc. Vous y trouverez non seulement des traducteurs spécialisés et aguerris, mais aussi des prestataires capables de transcréation, c’est-à-dire de ce processus complexe aux confins de la traduction et de la création artistique, qui recrée en langue cible un message plus adapté aux représentations culturelles du pays visé.

N’a-t-on pas coutume de louer l’ « humour british » ? S’il est différent du nôtre, il va de soi que les traits d’esprit ne traversent pas indemnes la Manche : tâche au traducteur-transcréateur de trouver les mots dans la langue cible pour recréer un message plus « typique ».

 

3. Faut-il recourir à des traducteurs natifs anglais ?

C’est une des questions importantes à vous poser au moment de décider qui va traduire du français en anglais vos supports de communication. Un traducteur natif est quelqu’un qui traduit vers sa langue maternelle. C’est un plus considérable, car le fait que la langue cible soit sa langue maternelle rend le document final beaucoup plus fluide. Le traducteur optera spontanément pour la tournure de phrase plus idiomatique, pour le mot non seulement le plus juste, mais aussi le plus en résonance avec l’usage de la langue cible au moment de la traduction.

Ce naturel, cette adéquation avec la langue telle qu’elle est parlée au quotidien, seul un traducteur natif peut l’obtenir. Dernière précision concernant les traducteurs natifs anglais : dans la mesure du possible, veillez à ce que le traducteur que vous choisirez soit natif non seulement d’un pays anglophone, mais du pays précis visé. En effet, l’anglais est une langue très répandue mais sans instance officielle prescriptive de type Académie : par conséquent, l’anglais étatsunien diffèrera fortement de l’anglais britannique.

Traducteur natif
source : freepik

 

4. Faut-il recourir à des traducteurs anglais professionnels ?

Etant donné le nombre de personnes autour de vous qui comprennent, parlent, lisent et écrivent la langue de Shakespeare, vous pourriez avoir tôt fait de vous dire que recourir à un traducteur anglais professionnel est une perte de temps et d’argent.

Seulement voilà : traduire du français en anglais est un métier. Parler le français et l’anglais ne signifie pas pour autant que vous saurez trouver les passerelles linguistiques, grammaticales et lexicales nécessaires pour faire dialoguer ces deux langues, ces deux cultures et finalement ces deux visions du monde de part et d’autre de la Manche.

Savoir ajuster tel mot technique, tel jeu de sonorité ou tel trait d’esprit du français en anglais requiert en effet une véritable expérience professionnelle, d’autant plus si les documents à traduire revêtent un fort enjeu marketing lors de l’ouverture de votre entreprise à l’international.

Faites appel aux traducteurs professionnels de Traduc.com pour tous vos projets de traduction. Traduc.com propose de traduire vos contenus dans le format de fichier qui vous convient pour vous faciliter l’utilisation des contenus traduits. Que ce soit pour la traduction d’un site internet, d’un catalogue, de PDF et de tous les autres formats existants, contactez un chef de projet pour obtenir un tarif et un délais de traduction qui correspond à vos besoins.

Lire la suite de l'article

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

Les développeurs Android vont pouvoir se rémunérer grâce au paiement in-App

C’est désormais officiel, Google vient d’autoriser et d’introduire un système de paiement in-App permettant aux développeurs d’applications de pouvoir se...

Publié le par Team WebActus
Webmarketing

SEO : des données structurées pour ajouter le label LIVE à ses vidéos sur Google

Vous souhaitez obtenir le label LIVE pour vos vidéos en direct sur Google ? C’est désormais possible, à condition...

Publié le par Thomas Coeffe