Navigation

Toutes les catégories

Filtrer par auteur

Voir les derniers articles

6 particularités de la traduction arabe

Quelles sont les 6 particularités de la traduction arabe ? Si on se penche sur ce qui définit la langue arabe, on comprend mieux les enjeux du travail du traducteur dans...

Publié par Elodie

Quelles sont les 6 particularités de la traduction arabe ?

Si on se penche sur ce qui définit la langue arabe, on comprend mieux les enjeux du travail du traducteur dans cette langue très représentée dans le monde, et qui connaît actuellement un essor spectaculaire sur internet.

Si vous visez une traduction en langue arabe de votre site ou de vos contenus, cet article est fait pour vous. Voici donc les 6 particularités de la traduction arabe.

 

1. Une langue très présente dans le monde

Avant tout, il faut définir la langue arabe comme à la fois ancienne (son développement date au VIIè siècle) et très présente dans le monde moderne.

En effet, cette langue sémitique afro-asiatique est parlée par environ 350 000 locuteurs, situés non seulement dans le monde arabe mais aussi dans le monde entier grâce à la diaspora arabe.

En outre, l’arabe est la langue officielle de 25 pays, ce qui fait d’elle la troisième langue officielle dans le monde, après l’anglais et le français.

 

2. Un alphabet spécifique

Personne n’ignore que l’arabe possède un alphabet bien spécifique, qui diffère beaucoup de l’alphabet latin, alors que l’alphabet grec et l’alphabet cyrillique présentent au contraire de fortes similitudes avec celui-ci.

Deux faits notables à propos de l’alphabet arabe. Premièrement, c’est un alphabet très majoritairement consonantique, puisqu’il contient 28 consonnes pour seulement 3 voyelles, souvent non écrites dans les textes.

Deuxièmement, la difficulté se corse du fait d’une modification de la graphie des lettres en fonction de leur position dans le mot.

Pour pouvoir accéder à du traitement de texte en arabe sur votre ordinateur, sachez que vous devrez posséder un clavier avec des caractères spécifiques.

particularités de la traduction arabe
Source : pixabay.com

 

3. Une mise en page différente à envisager

Autre particularité du texte arabe : il se lit de droite à gauche et de bas en haut.

C’est un fait important à prendre en considération dans la construction de votre texte selon ce que vous voulez mettre en valeur, et ensuite au moment de la mise en page.

 

4. Un fort écart entre langue écrite et langue parlée

La langue arabe connaît ce qu’on appelle dans le jargon des linguistes une forte diglossie, c’est-à-dire un fort écart entre la langue écrite et la langue parlée.

Aujourd’hui, les différents pays arabophones s’entendent généralement sur ce qu’on appelle l’ « arabe classique », qui est l’arabe enseigné à l’université et utilisé dans les administrations.

Cependant, celui-ci diffère beaucoup de la langue parlée. Une difficulté à prendre en compte lors de la préparation de la traduction, qui va obliger à définir clairement les supports visés (écrit, oral, hybride…).

Comme l’arabe classique n’est au fond la langue maternelle de personne, l’idéal est de choisir un traducteur dont l’arabe est la langue maternelle, et si possible l’arabe de la région que vous visez pour votre traduction.

En effet, certaines expressions idiomatiques dans tel dialecte n’ont pas leur équivalent en arabe classique.

particularités de la traduction arabe
Source : pixabay.com

 

5. Un fort écart entre les différents dialectes

Mais ce n’est pas tout : les différentes langues arabes parlées elles-mêmes diffèrent beaucoup, à tel point que la plupart des locuteurs ne peuvent se comprendre d’une langue arabe parlée à une autre.

Ces dialectes peuvent se situer à l’échelle d’un pays, voire d’une région. Par conséquent, soyez très attentif à votre pays voire votre région cible lors de votre demande de traduction.

6. Des apports de la langue arabe à la langue française sous-estimés

Enfin, on ne peut souligner les traits distinctifs de la langue arabe sans saluer ses apports, souvent sous-estimés, à la langue française.

Le monde arabe a connu un essor remarquable au Moyen-Age, notamment dans les domaines mathématiques et médicaux. C’est à l’arabe qu’on doit bien sûr nos chiffres, mais aussi le « zéro », le « hasard », l’ « élixir », le « nadir ».

Plus tard dans l’histoire, la colonisation a marqué la langue en « important » des termes culturels comme le « taboulé », le « bled » ou encore des termes familiers comme « kif-kif » ou « chouia ».

En définitive, la langue arabe n’a pas fini de nous surprendre par sa richesse.

Elle représente un vrai défi pour le traducteur, qui doit maîtriser à la fois l’arabe classique, l’arabe dialectal, les représentations culturelles liées aux différentes déclinaisons de l’arabe, et enfin la manière de présenter son texte final.

Autant de bonnes raisons pour confier votre projet de traduction à un traducteur de langue maternelle arabe aguerri et réactif, tel que vous le trouverez sur Traduc.com.

5
/
5
(
1

vote

)
Lire la suite de l'article

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

OneLang : un outil pour coder en plusieurs langages simultanément

Voilà une découverte qui pourrait aider bon nombre de développeurs à gagner du temps. OneLang est un outil qui aide à écrire du code dans...

Publié le par Cyrielle Maurice
Webmarketing

Facebook Messenger : nouveaux thèmes, barre de réponse rapide et QR code pour les paiements

Facebook vient de déployer 3 nouvelles fonctionnalités pour son service de messagerie instantanée. L’article Facebook Messenger : nouveaux thèmes, barre de réponse...

Publié le par Lucie Dorothe