Navigation

Toutes les catégories

Filtrer par auteur

Voir les derniers articles

Langues en Afrique du Sud : 12 langues officielles

L’Afrique du Sud fait partie des pays les plus multilingues dans le monde, ayant longtemps eu onze langues officielles avant l’ajout d’une douzième en 2023. Pas...

Publié par Damien Charles

L’Afrique du Sud fait partie des pays les plus multilingues dans le monde, ayant longtemps eu onze langues officielles avant l’ajout d’une douzième en 2023.

Pas toujours simple de s’y retrouver ? Notre plateforme de traduction saura vous accompagner dans tout projet destiné à l’Afrique du Sud, grâce à un panel de traducteurs professionnels.

Mais si vous voulez en savoir plus sur ces nombreuses langues parlées en Afrique du Sud, nous vous expliquons tout ici. Bien que l’anglais tienne une place importante dans le pays, c’est le zoulou qui est le plus répandu parmi toutes les langues officielles reconnues.

Combien de langues sont parlées en Afrique du Sud  ?

Quelle langue parle-t-on en Afrique du Sud ? Impossible de donner une seule réponse à cette question étant donné la grande diversité linguistique du pays. La Constitution sud-africaine promulguée en 1996 reconnaît en effet 11 langues officielles. Il s’agit de l’un des pays les plus multilingues dans le monde.

Les onze langues officielles de base en Afrique du Sud

Durant 27 ans, lorsque le pays s’est reconstruit après la fin de l’apartheid, les 11 langues officielles d’Afrique du Sud ont été :

  • Le zoulou (ou zulu) : 27,3 millions de locuteurs*
  • Le xhosa : 19,1 millions de locuteurs
  • L’afrikaans : 17,2 millions de locuteurs
  • L’anglais : 15,9 millions de locuteurs
  • Le sotho du Nord (ou sesotho sa leboa, sotho du Transvaal, sepedi) : 13,8 millions de locuteurs
  • Le tswana (ou setswana) : 11,8 millions de locuteurs
  • Le sotho du Sud (ou sesotho) : 11,8 millions de locuteurs
  • Le tsonga (ou xitsonga) : 5,7 millions de locuteurs
  • Le swati (ou siswati) : 3,7 millions de locuteurs
  • Le venda (ou tshivenda) : 2,9 millions de locuteurs
  • Le ndébélé du Transvaal (ou ndébélé du sud, isiNdebele) : 2,5 millions de locuteurs

*Nombre total de locuteurs (langue maternelle et deuxième langue) selon le recensement officiel Census 2011

Ces langues n’ont pas toutes la même origine. Deux d’entre elles trouvent leurs racines en Europe : l’anglais, bien sûr, mais aussi l’afrikaans qui vient du néerlandais. Les autres sont des langues africaines, appartenant à la famille des langues bantoues.

La langue des signes sud-africaine

Depuis 2023, il existe une 12e langue officielle en Afrique du Sud. Le parlement a en effet validé ce statut pour la langue des signes, appelé SASL pour South African Sign Language.

Signe du plurilinguisme du pays, les personnes sourdes et malentendantes ont pu en utiliser plusieurs en Afrique du Sud. Avant la mise en place d’un système standard, il y eut la langue des signes britannique, une autre adaptée à l’afrikaans, mais aussi neuf systèmes liés à des dialectes locaux.

Pourquoi parle-t-on plusieurs langues en Afrique du Sud  ?

Comme souvent dans la diffusion des langues au cours de l’histoire, c’est la colonisation qui a marqué un tournant et laissé ensuite une marque indélébile en Afrique du Sud. Le passé colonial du pays s’est partagé en deux phases : une domination néerlandaise entre le milieu du XVIIe siècle et le début du XIXe, puis un statut de colonie britannique jusqu’en 1961.

Les premiers colons néerlandais ont apporté leur langue, par la suite enrichie d’idiomes africains et d’autres langues européennes (anglais, allemand, français) pour devenir l’afrikaans d’aujourd’hui. Colonie de l’Empire britannique pendant un siècle et demi ensuite, le pays a aussi reçu une grande influence anglophone.

Les langues vernaculaires, celles des populations indigènes, ont cependant subsisté. Leur pratique a même été encouragée pendant l’apartheid (1948-1991). Car si, auparavant, l’enseignement se faisait en anglais et en afrikaans, langues des colons, cette politique nationaliste a mis en place une ségrégation séparant les noirs des blancs et leur empêchant l’accès aux institutions et à la culture occidentale.

À la fin de l’apartheid, la nouvelle Constitution (adoptée en 1996) a rendu une place à part entière aux parlers de plusieurs groupes ethniques en leur conférant le statut de langues officielles.

Quelles langues parle-t-on le plus en Afrique du Sud  ?

