Navigation

Toutes les catégories

Filtrer par auteur

Voir les derniers articles

Nouvelles règles pour la délivrabilité des emails en 2024

Annoncées fin 2023, les nouvelles règles relatives à la délivrabilité des emails sont désormais appliquées  ! Yahoo et Gmail renforcent leurs mesures de protection...

Publié par Celine

Annoncées fin 2023, les nouvelles règles relatives à la délivrabilité des emails sont désormais appliquées  ! Yahoo et Gmail renforcent leurs mesures de protection contre les spams et courriers indésirables, pour offrir une meilleure expérience à leurs utilisateurs.

Une décision incontournable alors que 99 % des internautes vérifient leur boîte de réception tous les jours, certains jusqu’à 20 fois par jour, et qu’en 2025, Techjury considère que nous atteindre les 4.6 milliards d’utilisateurs d’email  !

Que disent ces nouvelles règles de délivrabilité  ? À qui s’adressent-elles  ? Comment mettre vos newsletters en conformité  ? On vous révèle tout dans cet article  !

Les nouvelles règles de délivrabilité de Gmail et Yahoo

L’année 2024 marque une évolution dans l’univers de l’emailing avec l’introduction de nouvelles directives de délivrabilité par Yahoo Mail et Gmail. Ces modifications, bien qu’essentiellement techniques, soulignent l’importance de la pertinence, de l’expertise et de l’autorité pour assurer l’efficacité des campagnes d’emails.

Voici les 7 règles de délivrabilité à connaître  :

1. Conserver un taux de plainte inférieur à 0.3 %

Pour rappel, le taux de plainte désigne le pourcentage d’utilisateurs marquant vos emails comme spam.

Bien que le seuil soit fixé à 0,3 %, viser un objectif plus ambitieux de 0,1 % peut servir de bouclier contre le radar particulièrement attentif de Gmail.

2. Proposer un processus simplifié de désabonnement

Yahoo et Gmail souhaitent un processus de désabonnement fluide et sans friction, nécessitant un seul clic pour se désinscrire. L’idéal  ? Remplacer le traditionnel lien de désinscription en bas de l’email par un bouton présent dans l’en-tête du message.

Cette mesure vise à garantir que les utilisateurs puissent facilement et rapidement se désabonner des emailings qu’ils trouvent peu pertinents.

3. Authentifier l’expéditeur

La certification de la qualité de l’expéditeur par des protocoles d’authentification tels que SPF, DKIM et DMARC est devenue indispensable. Ces standards permettent une identification fiable de l’expéditeur par les fournisseurs de services email, assurant que les messages sont légitimement délivrés dans les boîtes de réception.

4. Aligner l’adresse IP au nom de domaine

Une vérification automatique de l’adresse IP de l’expéditeur par rapport au nom de domaine dans les enregistrements DNS est requise. Ce processus, connu sous le nom de “Reverse DNS” minimise les problèmes de délivrabilité.

Assurez-vous que votre serveur d’envoi d’emails à un enregistrement PTR (Pointer Record) configuré dans le DNS. Cela établit une correspondance inverse entre votre adresse IP et votre nom de domaine, prouvant que l’IP vous appartient légitimement.

5. Structurer l’email selon le formatage RFC 5322

S’assurer que tous les aspects de l’email (en-tête, pied de page, contenu textuel, images, pièces jointes) respectent la norme RFC 5322 est essentiel. Utilisez un outil de routage d’emails ou une plateforme d’envoi qui garantit automatiquement que vos emails respectent le formatage requis.

6. Utiliser une adresse d’envoi professionnelle

Google spécifie l’importance d’éviter les adresses finissant par @yahoo.fr ou @gmail.com pour les envois extérieurs à leur service. Optez plutôt pour un email personnalisé, lié au domaine de votre entreprise. Cette stratégie, en plus d’optimiser la délivrabilité, améliore votre crédibilité et votre réputation.

7. Sécuriser le transfert d’emails

Assurez-vous que la plateforme d’envoi d’emails que vous utilisez supporte le chiffrement TLS pour toutes les communications entre serveurs. Cette disposition sécurise le transfert d’emails et protège contre l’interception et l’altération des données.

Qui est concerné par ces nouvelles règles de délivrabilité  ?

Les récentes mises à jour apportées aux politiques de délivrabilité par Gmail et Yahoo ! touchent pratiquement tous les acteurs utilisant l’email comme canal de communication.

Elles s’appliquent à une gamme étendue d’adresses, incluant gmail.com, googlemail.com, yahoo.com, yahoo.fr, ymail.com, aol.com et aol.fr. Cependant, Google a précisé une exception notable : ces directives ne s’étendent pas aux messages envoyés aux adresses professionnelles via Google Workspace.

Par ailleurs, Google précise qu’il sera particulièrement vigilant envers les “expéditeurs de masse” (envoi de plus de 5 000 emails quotidiennement).

Les bonnes pratiques à appliquer dès maintenant

Pour optimiser la délivrabilité des emails, l’adoption de stratégies relatives aux nouvelles règles de Gmail et Yahoo est nécessaire.

