Navigation

Toutes les catégories

Filtrer par auteur

Voir les derniers articles

Panne de votre site Internet : les 8 problèmes les plus courants

Saviez-vous qu’une panne sur votre site Internet génère de nombreuses conséquences sur votre activité ? Si vous constatez une anomalie ou que vous avez besoin de rétablir...

Publié par Selma

Saviez-vous qu’une panne sur votre site Internet génère de nombreuses conséquences sur votre activité ?

Si vous constatez une anomalie ou que vous avez besoin de rétablir votre site rapidement, pensez à faire appel à un développeur web freelance sur Codeur.com.

Quelles sont les causes d’un problème ou d’une panne de site web  ? Comment les anticiper ? Quels sont les risques pour votre entreprise ? Toutes les réponses à suivre dans cet article !

Les causes les plus courantes d’une panne de site web

Tout site web peut tomber en panne, mais le fait de connaître la cause vous aide à la réparer rapidement. Alors, si vous constatez une page blanche, un message d’erreur ou un problème d’affichage, voici quelques-unes des causes les plus courantes :

Panne de site à cause de l’hébergeur web

Si vous n’avez apporté aucune modification récemment ni installé d’extension ou de thème, le problème provient peut-être de votre serveur ou de votre hébergeur. Ce type de panne se caractérise généralement par l’ouverture d’une page blanche annonçant une erreur 50x (500, 501, 502, 503…).

Cela indique que votre hébergeur est en train d’effectuer une maintenance, qu’il rencontre des pannes de serveur ou qu’il subit une attaque. La meilleure chose que vous puissiez faire est d’attendre quelques minutes et de vérifier les informations sur le site ou les réseaux sociaux du fournisseur.

Si votre site web ne revient pas et qu’aucun renseignement n’est disponible via les médias de votre solution d’hébergement, contactez le prestataire pour obtenir des détails.

Problème lié à une mise à jour du CMS

Attention aux mises à jour de votre CMS ! Surtout si c’est une update majeure… Que votre site web tourne sous WordPress, Joomla, PrestaShop, Wix ou toute autre plateforme, prenez quelques précautions avant d’installer une nouvelle version :

  • Sauvegardez votre code ;
  • Sauvegardez votre base de données ;
  • Lisez la description de la mise à jour pour connaître d’éventuelles incompatibilités ;
  • Lisez les avis des autres utilisateurs pour savoir s’ils ont rencontré des pannes ou bugs ;
  • Testez la mise à jour dans un environnement dédié ou un sous-domaine.

Si la mise à jour semble sûre, effectuez-la. N’oubliez pas, dans la foulée, d’updater également votre thème et vos extensions. Cette étape nous mène au point suivant…

Problème lié à la mise à jour d’un plug-in

Les plug-ins ajoutent plus de fonctionnalités et de caractéristiques à un site Internet, mais aussi plus de code. L’installation ou la mise à jour d’une extension peut donc causer des pannes diverses.

Avant d’installer un plug-in sur votre CMS, vérifiez les avis et la réputation du développeur. Et prenez toujours soin de sauvegarder votre site ! En cas de problème de compatibilité, d’erreurs de code ou d’extension vérolée, vous pourrez restaurer vos pages en quelques clics.

Virus ou malware présent sur le site

Certains hackers injectent du code malicieux sur votre site Internet pour voler des données, envoyer des scripts à votre insu ou afficher des publicités malveillantes. Ces virus ou malwares ralentissent souvent le chargement de vos pages et causent parfois des erreurs.

Il est essentiel de renforcer la sécurité de votre site web en évitant d’installer des plug-ins ou thèmes infectés, mais aussi en empêchant les pirates de détecter vos failles. Ce dernier point passe par le fait de masquer votre version de WordPress, par exemple, et d’éviter d’utiliser un accès utilisateur « Admin ».

Pensez aussi à installer un certificat SSL qui garantit les transactions des clients, tout en rassurant Google, ce qui est positif pour votre référencement.