L’afrikaans et l’anglais ont une place importante en Afrique du Sud, mais comptent moins de locuteurs que certaines langues africaines, et c’est indéniablement le zoulou qui est le plus parlé. Les langues autochtones sont surtout pratiquées par la population noire, alors que celles des colons (afrikaans et anglais) sont en majorité maîtrisées par les populations blanches, métisses ou indiennes du pays.

Il est intéressant de noter que le classement des langues sud-africaines les plus parlées diffère selon que l’on s’intéresse à celles pratiquées à l’intérieur ou à l’extérieur des foyers.

D’après une étude de Statista en 2023, les langues les plus parlées dans les foyers sud-africains sont le zoulou (25,3 %), le xhosa (14,8 %) et l’afrikaans (12,2 %). Viennent ensuite le sotho du Nord (10,1 %), le tswana (9,1 %), et l’anglais n’arrive qu’en sixième position (8,1 %).

En revanche, l’anglais se trouve au deuxième rang des langues les plus parlées en dehors des foyers, avec 16,6 % de pratiquants. Le zoulou reste majoritaire (25,1 %).

Pour beaucoup, les Sud-Africains sont bilingues ou trilingues, capables de passer de leur langue maternelle à celle qui domine dans la vie extérieure, sur leur lieu de travail notamment.

Répartition géographique des langues en Afrique du Sud

Les grandes villes comme Le Cap et Johannesbourg constituent des pôles autour desquels l’afrikaans et l’anglais sont très parlés. Mais en dehors de cette vie urbaine, la langue maternelle dépend surtout de la localisation des différents groupes ethniques.

Où parle-t-on zoulou ou afrikaans  ?

D’après un vaste recensement réalisé en 2011 (Census 2011), servant de base encore aujourd’hui pour étudier la pratique linguistique en Afrique du Sud, voici où sont parlées les langues officielles :

  • L’afrikaans est la première langue dans tout l’ouest du pays, ce qui couvre les provinces de Cap-Nord, Cap-Occidental et une partie du Cap-Oriental et de l’État-Libre.
  • Le xhosa est la première langue dans le reste du Cap-Oriental et empiète sur Cap-Nord. C’est aussi l’une des langues du Gauteng, la province de Johannesbourg.
  • Le zoulou est la langue du KwaZulu-Natal. Il se retrouve également un peu dans l’État-Libre et plus largement dans le Gauteng et en Mpumalanga.
  • Le tswana est principalement parlé dans l’état du Nord-ouest et touche les provinces voisines de Cap-Nord, État-Libre, Gauteng et Limpopo.
  • Le sotho du Sud est principalement ancré dans l’État-Libre et le Gauteng.
  • Le sotho du Nord se trouve surtout en Limpopo.
  • Le venda est également pratiqué en Limpopo, mais dans la zone frontalière avec le Zimbabwe.
  • Le tsonga se partage entre Limpopo et Mpumalanga près du Mozambique.
  • On retrouve les locuteurs de swati dans une petite partie du Mpumalanga proche du Swaziland.
  • Le ndébélé du Transvaal est parlé dans une zone restreinte du Mpumalanga.
  • Enfin, l’anglais est beaucoup plus dispersé sur l’ensemble du pays.

Les secondes ou troisièmes langues parlées par une grande partie des Sud-Africains ne répondent pas à une répartition géographique aussi nette. Leur pratique est beaucoup plus éparpillée.

Langues maternelles par province

Pour se rendre compte de leur importance localement, voici les principales langues maternelles par province en Afrique du Sud :

  • Cap-Oriental : xhosa (78,8 %) et afrikaans (10,6 %).
  • KwaZulu-Natal (où se trouve Durban, 2e plus grande ville du pays après Le Cap) : zoulou (77,8 %) et anglais (13,2 %).
  • État-Libre (où se trouve la capitale judiciaire, Bloemfontein) : sotho du Sud (64,2 %) et afrikaans (12,7 %).
  • Nord-Ouest : tswana (63,4 %) et afrikaans (9 %).
  • Cap-Nord : afrikaans (53,8 %) et tswana (33,1 %).
  • Limpopo  : sotho du Nord (52,9 %), tsonga (17 %) et venda (16,7 %).
  • Cap-Occidental (où se trouvent Cape Town et le Cap de Bonne Espérance) : afrikaans (49,7 %), xhosa (24,7 %) et anglais (20,3 %).
  • Mpumalanga  : swati (27,7 %), zoulou (24,1 %), tsonga (10,4 %) et ndébélé du Transvaal (10,1 %).
  • Gauteng est la plus petite province, mais la plus peuplée, poumon économique grâce à Pretoria (capitale administrative) et Johannesbourg. Aucune langue maternelle n’y domine nettement : on y trouve le zoulou (19,8 %), l’anglais (13,3 %), l’afrikaans (12,4 %) et le sotho du Sud (11,6 %).

