Navigation

Toutes les catégories

Filtrer par auteur

Voir les derniers articles

La théorie des couleurs : qu’est-ce que c’est ?

La théorie des couleurs fait partie de ces fondamentaux artistiques et scientifiques incontournables dans la création de design, de charte graphique et même d’images de marque....

Publié par Selma

La théorie des couleurs fait partie de ces fondamentaux artistiques et scientifiques incontournables dans la création de design, de charte graphique et même d’images de marque.

Comprendre la manière dont nous percevons les couleurs est essentiel pour véhiculer des messages à travers les visuels. La théorie des couleurs est plurielle, comme toutes les questions qu’elle soulève et les clés de compréhension qu’elle donne. Alors, êtes-vous prêt à découvrir le secret de vos couleurs préférées ?

N’oubliez pas que pour tous vos besoins de créations graphiques, vous pouvez faire appel à un graphiste freelance sur notre plateforme Graphiste.com. Ces derniers pourront réaliser des visuels, un logo ou encore une charte graphique dans le respect de la théorie des couleurs, pour vous aider à transmettre les valeurs de votre marque à vos clients.

Comprendre les couleurs

Avant même d’imaginer le prochain logo de votre société ou encore les visuels accrocheurs de votre communication, il est essentiel de comprendre comment nos yeux perçoivent les couleurs.

Quand on regarde le ciel, par exemple, nos yeux envoient un signal à notre cerveau. Ce dernier après une ultrarapide analyse nous répond : « Oui oui, c’est un bleu que tu vois ».

Mais pour rentrer dans l’aspect plus scientifique des choses, tout est plutôt une question d’ondes. En effet, tous les objets sont éclairés de lumière et en reflètent à leur tour, selon différentes combinaisons de longueur d’ondes. Et, ce sont ces longueurs d’onde que notre cerveau déchiffre alors pour créer ce phénomène que l’on appelle communément : les couleurs.

C’est joli, me direz-vous, et c’est qu’elles sont partout dans la flore naturelle, dans les néons des ruelles, mais également et surtout dans les packagings et autres visuels marketings qui inondent notre quotidien.

Prenez la marque Coca Cola. Imaginez-vous, faire vos courses comme d’habitude et hop, trois rayons plus loin, vous vous retrouvez dans le secteur des boissons. Il vous faudra à coup sûr quelques petites secondes pour voir où est installé le pack de Coca que vous avez envie de ramener à la maison !

Le rouge du Coca Cola est une image de marque très puissante, qui repose sur sa couleur de marque indémodable. Et, à l’époque, c’était plutôt une bonne idée quand on sait qu’il faut seulement 90 secondes à un consommateur pour qu’il sache s’il aime ou non un produit.

Mieux encore : 90 % de cette décision va être basée uniquement sur la couleur du produit. C’est pour cela que les marques travaillent énormément les couleurs qu’elles choisissent pour leurs images de marques. Et pas que les multinationales !

RVB : la synthèse additive

theorie-des-couleurs

Si nous avons maintenant établi que nous percevons différentes couleurs en tant qu’ondes de lumière, sachez que mélanger la lumière par un procédé dit de « synthèse additive » nous permet également de créer de nouvelles couleurs.

Pour ce faire, il suffit de mêler des ondes de lumière rouge, verte et bleue à différents degrés d’intensité. Le principe est alors simple : plus on ajoute de la lumière à l’ensemble, plus la couleur obtenue sera claire. Et c’est en mélangeant les trois couleurs (rouge, vert et bleu) que l’on atteint la lumière blanche, pure et immaculée !

Ce procédé, vous y êtes confronté au quotidien sans même vous en rendre compte lorsque vous utilisez vos appareils de maisons. En effet, les télévisions, les écrans et les projecteurs utilisent tous ces trois couleurs RVB comme couleurs primaires. En les mélangeant comme énoncé précédemment, cela leur permet d’obtenir les autres couleurs.

La synthèse des couleurs RVB est ainsi très importante à considérer lors de la création de votre logo, que vous allez ensuite partager sur votre site internet et vos réseaux sociaux. Si vous ne respectez pas les bonnes règles, les couleurs de votre magnifique logo (oui, on est sûre qu’il est beau), perdront en qualité et en vivacité.

