Navigation

Toutes les catégories

Filtrer par auteur

Voir les derniers articles

Quelle plus-value apporte le traducteur humain face à l’IA ?

Traducteur humain vs traducteur automatique, c’est LE grand débat dans le secteur de la traduction à l’heure de l’intelligence artificielle. La plus-value...

Publié par Selma

Traducteur humain vs traducteur automatique, c’est LE grand débat dans le secteur de la traduction à l’heure de l’intelligence artificielle. La plus-value d’un traducteur humain est pourtant très vaste, car avec un accompagnement que ne pourra jamais proposer la machine, il sait coller à toutes les exigences des textes, tant en termes de contexte, que de secteur ou de support.

Voyons ensemble ce que la traduction humaine apporte en plus par rapport aux traductions produites par l’IA.

L’expertise métier d’un traducteur humain

Certes, l’utilisation de l’intelligence artificielle peut avoir un certain intérêt en matière de traduction : les textes sont traduits vite, pour un prix bas voire gratuitement, et on peut éventuellement les obtenir simultanément dans plusieurs langues. Mais attention à ne pas se laisser aveugler par ces quelques avantages au point d’en oublier les nets inconvénients de la traduction automatique.

La valeur ajoutée d’un traducteur humain est immense, et elle commence par tout ce qui fait de lui un professionnel. Ce métier, il l’a appris pendant sa formation linguistique, puis au fil de son expérience. Il en connaît donc les exigences, mais aussi les pièges, et sait anticiper les difficultés, là où l’IA ne pourra fournir qu’un rendu mécanique.

Contrairement à la machine, un humain ne se contente pas de traduire mot à mot. Il soigne le rendu complet d’un texte traduit et, dans le cas d’une traduction littéraire, il est capable de produire un récit : c’est ce que l’on appelle la transcréation, et c’est un des piliers du métier de traducteur, qui échappe totalement aux outils de traduction automatique.

Une traduction clés en main

Faire appel à la traduction humaine (la biotraduction), c’est avoir un interlocuteur. Grâce aux échanges qu’on entretient avec son traducteur ou les conseillers d’une agence de traduction, on bénéficie d’un accompagnement et d’un suivi qui sont inexistants quand on fait appel à l’IA. Or, c’est absolument capital si l’on veut que le travail réalisé corresponde à nos attentes.

Recevoir une traduction clés en main, c’est aussi bénéficier de ce petit plus non négligeable : l’intégration du texte traduit dans son fichier, dans le respect du format et de la mise en page souhaités. Le texte est prêt à être utilisé, tandis qu’en faisant réaliser la traduction par un outil d’intelligence artificielle on doit ensuite soi-même l’intégrer dans le document auquel il est destiné, avec de possibles complications en termes de longueur et de mise en page.

Un texte traduit adapté au contexte

La langue est tellement riche que, dans un texte littéraire, chaque mot choisi porte en lui des images, qu’il s’agisse de renseignements sur l’identité sociale d’un personnage, sur son âge avec des termes plutôt modernes ou désuets, mais aussi des touches d’ironie, ou encore des signes d’agressivité, de tendresse… En somme, tout ce qui fait qu’un texte ne sera pas plat et artificiel.

Tout cela échappe pourtant à l’IA. Elle ne saisit pas ce qui est dit entre les lignes, suggéré par une nuance, un double sens, un jeu de mots… Par définition, la machine n’a pas de sensibilité. Elle n’a aucune capacité d’analyse et d’interprétation, et sa compréhension d’un texte à traduire est en réalité le simple repérage de mots qui existent dans sa base de données, sans ce qu’ils portent en eux. Ce sont les limites de la traduction automatique.

Un traducteur humain, lui, a la compréhension du contexte et sait y adapter le texte traduit. Il trouve la bonne traduction quand plusieurs sont possibles, il perçoit les subtilités de la langue source et reproduit l’humour… En ce sens, faire appel à un traducteur humain est la seule façon d’éviter les erreurs parfois grossières que l’on trouve dans les résultats des outils de traduction automatique.

