Navigation

Toutes les catégories

Filtrer par auteur

Voir les derniers articles

Comment réduire le TTFB de votre site ?

Votre site web n’est pas assez performant et vous vous demandez pourquoi ? Et si c’était à cause du TTFB (Time to First Byte) ! Cet indicateur est important pour mesurer...

Publié par Laura

Votre site web n’est pas assez performant et vous vous demandez pourquoi ? Et si c’était à cause du TTFB (Time to First Byte) !

Cet indicateur est important pour mesurer la performance de votre site. Nous vous invitons donc à faire appel à un développeur freelance sur Codeur.com si vous souhaitez vérifier votre TTBF ou l’améliorer.

Dans cet article, nous allons vous expliquer ce qu’est le TTFB, son impact sur votre site web, comment le mesurer et enfin comment l’améliorer pour gagner en performance.

Qu’est-ce que le TTFB  ?

Le TTFB (Time To First Byte) peut être traduit littéralement par : “temps de chargement du premier octet”. Le TTFB est un indicateur qui permet de mesurer le temps d’attente du navigateur pour la réception du premier octet envoyé par le serveur à la suite d’une d’une requête sur un navigateur web. Plus le temps est long pour obtenir ces données, plus il faudra attendre pour que la page demandée s’affiche.

La durée calculée pour le TTFB inclut le temps qu’il faut pour établir une connexion avec le serveur, pour que celui-ci traite la requête et pour qu’il renvoie la première réponse. Le processus se déroule en effet en 3 étapes.

1. Demande faite au serveur

La première étape concerne l’envoi d’une requête HTTP envoyée par le navigateur au serveur. Cette étape peut être retardée par plusieurs facteurs tels que la latence relative aux temps de recherche DNS, une distance géographique importante entre le serveur et le navigateur, des règles de pare-feu compliquées, ainsi qu’une vitesse Internet lente du côté du client (navigateur).

2. Traitement du serveur

La deuxième étape concerne le traitement de la requête par le serveur pour proposer une réponse au client. Cette étape peut présenter divers retards comme un manque de mise en cache de la première réponse, des appels de base de données trop lents, un nombre trop important de scripts tiers, du code ou un thème WordPress mal optimisés.

3. Réponse envoyée au navigateur

La troisième étape est la réponse renvoyée au client après le traitement de la demande par le serveur. La vitesse de la réponse est affectée à la fois par la vitesse du serveur et par celle du client. Si le client utilise un point d’accès Wi-Fi avec une connexion Internet lente, cela se reflétera dans le temps total du TTFB.

Le TTFB est mesuré en millisecondes (ms) et peut varier en fonction de différents facteurs, tels que la distance entre le serveur et l’utilisateur, la charge du serveur, la complexité de la requête ou encore la qualité de l’hébergement.

Quelle différence entre TTFB et temps de chargement des pages  ?

En matière de vitesse, il existe un débat entre deux notions qui semblent assez similaires : le TTFB et le temps de chargement des pages. D’ailleurs, certains développeurs et experts SEO semblent dire que le TTFB n’impacte pas le site (contrairement au temps de chargement des pages) alors que d’autres considèrent qu’il est important de le prendre en compte.

Quoi qu’il en soit, il est important de noter que le TTFB représente la durée nécessaire pour que le serveur produise les premières données en réponse à une requête HTTP. Le temps de chargement d’une page web quant à lui prend en compte la réception et l’affichage de l’ensemble des données par le navigateur.

Cette distinction est importante car elle permet de mesurer précisément le temps que met le serveur à répondre à une requête, indépendamment du temps que met le navigateur à afficher l’intégralité de la page. Le TTFB est ainsi une mesure de réactivité du site plutôt que de vitesse de chargement.

Quel est l’impact du TTFB sur votre site  ?

Le Time to First Byte ou TTFB peut avoir un impact important sur l’expérience utilisateur et le référencement naturel de votre site. Voici quelques exemples :

  • Temps de chargement du site : Un TTFB long peut entraîner un temps de chargement plus important pour le site, ce qui peut décourager les utilisateurs d’attendre et les inciter à quitter le site.
  • Positionnement dans les résultats de recherche : Google a confirmé que le temps de réactivité d’un site est un facteur de classement pour les résultats de recherche. Un TTFB long peut donc impacter négativement le référencement naturel (SEO) d’un site.
  • Conversion et taux de rebond : un site lent peut avoir un impact négatif sur la conversion et le taux de rebond. Si un utilisateur attend trop longtemps pour accéder à une page, il est plus susceptible de quitter le site sans effectuer l’action souhaitée.

Le TTFB de votre site peut avoir un réel impact en matière de SEO mais aussi de performance de votre site. En cas de temps de latence important, vous pouvez manquer des ventes ou bien voir votre site déclassé dans les pages de résultats de recherches de Google.

Comment mesurer le TTFB de votre site  ?