C’est pourquoi les designs destinés à une utilisation digitale, doivent toujours être encodés avec des couleurs en RVB et non en CMJN. Ces dernières correspondent à la « synthèse soustractive » que nous allons expliquer plus bas.

CMJN : la synthèse soustractive

theorie-des-couleurs

Si les couleurs RVB (synthèse additive) sont à préconiser pour vos visuels et logos à destination du domaine digital, les couleurs CMJN (synthèse soustractive) sont quant à elles réservées à l’environnement papier. Tous les panneaux, les emballages et autres supports physiques sont ainsi créés avec la méthode de la synthèse soustractive.

L’acronyme peut faire peur, mais il correspond en fait à la méthode de mélange des couleurs, que l’on a apprise quand on était enfant à l’école. Pour faire simple : la synthèse soustractive CMJN est un procédé qui consiste à réduire la lumière au fur et mesure que de la couleur lui est incorporée.

En général, on utilise des couleurs primaires : le rouge, le jaune et le bleu. Un peu comme le ferait un peintre pour obtenir la couleur désirée pour sa toile.

Mais alors, pourquoi l’avoir appelé CMJN ? C’est très simple ! Avec l’avènement de l’imprimerie, les couleurs primaires ont été remplacées par d’autres nuances de couleurs : le cyan, le magenta, le jaune et le noir (CMJN).

Grâce à cette variation de couleurs nouvelles, les imprimeurs peuvent ainsi garantir un rendu optimal en matière de variation colorimétrique sur les supports papier.

Si vous souhaitez imprimer des brochures, des flyers ou autres contenus physiques en couleur pour faire la communication de votre entreprise, il est donc impératif de connaître ce procédé pour ne pas se tromper lors de l’impression. La synthèse soustractive vous permettra, en effet, d’obtenir un excellent rendu des couleurs.

Le cercle chromatique

theorie-des-couleurs

Le cercle chromatique a été inventé pour la première fois en 1666 par le célèbre Sir Isaac Newton, bien avant que l’on ait commencé à jouer aux crayons de couleurs !

Avec ce cercle chromatique, Newton a en fait démontré que la lumière blanche était composée de sept couleurs visibles. En étudiant notre spectre visible de couleur, il a ainsi pu permettre à d’autres d’expérimenter la couleur à des fins scientifiques.

Les couleurs primaires, secondaires et tertiaires

Aujourd’hui, ce cercle chromatique, aussi appelé la roue des couleurs, a progressé et est utilisé quotidiennement par les designers qui souhaitent trouver une harmonie de couleurs dans leurs créations. Pour ce faire, ils utilisent le principe du cercle chromatique composé de 12 couleurs. Ces 12 couleurs peuvent être catégorisées ainsi :

  • Les couleurs primaires : le rouge, le jaune, le bleu ;
  • Les couleurs secondaires (crée à partir des couleurs primaires) : le vert, l’orange et le violet ;
  • Les couleurs tertiaires (obtenues en mélangeant des couleurs primaires à des couleurs secondaires) : jaune-orange, rouge-orange, rouge-violet, bleu-violet, bleu-vert ou encore jaune-vert.

Comme les couleurs tertiaires sont acquises en mélangeant une couleur primaire à une couleur secondaire, on obtient ainsi des teintes composées.

Les couleurs chaudes et froides

Ces teintes vont ensuite pouvoir être divisées en deux types de couleur :

  • Les couleurs chaudes : associées à l’énergie, la clarté et l’action.
  • Les couleurs froides : associées au calme, à la paix et la sérénité.

Cette compréhension des codes de couleurs (chaudes et froides) est aussi très importante dans la création de logo ou d’un site internet : ces derniers vont directement influencer l’énergie, le « mood » qui se dégage de l’ensemble.

Les variations de couleurs : teinte, ton et dégradé

Mais attends, pourquoi parler de 12 couleurs si dans ma boîte à crayons, j’ai plus de 35 couleurs différentes ? Pas de panique, on vous explique ! Tout est une question de variation de couleurs issues du cercle chromatique. Ces nouvelles couleurs sont obtenues grâce à plusieurs procédés :

  • Les teintes : une couleur du cercle à laquelle on a ajouté du blanc.
  • Les dégradés : une couleur à laquelle on ajoute du noir.
  • Les tons : une couleur à laquelle on ajoute du blanc, du noir ou du gris, pour atteindre des couleurs plus sombres, subtiles et intenses.