Cyberattaque ou attaque DDoS

Des attaques brutales ou malveillantes peuvent également submerger vos serveurs et faire tomber votre site web. Il existe un nombre incalculable de robots qui parcourent les pages « Admin » référencées sur Google pour essayer de casser les connexions en testant des combinaisons de noms d’utilisateur et de mots de passe à grande vitesse.

Certains des programmes de force brute les plus avancés peuvent vérifier 1 milliard de mots de passe par seconde, ce qui peut faire planter votre site. Connu sous le nom de déni de service distribué (DDoS), ce type d’attaque provoque un faux trafic pour surcharger un serveur.

Notre conseil : recherchez une solution d’hébergement qui offre une protection DDoS (et contre les cyberattaques en général). Prenez également toutes les précautions requises en vous faisant accompagner par un développeur pour sécuriser au maximum votre site Internet.

Pic de trafic inattendu

Un trafic trop important peut provoquer une panne de votre site. Alors, même si vous rêvez d’obtenir des milliers de visiteurs chaque jour, attention à la bande passante allouée par votre hébergeur.

Si vous réalisez une action marketing importante, que vous payez pour un meilleur référencement ou que vous lancez un produit unique, soyez sûr de pouvoir accueillir tout le monde sur vos pages.

Les prestataires d’hébergement proposent parfois de moduler la bande passante sur une courte période. C’est une solution si ces pics de trafics sont ponctuels.

Nom de domaine expiré

Lorsque votre nom de domaine est expiré, votre site web n’est plus en ligne.

Notre conseil : automatisez le renouvellement de votre domaine pour éviter qu’il n’expire à votre insu… et que quelqu’un d’autre le récupère.

Le renouvellement automatique réenregistrera votre domaine à chaque fois qu’il expire, de sorte que vous n’aurez pas à vous souvenir de le faire manuellement. Pratique !

Erreur dans le code du site

Dernière raison qui peut expliquer une panne de votre site web : un code défectueux. Surtout si vous avez récemment apporté des modifications !

Le code peut facilement être cassé par des fautes de frappe, même mineures. Peu importe le langage, chaque ligne écrite doit être parfaite. Un espace, un guillemet ou une virgule mal placée ou oubliée, et c’est l’erreur.

Pour détecter ce type de panne, il suffit de surfer sur vos pages. Si certaines lignes de code sont visibles, c’est un signe révélateur. Anticipez en utilisant un environnement de test pour visualiser vos modifications avant de les mettre en ligne.

Les conséquences d’une panne de site Internet

Plusieurs conséquences, parfois pénalisantes pour votre activité, découlent d’un problème sur vos pages. Voici les principales :

Perte de trafic

Lorsque votre site Internet est inaccessible, les visiteurs ne peuvent y accéder. Si certains réessaient quelques minutes après, d’autres iront voir la concurrence. La première cause directe d’une panne sur votre site web est donc la perte de trafic.

Vous ne perdez pas seulement des visites à l’instant T. Les internautes ont de la mémoire. S’ils ont connu plusieurs pannes, et donc déceptions, en voulant lire vos contenus, ils ne reviendront plus du tout sur votre site.

Perte de ventes pour un site e-commerce

Sur un e-commerce, l’inaccessibilité d’un site web engendre une perte de trafic et une diminution des ventes ! Imaginez qu’un magasin soit fermé… Les visiteurs n’y entrent pas, n’achètent pas et vont se diriger vers un point de vente ouvert.

Pour le commerce en ligne, c’est pareil ! Si vos pages mettent du temps à se charger, si elles renvoient des erreurs ou si elles affichent un écran blanc, vos potentiels clients quitteront immédiatement le site. Ils iront faire leurs emplettes ailleurs, ce qui se ressentira sur votre chiffre d’affaires.

Plus la panne dure longtemps, plus la perte sera importante.

Dommages SEO si la panne du site persiste

Google cherche constamment à améliorer l’expérience utilisateur sur son moteur de recherche. Si votre site est hors ligne régulièrement, alors il offre une mauvaise expérience aux visiteurs. Le géant américain va finir par le détecter et vous pénaliser.