Avant de penser à améliorer votre TTFB (temps de chargement du premier octet), il est primordial de le mesurer pour connaître la performance de votre site. Il se mesure en millisecondes et plusieurs facteurs peuvent faire varier sa vitesse comme : la distance qui sépare l’utilisateur du serveur, la qualité de la connexion et du réseau, la qualité du code du site, la performance du fournisseur d’accès à Internet, l’engorgement du réseau…

Pour mesurer le TTFB, il est nécessaire de réaliser un test. Il existe pour cela de nombreuses ressources et outils ou plugins disponibles sur le web comme :

  • Google Chrome DevTools : il permet de mesurer le TTFB en lançant la fenêtre réseau et en visualisant les performances de votre site. Cependant, comme la latence du réseau et de votre connexion Internet peut affecter les résultats, il est plus efficace d’utiliser un outil tiers qui teste à partir d’un centre de données.
  • Geekflare : il s’agit d’un outil simple et rapide pour mesurer votre TTFB à trois endroits différents dans le monde.
  • WebPageTest : l’outil mesure le temps nécessaire pour les négociations DNS, socket et SSL + 100ms.
  • KeyCDN : il permet de mesurer le TTFB à partir de 14 emplacements dans le monde différents et de façon simultanée.

Améliorer le TTFB d’un site internet

Maintenant que vous savez ce qu’est le TTFB et comment il peut avoir une incidence sur votre site web, nous vous proposons quelques astuces pour l’améliorer. Notez que pour Google, un TTFB de qualité se situe entre 200 et 400 ms.

Si votre TTFB affiche un résultat inférieur, c’est toujours mieux. Toutefois, ce score est assez difficile à atteindre. Si vous obtenez un résultat entre 200 et 500 ms c’est donc tout à fait acceptable. En revanche, au-dessus des 600 ms, il est important de faire rapidement quelque chose.

Utiliser un CDN pour réduire le TTFB

Un CDN (Content Delivery Network) permet de distribuer le contenu d’un site web sur différents serveurs à travers le monde. Cela permet de réduire le temps de réponse du serveur en fournissant le contenu depuis le serveur le plus proche de l’utilisateur. En utilisant un CDN, vous pouvez réduire le TTFB de votre site Internet en améliorant la vitesse de chargement des pages.

Utiliser la mise en cache pour diminuer le TTFB

La mise en cache consiste à stocker temporairement les données d’une page web sur le navigateur de l’utilisateur ou sur un serveur proxy. Cela permet de réduire le temps de réponse du serveur en évitant de traiter les requêtes de manière répétitive.

En utilisant la mise en cache, vous pouvez réduire le TTFB de votre site web en améliorant la vitesse de chargement des pages. Vous pouvez mettre en place la mise en cache à l’aide d’un plugin ou d’un module pour votre CMS tel que WordPress.

Changer les DNS pour des DNS premiums

Les DNS (Domain Name System) permettent de traduire les noms de domaine en adresses IP pour accéder aux sites web. En utilisant un DNS premium, vous pouvez réduire le temps de réponse du serveur en bénéficiant d’une infrastructure DNS plus rapide et plus fiable.

Les DNS premiums peuvent également offrir des fonctionnalités supplémentaires, telles que la sécurité DNS ou la gestion des requêtes DNS. Il existe de nombreux services de DNS premiums disponibles, tels que Cloudflare DNS, Google DNS ou encore OpenDNS.

Réduire le TTFB en changeant d’hébergeur

Le choix de l’hébergeur peut avoir un impact important sur le TTFB de votre site web. En choisissant un hébergement de qualité, vous pouvez bénéficier d’une infrastructure plus performante et d’un support technique de qualité.

En choisissant un hébergeur proche de votre public cible, vous pouvez également réduire le temps de réponse du serveur. Si vous constatez que votre Time to First Byte est élevé malgré les autres astuces, il peut être judicieux de changer d’hébergement pour améliorer les performances de votre site web.

Notre astuce pour diminuer le TTFB

Notre conseil pour diminuer le Time to First Byte de votre site web est de combiner les astuces précédentes pour obtenir les meilleurs résultats. En utilisant un CDN, en mettant en place la mise en cache, en utilisant des DNS premiums et en choisissant un hébergeur de qualité, vous pouvez réduire le temps de réponse du serveur et améliorer les performances de votre site web.

Si vous avez des difficultés à mettre en place ces astuces vous-même, n’hésitez pas à faire appel à un développeur freelance sur Codeur.com. Nos experts sont là pour vous accompagner dans l’optimisation de votre site web. En choisissant un développeur freelance expérimenté sur notre plateforme, vous pouvez obtenir des résultats rapides et durables pour améliorer les performances de votre site web. N’attendez plus !

Lire la suite de l'article

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

Twitter clarifie son offre publicitaire

Twitter annonce la refonte de ses options publicitaires afin de simplifier le processus pour les annonceurs. L’article Twitter clarifie son offre publicitaire a été publié...

Publié le par Heloise Famie-Galtier
Webmarketing

Valorisation Facebook 2004 – 2011

Alors que Facebook connait un succès certain, il semblerait que la valorisation de Facebook ait connu quelques accrocs durant ces 6 ans de vie. Cette infographie reprendre la...

Publié le par Team WebActus