Appliquer la théorie des couleurs dans vos créations graphiques

Dans le domaine du design graphique, les graphistes utilisent régulièrement des palettes de couleurs obtenues grâce au cercle chromatique. Ces palettes de couleurs leur permettent de proposer des combinaisons de couleurs qui serviront alors à la création de supports commerciaux.

Les couleurs complémentaires

Si l’on reprend en tête l’idée du cercle chromatique, les couleurs complémentaires sont situées aux extrêmes opposés l’une de l’autre. Le vert et le rouge sont ainsi des couleurs complémentaires efficaces puisqu’elles permettent de bénéficier d’un contraste élevé, et donc d’un design qui attire l’œil.

Les couleurs analogues

Autre type de sélection de couleurs pour créer des designs, les couleurs analogues sont au contraire situées les unes à côté des autres dans le cercle chromatique.

Voilà pourquoi les palettes de couleurs analogues sont constituées d’une couleur dominante (par exemple, le rouge), d’une couleur adjointe (le jaune orange) et d’une autre couleur différente pour mettre en valeur le rendu global.

Cette technique permet aussi, pour les designers et graphistes, de mettre en évidence certains éléments pour les consommateurs et les inciter à « agir ».

Les couleurs triadiques

Enfin, les couleurs triadiques sont séparées par un écart régulier sur le cercle chromatique. C’est une palette qui permet l’utilisation de couleurs vives et contrastées.

Les graphistes ont tendance à utiliser les couleurs triadiques puisqu’elles sont très efficaces pour mettre en valeur chaque élément d’un logo, mais également le design dans son entièreté. Le tout grâce à un jeu de plusieurs lectures possibles.

La théorie des couleurs et le design

Si la théorie des couleurs peut être définie et utilisée dans diverses manières pouvant s’étaler à l’infini. Il existe cependant trois règles fondamentales et logiques, mais surtout utile dans leurs applications.

Notamment dans la création de design graphique. La roue chromatique, l’harmonie des couleurs et notamment le contexte d’utilisation, sont trois éléments à identifier explicitement avant de se lancer dans la création.

L’ensemble de ces trois facteurs doit donner un ensemble agréable à l’œil, de sorte à captiver l’attention du spectateur. L’harmonie des couleurs permettra par exemple d’offrir un ordre logique et une expérience équilibrée à vos créations.

Si ces trois facteurs ne se retrouvent pas dans vos productions, ces dernières risquent d’être ternes, désordonnées et non attractives. L’ordre et la logique comme la cohérence des couleurs sont donc primordiaux pour être agréable pour les consommateurs.

Nos cerveaux aiment, en effet, ce qui est logique, compréhensible et beau. Tout le travail d’amont de création consiste alors à trouver l’harmonie entre ces trois facteurs vers un équilibre dynamique et attirant.

Voilà pourquoi il est essentiel de savoir utiliser les couleurs efficacement, en comprenant comment ces dernières sont formées et liées les unes aux autres.

Pour aller plus loin, il est également possible de se renseigner plus en profondeur via l’apprentissage de connaissances techniques sur les capacités optiques des humains, mais aussi la psychologie, les codes des différentes cultures, etc.

Le but est de susciter une émotion recherchée avec le consommateur et surtout en accord avec l’image de marque ou la philosophie de l’entreprise. Les couleurs ont un pouvoir impressionnant sur les émotions humaines, qu’elles soient physiques ou mentales.

C’est pourquoi il existe la « psychologie des couleurs ».

Utiliser la psychologie des couleurs

theorie-des-couleurs

La psychologie des couleurs permet de rattacher certaines émotions humaines, physiques et mentales à une couleur. Pour ce faire, cette théorie psychologique s’appuie sur l’inconscient collectif, les codes de notre société, les différentes cultures et les sentiments. Voici quelques exemples !