Résultat : votre site web va perdre son référencement, ce qui va engendrer de nombreuses conséquences (perte de visibilité, baisse des visites, diminution des conversions…).

Même si vous réglez le problème et que votre site redevient opérationnel sur le long terme, vous devrez reprendre votre travail SEO pour retrouver votre place.

Perte d’argent sur les campagnes publicitaires

Vous avez des campagnes sponsorisées en cours ? Si vous payez des publicités sur Google ou les réseaux sociaux et qu’elles renvoient vers des pages indisponibles, vous perdez de l’argent. Il en est de même si vous disposez d’encarts sur des sites partenaires, que vous utilisiez le marketing d’influence, l’affiliation ou tout autre moyen publicitaire.

La perte d’argent est d’autant plus importante si vous réglez au coût par clic… Vous allez être débité pour une visite qui n’a aucune chance de convertir. Votre retour sur investissement sera donc négatif.

Mauvaise image de marque

Lorsqu’un internaute tombe sur un site en panne ou une page blanche, il peut penser que l’entreprise n’existe plus. Il ira donc chercher une solution chez un concurrent et ne reviendra plus vers vous.

Si un visiteur arrive sur une page avec des erreurs ou des lignes de code, il va penser que votre site est piraté. S’il ne se sent pas en confiance et qu’il craint pour ses données, il va immédiatement quitter la page. Il y a peu de chance qu’il revienne sur votre site web un jour.

En plus de perdre des visites, cela donne une mauvaise image de votre entreprise. Elle peut être jugée comme peu fiable, non professionnelle et peu sécurisante.

4 outils pour détecter les pannes

Votre site semble hors ligne ou vous avez un message d’erreur ? Des outils peuvent vous aider à détecter l’origine de la panne !

1. Downdetector

Très pratique, Downdetector permet de savoir si un service, une application ou un site web rencontre un problème. Cela vous permet de savoir si la panne provient de votre hébergeur, de Google, de votre fournisseur d’accès Internet ou de tout autre service tiers dont dépend votre site web.

Si tous vos outils externes sont opérationnels, vous devrez alors vérifier les potentiels problèmes internes.

L’outil est 100 % gratuit.

2. Totalbug

Lorsqu’un service en ligne, une application ou un site web tombe en panne, les utilisateurs peuvent le signaler sur Totalbug. Tout comme l’outil précédent, cette plateforme vous informe si la panne est extérieure à votre site.

Totalbug s’avère donc performant si vous constatez une anomalie provenant d’un plug-in ou d’un outil tiers. Vous saurez s’il est mal configuré ou mis à jour, ou bien si la panne est externe.

L’outil est 100 % gratuit.

3. Sitechecker

L’outil en ligne Sitechecker vous donne de précieuses pistes concernant la cause d’une panne sur votre site web.

Il suffit de renseigner votre nom de domaine et il affiche immédiatement sa disponibilité. L’outil passe en revue le temps de réponse, les codes d’état HTTP transmis par les serveurs, ainsi que la dernière date d’indisponibilité.

Tous ces indices vous permettront d’enquêter sur les problèmes rencontrés sur vos pages. Vous pourrez aussi envoyer le rapport fourni par Sitechecker à votre webmaster afin qu’il prenne des mesures correctives.

Une session d’essai gratuite est mise à disposition lors de l’inscription. Après l’essai, des forfaits sont disponibles à partir de 41€ / mois.

4. IsItDown

Gratuit et simple à utiliser, IsItDown vous indique immédiatement si votre site Internet est disponible.

Ainsi, si vos pages ne s’affichent pas, il faut rechercher du côté de votre navigateur web, de votre ordinateur, du réseau local ou de votre fournisseur d’accès Internet.

Même si son interface peut vous troubler, il n’en reste pas moins un outil très utile et surtout très efficace.

