Navigation

Toutes les catégories

Filtrer par auteur

Voir les derniers articles

Couleurs primaires : comment bien les connaître et les utiliser

Savez-vous qu’à partir des seules couleurs primaires, il est possible d’obtenir absolument tous les autres coloris ? Des couleurs que nous percevons en fonction des matières...

Publié par Damien Charles

Savez-vous qu’à partir des seules couleurs primaires, il est possible d’obtenir absolument tous les autres coloris ? Des couleurs que nous percevons en fonction des matières qui absorbent et reflètent différemment les ondes lumineuses, et que notre cerveau vient ensuite interpréter.

Voici comment bien connaître et utiliser les couleurs primaires, également appelées couleurs élémentaires.

 

Bien connaître les couleurs primaires

Prenons d’abord le temps de bien définir ce qu’est une couleur primaire : il s’agit d’un coloris qui ne peut en aucun cas être reproduit par le mélange d’autres couleurs.

Voici donc la principale distinction qui existe entre les couleurs élémentaires et les couleurs secondaires et tertiaires, ces dernières étant justement obtenues grâce au mélange des dites couleurs primaires.

On considère souvent à tort la couleur verte comme une couleur primaire, alors qu’il s’agit d’une nuance qui résulte du mélange d’autres coloris (le jaune et le bleu pour être précis). Une confusion qui vient de l’omniprésence du vert dans les créations graphiques, mais aussi de la modélisation RVB qui utilise, non pas des matières picturales, mais des lumières colorées. Ainsi, il convient de distinguer les couleurs primaires révélées par les faisceaux lumineux, de celles utilisées dans les mélanges de matières pigmentées.

 

Les couleurs primaires sur les supports numériques

Selon le contexte, les couleurs élémentaires ne sont donc pas les mêmes. En effet, lorsqu’on travaille à partir d’un support numérique (comme un écran, une télévision ou un smartphone) les couleurs sont alors modélisées en RVB :

  • #FF0000 (Rouge)
  • #008000 (Vert)
  • #0000FF (Bleu)
bien-connaitre-bien-utiliser-couleurs-primaires

RVB

Les supports numériques utilisent ainsi un procédé appelé « synthèse additive ». En combinant simultanément les trois lumières colorées RVB, on obtient la lumière blanche. Leur absence permet au contraire d’obtenir le noir. Par défaut, on part donc du noir et on lui ajoute nos lumières teintées afin d’obtenir la nuance souhaitée.

 

Les couleurs primaires dans le secteur de la peinture et de l’impression

Ici, ce sont les matières pigmentées opaques qui sont utilisées en lieu et place des faisceaux lumineux. En effet, dans ces circonstances, le mélange du rouge, du vert et du bleu va très rapidement tendre vers des nuances de marron et de noir.

On utilise donc une modélisation CMJ en lieu et place d’une modélisation RVB. Celle-ci utilise alors les trois couleurs primaires suivantes :

  • #00FFFF (bleu cyan)
  • #FF00FF (rouge magenta)
  • #FFFF00 (jaune).
bien-connaitre-bien-utiliser-couleurs-primaires

CMJ

Dans le secteur de la peinture donc, du moment que vous possédez ces trois couleurs élémentaires sur votre palette, vous êtes en mesure de recréer toutes les autres nuances possibles et imaginables sur vos toiles.

Dans le cas précis du print, on utilise davantage une modélisation CMJN, qui nécessite donc quatre encres colorées différentes et non trois. On retrouve donc quatre cartouches d’encre différentes en bleu cyan, rouge magenta, jaune, et noir (#000000).

bien-connaitre-bien-utiliser-couleurs-primaires

CMJN

Le noir n’est évidemment pas une couleur primaire, et il peut tout à fait être obtenu en mélangeant les trois coloris précédents. Toutefois, l’opération est loin d’être économique, et l’utilisation d’une cartouche noire permet donc d’économiser les pigments.

 

Utiliser les couleurs primaires pour obtenir d’autres coloris

Nous l’avons vu, les couleurs primaires permettent d’obtenir n’importe quelles nuances, appelées couleurs secondaires et tertiaires.