Le rouge

Le rouge est une couleur puissante puisqu’elle bénéficie de la longueur d’onde la plus longue. Elle a la propriété de paraître plus proche de nous que les autres couleurs, ce qui lui donne toutes les grâces de notre première attention.

Le rouge nous stimule physiquement via l’accélération du pouls par exemple. Dans l’imaginaire, il incarne souvent l’agressivité, le sang, le combat ou encore la fuite. Mais, il peut aussi procurer un aspect stimulant, vivant et convivial suivant son utilisation.

Le vert

Le vert attire naturellement l’œil et n’a pas besoin d’être modifié pour exercer un pouvoir reposant sur la vision humaine. Cette couleur est placée au centre du cercle chromatique, ce qui confère aux spectateurs un certain sentiment d’équilibre.

À un niveau plus primitif, le vert rappelle la nature, la terre et l’abondance. Des éléments rassurants au niveau psychologique. Mal utilisé, il peut toutefois se révéler fade ou triste.

Le rose

Le rose est une teinte de rouge qui a le don de nous apaiser physiquement. Ce n’est pas une couleur très stimulante, mais elle reste puissante dans le domaine psychologique.

Longtemps considéré comme le symbole du féminin, le rose rapporte à la survie de l’espèce, mais aussi à la douceur et à l’apaisement. À utiliser avec parcimonie si vous souhaitez éviter de vous retrouver avec un effet trop “girly” !

Le noir

Le noir fascine, puisqu’il absorbe toutes les couleurs existantes. Cela produit de fortes implications psychologiques, qui s’expriment par le biais de barrières protectrices face à la lumière.

En revanche, il peut aussi être perçu comme menaçant, sombre et rappelle souvent le deuil dans nos sociétés occidentales. Cependant, il fonctionne parfaitement par des jeux de contraste avec son opposé : le blanc.

Le blanc

À l’inverse du noir, le blanc reflète tout, explose en tête et donne de la lumière sur tout, d’une main de maître. Il a un côté moins chaleureux que le noir, plus précieux, moins à même d’être touché d’une certaine manière.

Le blanc symbolise aussi la pureté dans l’inconscient collectif. Il peut faire penser au propre, à l’hygiénique, au neuf ou au stérile (qui peut être négatif). C’est une couleur qui donne l’impression d’espaces plus grands, de perception de profondeur. À éviter avec des couleurs chaudes.

L’orange

Cette combinaison du rouge et du jaune est une véritable émulsion physique et émotionnelle. L’attention du spectateur et ses émotions sont plus tournées vers les questions de confort, le physique et même la sensualité.

Pour d’autres, c’est une couleur sympathique et festive. La couleur orange peut aussi être vue négativement quand elle concentre un effet de privation.

Notre astuce pour créer une charte graphique selon la théorie des couleurs

Pour créer une charte graphique de qualité, pensez à approfondir certains points cités dans cet article : le cercle chromatique, les palettes de couleurs ou encore la psychologie des couleurs.

Prenez également le temps de bien définir les enjeux, le concept et le résultat que vous souhaitez susciter sur vos clients, avant de vous lancer dans la création de designs graphiques. Accordez-vous du temps pour évaluer les stratégies de branding de votre concurrence et agrémenter votre charte graphique, grâce à la théorie des couleurs, en conséquence.

Pour vous aider, vous pouvez faire appel à un graphiste freelance professionnel sur Graphiste.com. Experts en la matière, ces derniers sauront trouver le petit plus qui fera toute la différence pour différencier l’image de votre entreprise grâce à un choix judicieux de couleurs !

L’article La théorie des couleurs : qu’est-ce que c’est ? est apparu en premier sur Graphiste.com.

Lire la suite de l'article

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Graphisme

Adobe Illustrator : 9 alternatives gratuites à essayer

Sans conteste, Adobe Illustrator reste en tête de liste des outils de graphisme les plus performants. Une popularité qu’il doit à ses nombreuses fonctionnalités, répondant à tous...

Publié le par Solenne Ricard
Graphisme

Comment utiliser le Glassmorphism dans vos créations ?

Le glassmorphism est la nouvelle tendance design qui va marquer 2021. Il ne s’agit pas tout à fait d’un nouveau procédé, mais bien d’une technique qui est en train de se...

Publié le par Melanie De Coster