Navigation

Toutes les catégories

Voir les derniers articles

Les habitudes de visionnage des vidéos en ligne en 2018 (Étude)

La vidéo est devenu incontournable pour gagner en visibilité sur le web et interagir avec les internautes. Dans ce contexte, en savoir plus sur les habitudes de...

Publié par Leo Chatillon

La vidéo est devenu incontournable pour gagner en visibilité sur le web et interagir avec les internautes.

Dans ce contexte, en savoir plus sur les habitudes de visionnage des internautes peut s’avérer très intéressant pour les entreprise qui souhaitent booster leur vidéo marketing.

Une infographie de Promo s’intéresse justement au comportement des internautes qui regardent des vidéos sur internet.

Facebook, le roi de la vidéo  ?

Si je vous dis “plateforme de partage de vidéos”, le premier nom qui vous viendra à l’esprit est certainement YouTube.

Et pourtant, l’étude indique que Facebook est aujourd’hui le véritable roi de la vidéo – avec 8 milliards de vidéos vues chaque jour  :

comportement des internautes pour le visionnage de vidéos en ligne

En effet, 47  % des répondants regardent plus souvent des vidéos sur Facebook – même si 41  % d’entre eux préfèrent YouTube, qui n’est donc pas loin derrière.

Les autres réseaux sociaux que sont Instagram (8  %), Twitter (2  %), LinkedIn (2  %) et Snapchat (1  %) sont quant à eux loin derrière.

La vidéo est très populaire

Les internautent regardent toujours plus de vidéos en ligne, comme l’indique l’infographie  :

comportement des internautes pour le visionnage de vidéos en ligne
  • 24  % des personnes interrogées visionnent 0 à 2 vidéos par jour  ;
  • 32  % visionnent 2 à 5 vidéos par jour  ;
  • 28  % d’entre eux regardent 5 à 10 vidéos par jour  ;
  • 10  % regardent 10 à 20 vidéos quotidiennement.

44  % des internautes regardent donc plus de 5 vidéos chaque jour, ce qui est non négligeable.

Les voix et les sous-titres

D’après l’enquête, les internautes préfèrent regarder une vidéo de la façon suivante  :

  • Uniquement avec le son pour 32  % d’entre eux  ;
  • Avec le son plus les sous-titre pour 24  %  ;
  • Avec les sous-titres seulement pour 20  %  ;
  • Les autres n’ont pas de préférence particulière.

Le sont reste donc un élément important dans une vidéo, même si l’ajout de sous-titres est incontournable. C’est notamment le cas pour les publicités vidéos sur Facebook  :

comportement des internautes pour le visionnage de vidéos en ligne
  • 44  % des répondants lisent “souvent” les sous-titres des publicités vidéos  ;
  • 45  % les lisent “parfois”  ;
  • Les 11  % restant les lisent “rarement”.

Les vidéos génèrent de l’engagement

L’infographie pointe également du doigt la capacité des vidéos à générer de l’engagement chez les spectateurs  :

comportement des internautes pour le visionnage de vidéos en ligne
  • 58  % des répondants réagissent (likes, commentaires…) aux vidéos qu’ils regardent en ligne  ;
  • 60  % consultent le profil social du créateur d’une vidéo (“parfois” à “très souvent”) après l’avoir regardé  ;
  • 70  % visitent le site du créateur d’une vidéo (“parfois” à “très souvent”) après l’avoir regardé.

 

Pour encore plus de détails, ne loupez pas l’infographie complète ci-dessous  :

comportement des internautes pour le visionnage de vidéos en ligne
Lire la suite de l'article
Afficher les commentaires (0)

Commentaires

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

Petit Futé, Bio Viva et Interdrinks recrutent des community managers en CDI

Vous cherchez un emploi dans le social media ? Nous avons sélectionné pour vous 10 opportunités en CDI réparties dans toute la France. The post...

Publié le par Ludwig Herve
Webmarketing

Comment activer les fonctionnalités de chat RCS sur Android Messages

Google modernise son app de messagerie en France : voici comment activer les fonctionnalités de chat avancées sur l’application Android Messages. The post...

Publié le par Thomas Coeffe