Authentification des expéditeurs via SPF, DKIM et DMARC

Ces méthodes d’authentification fournissent un cadre, à Google et Yahoo, pour vérifier que les emails envoyés en votre nom sont légitimes et non altérés. En implémentant correctement ces protocoles, vous renforcez la confiance de vos destinataires, tout en améliorant votre taux de délivrabilité. Si vous avez besoin d’aide, faites appel à un consultant en emailing sur Codeur.com !

SPF (Sender Policy Framework)

Le SPF (Sender Policy Framework) permet de vérifier que les emails envoyés depuis votre domaine sont autorisés par les serveurs que vous avez spécifiés. Cela aide à prévenir le spoofing, où les spammeurs utilisent votre domaine pour envoyer des messages sans permission.

Comment faire  ?
  • Créer un enregistrement SPF : Cela consiste à ajouter un enregistrement TXT dans les paramètres DNS de votre domaine. L’enregistrement SPF spécifie quels serveurs sont autorisés à envoyer des emails en votre nom.
    Par exemple, un enregistrement SPF peut ressembler à v=spf1 ip4 :123.456.78.90 include :_spf.google.com ~all, où 123.456.78.90 est votre serveur d’envoi d’emails et _spf.google.com inclut les serveurs autorisés par Google.
  • Publier l’enregistrement : Une fois créé, publiez l’enregistrement SPF en l’ajoutant à la zone DNS de votre domaine. Cela permettra aux serveurs de réception d’emails de vérifier que les envois depuis votre domaine proviennent d’un serveur autorisé.

DKIM (DomainKeys Identified Mail)

Le protocole d’identification DKIM fournit une signature numérique à vos emails. Il permet au serveur de réception de vérifier que le contenu du message n’a pas été altéré pendant son transit.

Comment faire  ?
  • Générer une paire de clés publique/privée : Utilisez un outil de génération de clés DKIM pour créer, d’une part, une clé publique qui sera publiée dans votre DNS et, d’autre part, une clé privée qui sera conservée secrètement sur votre serveur d’envoi.
  • Configurer votre serveur d’emails : Intégrez la clé privée DKIM dans votre serveur d’emails ou votre service d’emailing pour qu’il puisse automatiquement signer tous les messages sortants.
  • Publier la clé publique DKIM : Ajoutez un enregistrement TXT à votre DNS pour publier la clé publique DKIM. Cet enregistrement permettra aux serveurs recevant vos emails de vérifier la signature attachée à chaque message électronique.

DMARC (Domain-based Message Authentication, Reporting and Conformance)

L’authentification via DMARC combine les protocoles SPF et DKIM pour une couche supplémentaire de sécurité. Ce protocole permet aux propriétaires de domaines de spécifier comment les emails doivent être traités s’ils ne passent pas la vérification SPF ou DKIM.

Comment faire  ?
  • Définir votre politique DMARC : Créez un enregistrement DMARC en spécifiant votre politique de gestion des emails qui échouent aux tests SPF et DKIM.
    Par exemple, v=DMARC1 ; p=none ; rua=mailto :your@email.com indique que vous souhaitez recevoir des rapports sans appliquer de politique spécifique sur les emails échouant aux vérifications.
  • Publier l’enregistrement DMARC : Ajoutez cet enregistrement à votre DNS sous forme d’un enregistrement TXT. Assurez-vous qu’il est correctement formaté pour éviter tout problème de validation.

Qualité des listes d’emails et engagement

La qualité de votre liste d’emails influence directement votre délivrabilité. Les listes propres, composées de destinataires qui ont explicitement opté pour recevoir vos messages, réduisent le risque d’être marqué comme spam.

L’engagement des destinataires, mesuré par des actions telles que l’ouverture des emails, les clics sur les liens et les réponses, est également un facteur clé. Google, Yahoo et les autres évaluent ces interactions pour déterminer la pertinence et la valeur de vos contenus pour leurs utilisateurs.

Notre dernier conseil pour optimiser la délivrabilité des emails en 2024

Ces mises à jour reflètent une évolution significative dans les pratiques de délivrabilité email, mettant l’accent sur la sécurité, l’authenticité et l’expérience utilisateur. En adoptant ces directives, les marketeurs peuvent améliorer l’efficacité de leurs campagnes, mais également renforcer la confiance avec leur audience.

Faites-vous accompagner dans votre stratégie emailing par un expert, en postant vos besoins gratuitement sur notre plateforme de freelances, Codeur.com  !

Lire la suite de l'article

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

Comment calculer le ROI de votre stratégie SEO ?

Trop souvent encore, les entreprises se montrent hésitantes au moment de recourir aux services d’un référenceur puisqu’elles ne voient dans cette...

Publié le par Jerome Dajoux
Webmarketing

Webinar : créer un processus pour transformer les idées en projet

Dans son prochain webinar, Asana se penchera sur la gestion des idées et la façon de les optimiser.

Publié le par Fabian Ropars