Navigation

Toutes les catégories

Voir les derniers articles

Chatbot : 7 conseils pour créer son scénario

Les Chatbots offrent aux visiteurs un moyen simple et sympa de s’engager avec votre marque, d’une manière qui peut sembler plus humaine que les communications...

Publié par Sebastien Turbe

Les Chatbots offrent aux visiteurs un moyen simple et sympa de s’engager avec votre marque, d’une manière qui peut sembler plus humaine que les communications marketing traditionnelles.

Mais bien que ces robots soient plus accessibles et sympathiques qu’un formulaire, ils sont quand même une forme de communication marketing ciblée et qui s’avère très efficace. Les scénarios que suivent les chatbots automatisés, doivent être créés avec beaucoup de précautions.

Voici 7 conseils pour vous aider dans cette démarche.

Construisez votre scénario par la fin

Lorsque vous élaborez la stratégie conversationnelle de votre chatbot, commencez par l’offre à laquelle vous voulez que la conversation aboutisse et travaillez à rebours pour développer tout ce qui pourrait être dit jusqu’à atteindre cet objectif.

En plus de sélectionner votre appel à l’action (CTA) final, choisissez des offres alternatives pour le visiteur afin qu’il puisse être dirigé sur des offres alternatives, s’il n’est pas prêt à convertir sur votre objectif principal.

Bon à savoir
Utilisez notre simulateur de prix pour déterminer le prix de votre chatbot. C’est rapide et gratuit.

Trouvez une accroche forte

Vous n’obtiendrez rien de votre chatbot si personne n’interagit avec lui. Rédigez une introduction convaincante, séduisante et pertinente.

Pour ce faire, vous devez bien connaître votre acheteur : vous devez comprendre les défis auxquels il est confronté et la façon dont votre solution relève ces défis afin de pouvoir créer une accroche qui en tire parti.

Exemple de chatbot

Ne prévoyez pas de sorties faciles

Tout au long de votre conversation, ne fournissez pas de moyen pour le visiteur de votre site de mettre fin à la conversation.

Les options de réponse disponibles ne doivent pas inclure le mot « non ». Au lieu de cela, essayez plutôt des réponses négatives moins définitives (« peut-être », « Je ne suis pas sûr pour le moment »), ce qui empêche le répondant de se retirer du flux de communication dans lequel il se trouve.

A défaut d’un succès final, cela permettra au moins de garder le visiteur engagé avec le chatbot, et vous fournira donc des informations supplémentaires.

Par exemple, si vous demandez à quelqu’un s’il veut une demande de démonstration, les réponses pourraient être « oui » ou « je ne suis pas encore sûr ». S’ils répondent  » Je ne suis pas encore sûr « , vous pouvez ajouter des renseignements supplémentaires sur votre produit et des ressources pédagogiques connexes.

Allez à l’essentiel

Une fois que quelqu’un s’intéresse à votre appel à l’action principal, veillez à ne pas le décourager en lui posant trop de questions. Réduire le nombre de questions auxquelles un visiteur du site doit répondre facilite sa conversion.

Dans un formulaire de demande de démonstration, vous devez demander le nom, le numéro de téléphone et l’adresse électronique d’une personne, en plus de lui poser des questions sur son industrie, ses revenus, la taille de son entreprise, etc.

Les Chatbots peuvent rationaliser le processus de qualification. Drift, par exemple, recueille toutes ces informations qualificatives par le biais de son intégration Clearbit, de sorte que tout ce que vous avez besoin de demander est le nom et l’adresse e-mail du visiteur du site.

Ayez de la personnalité

Le marketing conversationnel est l’une des meilleures occasions pour les spécialistes du marketing d’être plus humains dans leurs communications. Vous pouvez exprimer une personnalité dans le chat, d’une manière inédite.

Le chatbot vous permet de faire ce que vous ne pouvez pas forcément écrire dans un billet de blog ou sur votre page d’accueil. Profitez de cette occasion pour être un peu plus décontracté et utiliser des émojis, ou des gifs – tout en restant dans les limites des directives imposées de votre société.

Ne pas hésiter à renvoyer vers un humain

Il n’y a pas de honte à reconnaître les limites d’un chatbot. C’est d’ailleurs ce qui fera tout son charme ! Il s’agit d’une technologie qui en est encore à ses débuts et la plupart des robots conversationnels ont encore besoin d’être entraînés par un humain afin d’arriver à un niveau d’engagement optimal.

En plus d’un bon scénario, il faut rester conscient qu’un bot ne pourra pas résoudre toutes les attentes des visiteurs. C’est pourquoi le robot devra parfois se faire aider d’une personne réelle, humaine et qualifiée qui répondra à tout ce que lui ne sait pas.

Analysez et optimisez votre scénario

Lorsque vous avez décidé de votre première accroche, vous avez sans doute dû décider parmi différentes idées. Au lieu de jeter les autres options, notez-les quelque part. Elles pourraient être utilisées plus tard. C’est pareil pour votre scénario.

Une fois que votre chatbot a été actif pendant une période suffisamment longue pour tirer une analyse pertinente de ses performances, vous allez devoir affiner son scénario pour augmenter son taux de conversion.

Continuez à peaufiner et à améliorer votre chatbot au fil du temps, en en vous basant sur les meilleures réactions des visiteurs de votre site. Les résultats ne se feront pas attendre ! Nos experts freelances sont également disponibles pour vous aider sur Codeur.com.

Lire la suite de l'article
Afficher les commentaires (0)

Commentaires

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Graphisme

4 livres à gagner sur l’agilité, l’intelligence artificielle, la data visualisation et le graphisme en freelance

Focus sur 4 nouveaux ouvrages à découvrir et à gagner dans ce concours livres. The post 4 livres à gagner sur l’agilité,...

Publié le par Ludwig Herve
Webmarketing

Justin.tv lance la rémunération Pay-Per-View

Justin.tv est un service de streaming de Webcam. Annoncé sur beet.tv, Justin.tv devrait lancer, dès janvier 2010, une rémunération à la vue (Pay-Per-View). En d’autres mots...

Publié le par Team WebActus