Les langues indigènes en Afrique du Sud

Avec une population estimée à 59,3 millions de personnes, l’Afrique du Sud est formée de plusieurs groupes ethniques, source de son fort multilinguisme. On estime à 35 le nombre de ses langues indigènes, dont certaines sont officielles au niveau national. On trouve parmi elles la langue la plus pratiquée par les Sud-Africains, le zoulou, qu’un quart de la population utilise.

Neuf des langues officielles d’Afrique du Sud sont des idiomes africains. Elles appartiennent à la famille des langues bantoues, sous-ensemble des langues nigéro-congolaises que l’on retrouve dans la moitié sud du continent.

On peut classer les neuf langues africaines reconnues comme officielles en deux grandes familles :

  • Les langues nguni : ndébélé du Transvaal, xhosa, zoulou, swati et tsonga.
  • Les langues sotho-tswana : sotho du Nord, sotho du Sud, tswana, venda.

Les langues autochtones n’ayant pas le statut de langue officielle survivent plus difficilement. Ainsi, huit langues indigènes de l’Afrique du Sud sont considérées en danger et cinq sont d’ores et déjà éteintes.

Le zoulou, la langue principale en Afrique du Sud

Comptant parmi les 10 langues les plus parlées du continent africain, le statut du zoulou comme première langue d’Afrique du Sud est indéniable, quels que soient les chiffres.

Selon le recensement officiel Census 2011, 11,6 millions de Sud-Africains ont le zoulou pour langue maternelle et ils sont 15,7 millions à le pratiquer comme deuxième langue, ce qui donnait à l’époque un total de 27,3 millions de locuteurs. D’après les chiffres 2023 de Statista, le zoulou reste aujourd’hui parlé par le quart de la population sud-africaine, à la fois dans les familles (langue maternelle) et dans la vie quotidienne.

Entre ces deux études, on note que la pratique du zoulou dans les foyers sud-africains a progressé, alors que le nombre de locuteurs de langue maternelle a baissé pour le xhosa, l’afrikaans ou l’anglais.

Il s’agit de la langue par excellence de la province de KwaZulu-Natal, royaume des Zoulous, où se trouvent Durban et la réserve d’Hluhluwe-Umfolozi. Elle est aussi grandement pratiquée dans la province économique du Gauteng, ainsi qu’en Mpumalanga, région touristique réputée.

Parle-t-on beaucoup anglais en Afrique du Sud  ?

On pense souvent que l’Afrique du Sud, ancienne colonie britannique, est un pays anglophone, or ça n’est pas vraiment le cas. L’anglais n’est la langue maternelle que de 8,1 % de la population. En revanche, il fait bien partie des langues officielles du pays et est très pratiqué en dehors des foyers : 16,6 % des Sud-Africains l’ont pour deuxième langue. Au total, on estime entre 15 et 16 millions le nombre de personnes parlant anglais.

L’anglais est la langue de populations vivant principalement dans les grandes villes. On retrouve beaucoup d’anglophones au Cap, ainsi qu’à Johannesbourg et à Durban. C’est par ailleurs la langue des médias, des affaires et celle sur laquelle se retrouve le gouvernement. Dans la politique locale, en revanche, on retrouve le multilinguisme permis par la Constitution.

Si vous visitez l’Afrique du Sud, vous n’aurez pas de difficulté à communiquer en anglais. Les étudiants souhaitant intégrer une école ou une université dans le cadre de séjours linguistiques se retrouveront facilement dans un environnement anglophone. Et si vous planifiez un voyage touristique, un safari par exemple, sachez que les étrangers sont sans difficulté accompagnés par un guide anglophone.

Notre astuce pour traduire du texte dans une langue d’Afrique du Sud

Dans sa vie quotidienne, la population d’Afrique du Sud entretient son pluralisme culturel et linguistique. Dans les affaires, l’anglais conserve néanmoins une place majeure qui en fait une langue incontournable pour s’implanter professionnellement dans le pays.

Si vous souhaitez faire traduire des contenus destinés au marché sud-africain, n’hésitez pas à nous présenter votre projet. Demandez un devis pour vos traductions et confiez vos travaux à nos traducteurs professionnels et spécialisés.

L’article Langues en Afrique du Sud  : 12 langues officielles est apparu en premier sur Traduc.com.

Lire la suite de l'article

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

Communauté, réseaux, partenariats : qui sont les influenceurs en France

Reech, la plateforme de marketing d’influence a publié pour la 3e année consécutive son étude dédiée aux relations entre les...

Publié le par Lucie Dorothe
Webmarketing

4 points à ne pas traduire dans vos traductions

Quels sont les éléments à ne pas traduire dans vos traductions ? Voilà un conseil qui semble paradoxal à première vue. Le sérieux le plus élémentaire semblerait au contraire...

Publié le par Elodie