4 outils de monitoring pour gérer ses pannes

Vous connaissez le dicton, mieux vaut prévenir que guérir ! Voici 4 outils qui vous aideront à garder un œil sur la disponibilité de votre site web.

1. HTTPCS Monitoring

Étant donné les conséquences potentielles d’une panne de site web, mieux vaut être averti lorsqu’un problème surgit. C’est ce que permet HTTPCS Monitoring ! Grâce à un système d’analyse des temps de réponse, cet outil en ligne vous renseigne sur la visibilité et la disponibilité d’une application, d’un site Internet ou d’une API.

En cas d’anomalie, vous recevez une alerte par email ou SMS. Vous pourrez rapidement contrôler l’état de votre site, puis prendre les mesures adéquates.

Niveau tarif, les formules démarrent à partir de 20€ / an.

2. Uptime

Indiquez un ou plusieurs domaines et Uptime s’occupe de les surveiller ! En cas de problème, vous recevez une alerte d’incident. Vous pourrez compter sur l’équipe technique de l’outil pour vous accompagner dans la résolution de la panne.

Mais si vous souhaitez vous en occuper seul, vous disposez d’un tableau de bord complet comprenant toutes les analyses de vos pages. Vous saurez si l’ensemble du site est touché ou si l’anomalie concerne uniquement quelques pages. Uptime vous donne aussi des renseignements sur la localisation des erreurs : la base de données, le serveur, une API…

Côté tarif, les prix commencent à 67$ / mois.

3. UptimeRobot

De très grandes entreprises utilisent UptimeRobot pour surveiller la disponibilité de leur site Internet, mais aussi garder un œil sur la validité de leur certificat SSL, leur service mail, leur serveur, leurs outils externes connectés… Pour optimiser votre référencement, UptimeRobot vous propose même de vérifier que certains mots-clés sont bien présents sur vos pages. En cas d’absence, vous recevez une notification.

En cas de problème, vous pouvez être informé, en temps réel, via différents canaux : email, appel, SMS, Twitter, Slack, Telegram, etc. Vous réagissez rapidement pour corriger les bugs.

L’outil dispose d’une version gratuite limitée. Pour débloquer plus de fonctionnalités, comptez 7$ / mois.

4. Better Uptime

Utilisé par Decathlon, Accenture ou encore Brave, Better Uptime vérifie la disponibilité d’un domaine toutes les 30 secondes. En cas d’anomalie, vous recevez une alerte afin de procéder aux corrections le plus rapidement possible, ou d’informer votre développeur.

Les notifications s’effectuent via un appel téléphonique, un SMS, Slack ou Teams, entre autres.

Enfin, vous bénéficiez de rapports réguliers sur l’état de santé de votre site web, ses performances et sa disponibilité. Ce qui vous permet d’optimiser la navigation sur vos pages et donc l’expérience utilisateur.

Better Uptime propose une version gratuite. Pour des vérifications régulières, obtenir des statistiques plus détaillées et disposer de plusieurs systèmes de notification, comptez entre 24 $ et 160 $ par mois.

Notre astuce pour résoudre une panne sur votre site

Pour offrir la meilleure expérience utilisateur à vos potentiels clients, conserver une image positive et générer des conversions en continu, votre site web doit être constamment disponible.

Si vous constatez régulièrement des anomalies ou que vous avez besoin d’être réactif en cas de panne du site, faites appel à un développeur freelance sur notre plateforme, Codeur.com.

Lire la suite de l'article

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

OVH lance une offre Internet pour particulier à moins de 10€

On connaissait déjà l’envie d’OVH de devenir un fournisseur d’accès à Internet (OVH FAI) mais réservé aux professionnels et surtout limité à une petite région...

Publié le par Team WebActus
Webmarketing

😂 dépasse 😭, et redevient l’emoji le plus populaire sur Twitter

Relégué à la 2ème place depuis avril 2021, l’émoji visage qui pleure de rire a récupéré sa place de n°1 sur Twitter.

Publié le par Arthur Aballea