 

Utiliser les teintes élémentaires pour obtenir les couleurs secondaires

Les couleurs secondaires sont au nombre de trois, et sont obtenues en mélangeant deux couleurs primaires à parts égales :

  • #FF00FF (rouge magenta) + #FFFF00 (jaune) = #FFA500 (orange)
  • #FFFF00 (jaune) + #00FFFF (bleu cyan) = #008000 (vert)
  • #00FFFF (bleu cyan) + #FF00FF (rouge magenta) = #EE82EE (violet)

 

Utiliser les couleurs primaires pour obtenir les couleurs tertiaires

Les couleurs tertiaires sont pour leur part au nombre de six, et sont obtenues en mélangeant une couleur secondaire à une couleur primaire :

  • #FF00FF (rouge magenta) + #FFA500 (orange) = rouge-orangé
  • #FFFF00 (jaune) + #FFA500 (orange) = jaune-orangé
  • #FFFF00 (jaune) + #008000 (vert) = vert clair
  • #00FFFF (bleu cyan) + #008000 (vert) = turquoise
  • #00FFFF (bleu cyan) + #EE82EE (violet) = indigo
  • #EE82EE (violet) + #FF00FF (rouge magenta) = pourpre

 

Les couleurs primaires et le cercle chromatique

L’ensemble des couleurs sont organisées sur le cercle chromatique, représentation schématique et ordonnée qui se compose des trois couleurs primaires, des trois couleurs secondaires, et des six couleurs tertiaires.

Le cercle est ensuite divisé en deux, les couleurs chaudes d’un côté, et les couleurs froides de l’autre.

bien-connaitre-bien-utiliser-couleurs-primaires

Cercle chromatique selon Itten

Ces douze teintes sont appelées des couleurs pures ou franches. En effet, elles ne sont dénaturées par aucun ajout de blanc, noir ou gris. Ce cercle se compose donc uniquement des versions les plus saturées* de chacune des nuances existantes.

*La saturation fait ici référence à l’intensité de coloration d’une teinte. Ainsi, plus la luminosité est importante, plus la couleur en question est vive. À l’inverse, moins la luminosité est intense, et plus la couleur paraît terne.

Les couleurs neutres, qui sont au nombre de trois, ne sont donc pas représentées sur le cercle chromatique :

  • #000000 (noir)
  • #FFFFFF (blanc)
  • #808080 (gris)
bien-connaitre-bien-utiliser-couleurs-primaires

Couleurs neutres

Pensez-y

Signalons ici que, d’un point de vue scientifique, le blanc et le noir ne sont pas des couleurs. Il s’agit davantage du témoignage de la présence (pour le blanc), ou de l’absence (pour le noir), de lumière.

  • Le blanc est ainsi obtenu en additionnant l’ensemble des longueurs d’onde de la lumière, c’est-à-dire en mélangeant toutes les lumières colorées.
  • Le noir, résulte quant à lui de l’interprétation de notre cerveau face à une absence totale de lumière. Ainsi, un objet nous apparaît noir s’il n’émet pas, ou ne reflète pas de lumière.
  • Le gris s’avère également être le résultat d’une variation lumineuse. Il est toutefois souvent assimilé à une couleur, puisque hormis le gris neutre, il est généralement obtenu à partir d’une couleur désaturée.

Par exemple, pour obtenir du marron, une nuance absente du cercle chromatique, il est nécessaire d’ajouter du noir à la couleur orange en plus ou moins grande proportion :Ces teintes neutres peuvent être mélangées aux couleurs primaires, secondaires et tertiaires afin d’atteindre des nuances éclaircies (ajout de blanc), assombries (ajout de noir) ou ternies (ajout de gris). Les variations sont infinies.

  • #FF00FF (rouge magenta) + #FFFF00 (jaune) + #000000 (noir) = marron

 

En graphisme, on utilise également très couramment les couleurs neutres afin de créer des contrastes saisissants qui viennent souligner et mettre en exergue les autres teintes.

