Navigation

Toutes les catégories

Filtrer par auteur

Voir les derniers articles

Comment rendre fidèle la traduction d’un livre ?

Parmi les grands enjeux de la traduction littéraire, la fidélité au texte d’origine est certainement ce qui préoccupe le plus les auteurs. Que l’on souhaite faire...

Publié par Arthur

Parmi les grands enjeux de la traduction littéraire, la fidélité au texte d’origine est certainement ce qui préoccupe le plus les auteurs.

Que l’on souhaite faire traduire un roman, une BD ou un livre jeunesse, il faut se sentir en confiance pour le confier à une personne qui va, en quelque sorte, le réécrire dans une autre langue.

Voici comment travaillent les experts de la traduction pour respecter ces textes auxquels vous tenez tant.

Respecter le style d’écriture de l’auteur

Un traducteur littéraire possède bien souvent le même talent d’écriture qu’un écrivain. Car dans ce domaine bien précis de la traduction, il lui faut être capable de rendre un récit qui affichera dans la langue cible le même style d’écriture que la version originale. Il doit pour cela pouvoir s’adapter à l’empreinte qu’a souhaité mettre l’auteur, afin que le lectorat étranger ait bien le sentiment de lire l’œuvre de cet écrivain, et non une traduction impersonnelle.

L’auteur a-t-il voulu des phrases courtes et hachées ou bien, au contraire, une prose allongée, faite de descriptions détaillées ? A-t-il opté pour un style percutant ou plutôt poétique ? Un vocabulaire moderne ou, au contraire, désuet ? Quels que soient ses choix, ils doivent être respectés à la lettre par son traducteur, car tout cela participe aussi au récit et à l’atmosphère qu’il transmet.

Mettre de nouveaux mots sur les sentiments

Comment rendre parfaitement ce que l’auteur a voulu décrire ? Un livre, ce n’est bien sûr pas qu’une histoire faite de l’enchaînement d’actions. Ce sont aussi des sentiments, des émotions, tout un univers impalpable qui façonne le récit. Or, cela peut passer par des mots qui n’ont pas d’équivalent dans la langue cible, ces mots réputés intraduisibles.

C’est parfois un réel frein à la diffusion mondiale d’un roman, notamment pour les œuvres des pays nordiques ou du Japon, dont les langues recèlent de nombreux termes très spécifiques pour décrire les émotions et les sentiments. Afin de dépasser cet écueil et de restituer fidèlement l’atmosphère du récit d’origine, il est alors essentiel de faire appel à un traducteur spécialisé qui saura, par expérience, réinventer la traduction.

Un mot portant en lui toute une palette de notions peut nécessiter d’être retranscrit via une expression, plus longue. Autre solution : utiliser des métaphores pour s’approcher au plus près des nuances qu’implique le terme d’origine. Des phrases supplémentaires peuvent aussi être ajoutées au récit dans le passage concerné, quitte à modifier la syntaxe. Il ne faut pas oublier non plus que lire un livre venu d’un pays étranger, c’est s’ouvrir à sa culture ; en ce sens, il est parfois bon de conserver le mot intraduisible et de l’expliquer par une note de bas de page, afin d’emmener le lecteur vers cette culture qu’il découvre.

Rendre les accents dans la traduction

Paratexte, expressions descriptives et verbes d’incise sont également des solutions pour faire passer un accent dans un texte traduit. Car là aussi, le défi est de taille pour le traducteur, lorsqu’un auteur a réussi à faire « entendre » une prononciation bien précise à l’écrit, par le biais de fautes d’orthographe ou de mots inventés, par exemple. Traduire les accents revient à transposer ces solutions dans une autre langue en gardant leur pertinence et sans perdre l’effet souhaité.

Cette réflexion se fait en amont. La méthode de travail des spécialistes de la traduction littéraire intègre en effet une importante phase durant laquelle ils s’imprègnent du récit, avant d’attaquer véritablement la traduction. C’est là qu’ils repèrent qu’un personnage possède un accent qui, tout au long du récit, façonne son identité (origine étrangère ou régionale, niveau social, etc), les poussant à trouver des solutions spécifiques, dont ils useront tout au long de leur traduction.

Rester fidèle aux spécificités de la langue source

Quand on veut faire traduire un livre, la bonne pratique est toujours de faire appel à un traducteur natif du pays que l’on cible. On est alors certain qu’il maîtrise parfaitement le marché, avec ses codes culturels, et saura adapter sa traduction. Mais il ne faut pas pourtant trahir tout ce qui est induit dans la langue source.

Le récit d’origine porte en lui tout un ensemble de notions que le traducteur doit être capable de repérer, puis d’intégrer dans la langue de sa traduction. Les références culturelles et historiques propres au pays du récit d’origine constituent l’un des éléments majeurs de l’œuvre à adapter. Or, lorsque tout cela n’existe pas dans le pays cible, le traducteur se transforme en expert capable d’accompagner le lecteur dans sa découverte. Cela peut bien sûr être soutenu par des notes de bas de page, mais cela doit d’abord passer par les choix lexicaux, avec si besoin des expressions suffisamment détaillées pour transmettre au lecteur l’image voulue.

La traduction de livres, un travail de transcréation

La fidélité du traducteur, cela fait partie des éternels débats sur ce métier si complexe. Car les traducteurs prennent bel et bien des libertés, et c’est précisément leur expérience qui le leur permet. Une traduction mot à mot, qui chercherait à trop respecter le moindre terme du texte source, serait en réalité bancale. Un traducteur littéraire professionnel sait que l’essentiel est qu’il rende l’histoire tout autant que l’atmosphère qui l’entoure, le tout avec un style d’écriture correspondant à celui de l’œuvre d’origine, mais en tout cas naturel à lire.

Il en passe bien souvent par un concept essentiel : la transcréation. Il s’agit précisément de ce mélange entre la traduction et la création, qu’un traducteur de métier maîtrise parfaitement. Sa traduction ne prend pas le pas sur le texte d’origine, mais le transmet à un nouveau public pour qu’il l’apprécie. S’il s’agissait d’une traduction trop littérale, elle rebuterait à coup sûr les lecteurs.

Trouver un bon traducteur littéraire

Les traducteurs littéraires de notre plateforme de traduction possèdent les compétences essentielles à ce domaine bien précis : une parfaite maîtrise des deux langues, une écriture irréprochable et une pointe de créativité nécessaire pour adapter le récit traduit au lectorat ciblé.

Afin de travailler avec nos experts de la traduction de livres, demandez dès à présent un devis pour vos projets.

L’article Comment rendre fidèle la traduction d’un livre ? est apparu en premier sur Traduc.com.

Lire la suite de l'article

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

Content marketing : utiliser les data pour optimiser votre stratégie

Optimiser sa stratégie de content marketing est une priorité pour beaucoup d’entreprises. Mais comment faire  ? Vous avez raison de vous poser la...

Publié le par Gaelle Kurtz
Webmarketing

Étude de cas : comment Airbnb a gagné la confiance de 150 millions d’utilisateurs  ?

Créé en 2007, Airbnb a révolutionné en quelques années la réservation de logements sur internet. Devenu l’un des sites les plus...

Publié le par Leo Chatillon