L’optimisation de la traduction…

… en fonction du support

Un traducteur humain s’adapte aux spécificités de chaque contenu à traduire et l’enrichit de tout ce qui va au-delà des mots. Ainsi, il prend bien soin d’optimiser sa traduction en fonction du support. S’il s’agit d’un document marketing, il sait adopter le bon ton pour mettre en valeur le produit ou le service de l’entreprise. Un document technique ? Alors, le texte traduit se conforme à cette forme très spécifique.

Un autre secteur où cette optimisation est particulièrement importante est celui de la traduction de site web. Un traducteur de métier est capable d’enrichir la traduction avec une optimisation SEO pour que le texte corresponde aux moteurs de recherche du pays cible. DeepL, lui, ne fera rien pour que votre page web réponde aux attentes de Google.

… en fonction du secteur

Un traducteur sait aussi fournir un texte adapté à chaque secteur, avec son jargon spécifique. Certains domaines requièrent des termes extrêmement précis. Ainsi, dans la traduction scientifique, technique ou juridique, chaque mot doit être choisi avec soin et cela implique une connaissance approfondie que seuls des traducteurs spécialisés possèdent.

Les systèmes d’intelligence artificielle de traduction s’appuient sur une base de données, or celle-ci a des limites et notamment sur les thématiques les plus pointues. Alors qu’il est possible de rechercher un traducteur humain spécialisé dans tel ou tel domaine, les machines, elles, ne peuvent pas repousser leurs limites.

Au-delà de la traduction : la localisation

Le travail des traducteurs professionnels dépasse largement la simple traduction des textes : il s’agit aussi de les faire correspondre au marché cible. La traduction produite par un outil l’est de manière artificielle, alors qu’un traducteur humain s’imprègne de la culture du pays visé.

Le traducteur humain connaît les codes culturels du public ciblé, et ce d’autant plus qu’un professionnel traduit toujours dans sa langue maternelle : s’il traduit par exemple en chinois, c’est donc qu’il est chinois lui-même et sait parfaitement comment s’adresser à ses compatriotes. Dans le cas des jeux vidéo, notamment, la localisation est véritablement le secret d’une bonne traduction et elle n’est pas possible avec l’IA.

Des traductions homogènes d’un texte à l’autre

On sait que ChatGPT, outil star de l’intelligence artificielle, perd en cohérence lorsqu’il doit traduire des textes longs. Mais lorsqu’il s’agit de traduire plusieurs contenus, cette limite est encore plus évidente, et même impossible à dépasser avec l’IA.

Quand on est une entreprise, on a pourtant besoin du respect de son image de marque et d’une communication homogène d’un document à l’autre. Un traducteur humain apporte cette expertise quand il traduit plusieurs pages d’un site web ou plusieurs plaquettes commerciales. Alors que l’IA va tout traduire de manière indépendante, un traducteur va maintenir la cohérence globale entre les différents contenus et ainsi parfaitement respecter le message véhiculé par son client.

Traducteur humain vs machine : la garantie d’une traduction professionnelle

L’enjeu d’un projet de traduction est si important quand il s’agit d’une démarche professionnelle, que nous ne pouvons que conseiller aux entreprises de ne déroger en aucun cas à leurs exigences. Or, pour toutes les raisons que nous venons de voir, la plus-value d’un traducteur humain est fondamentale afin d’obtenir une traduction de qualité et de confiance.

Faire appel à un traducteur sur Traduc.com, c’est trouver ce professionnel qui produira une traduction personnalisée, un texte original et adapté à votre projet. Nous garantissons des traductions 100 % humaines grâce à notre panel de traducteurs de métier. Faites-nous part de vos besoins et demandez un devis pour vos traductions français-anglais, et bien d’autres !

L’article Quelle plus-value apporte le traducteur humain face à l’IA  ? est apparu en premier sur Traduc.com.

Lire la suite de l'article

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

Freelance : comment fixer le prix d’une prestation de service ?

En tant que freelance, il n’est pas toujours simple de fixer ses tarifs. En fonction des propositions et des clients, il est fréquent d’opérer un...

Publié le par Charlene Vella
Webmarketing

Combien les marques payent les influenceurs sur YouTube, Instagram et Facebook

L’agence Mediakix et l’outil Klear spécialisés dans l’influence marketing ont réalisé des études qui portent sur la...

Publié le par Ludwig Herve