 

Construire une palette chromatique à partir des couleurs primaires

Maintenant que vous êtes capables de créer toutes les nuances de couleurs à partir des couleurs primaires, il est temps d’apprendre à concevoir une palette chromatique parfaitement harmonieuse. Créer une palette chromatique nécessite en effet une connaissance aiguë des principes théoriques de base de la colorimétrie, tels que ceux énoncés précédemment. En effet, l’opération n’a rien d’anodine et peut rapidement tourner à la faute de goût. Pour l’éviter, il existe quatre techniques efficaces qui se basent toutes sur l’utilisation du cercle chromatique vu précédemment.

 

Les couleurs primaires et leurs complémentaires

Les palettes chromatiques basées sur les couleurs complémentaires sont largement utilisées par les graphistes qui choisissent ici des couleurs diamétralement opposées sur le cercle chromatique. Ce type de palette en dyade mise alors sur deux coloris suffisamment contrastés et qui se soutiennent mutuellement.

Ainsi, pour les couleurs primaires :

  • la couleur complémentaire du bleu cyan est l’orange.
  • La couleur complémentaire du rouge magenta est le vert.
  • La couleur complémentaire du jaune est le violet.
bien-connaitre-bien-utiliser-couleurs-primaires

Couleurs complémentaires

 

Associer les trois couleurs primaires pour former une palette triadique

Une palette triadique se compose de trois couleurs équilatéralement espacées sur le cercle chromatique. On obtient alors une palette très tranchée, audacieuse et dynamique. Les trois couleurs primaires forment ainsi naturellement une palette triadique.

bien-connaitre-bien-utiliser-couleurs-primaires

Palette triadique

 

Couleurs primaires et palette monochrome

Autre méthode, on opte pour une couleur dominante à laquelle on apporte des variations afin d’obtenir un effet dégradé.

Exemple de palettes monochromes obtenues à partir des teintes élémentaires :

bien-connaitre-bien-utiliser-couleurs-primaires

Palettes monochromes

Les couleurs primaires et leurs couleurs analogues

Les couleurs analogues sont celles qui se trouvent à proximité les unes des autres sur la roue chromatique. En les associant, on obtient aisément une palette harmonieuse.

Par exemple, les couleurs analogues au jaune sont le vert et l’orange.

bien-connaitre-bien-utiliser-couleurs-primaires

Couleurs analogues

 

Conclusion

Les couleurs primaires forment la base immuable de toutes les pratiques artistiques et de tous les métiers du graphisme. C’est en effet à partir de ses coloris élémentaires que l’on obtient toutes les autres nuances.

En apprenant à les manier, vous apprendrez donc aussi à maîtriser toutes les autres couleurs, mais aussi à créer des palettes chromatiques harmonieuses. Au-delà de cet aspect « esthétique », penchez-vous également sur la signification des couleurs que vous utilisez. En effet, chacune d’entre elles dispose d’une identité qui lui est propre.

Ainsi, là où le bleu cyan est évocateur de rêve, d’évasion, de paix et de fraîcheur, le rouge magenta se rapporte à la passion, au féminin, à la sensualité et à la fougue, tandis que le jaune évoque la lumière, la richesse, la prospérité, la joie et l’énergie.

Vous souhaitez confier la création de la charte graphique de votre entreprise à un professionnel expérimenté ? Faites appel à un graphiste freelance Graphiste.com. Sa maîtrise des couleurs primaires lui permettra de créer une charte parfaitement en adéquation avec votre identité de marque.

Lire la suite de l'article

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Graphisme

Graphiste freelance : comment communiquer et se faire connaître ?

Quand on débute en temps qu’indépendant, il n’est pas toujours facile de trouver des clients et de se constituer un réseau de clients fiables et...

Publié le par Emeline
Graphisme

11 conseils pour bien choisir votre logiciel Digital Asset Management

Avec l’explosion du nombre de supports numériques, le Digital Asset Management (DAM) s’impose comme une solution de gestion incontournable pour les grandes, comme les petites...

Publié le par Solenne Ricard