Olivier Bernasson nous parle de Pecheur .com

Pecheur.com est depuis plusieurs années un des sites références du e-commerce français, à la fois pour son histoire et pour son dynamisme sur le web mondial. Un an après son rapprochement avec Oxylane-Décathlon, son charismatique président, Oliver Bernasson, fait le point avec WebActus.

Vous avez une idée ? Trouvez gratuitement des développeurs sur Codeur.com !

Recevez des devis (gratuit)

Plus d’un an après avoir rejoint la galaxie Oxylane-Décathlon, comment se porte l’équipe de Pecheur.com et quels ont été les moments notables depuis ce rapprochement ? Y’a t’il eu de réelles synergies d’Oxylane pour Pecheur.com et de Pécheur.com pour Oxylane ?
L’équipe Pecheur.com se porte bien. Elle s’est agrandie d’une dizaine de collaborateurs ces derniers mois et des petits nouveaux vont encore arriver prochainement. L’entrée dans le réseau Oxylane a apporté beaucoup de positif, de nouveaux challenges, des ambitions accrues. Mais je ne peux pas dire qu’il y ait eu de moment notable. C’est surement la preuve que les choses évoluent au fond très naturellement. Il n’y a pas eu de révolution, de grand chamboulement… Si les synergies sont nombreuses, elles s’écrivent au quotidien et se mettent en place à leur rythme. Notre génome de Pure player est bien pris en compte et rien n’est entrepris qui puisse nuire à notre agilité et à notre modèle. Bien entendu, il y a des étapes, comme par exemple chaque fois que nous « ouvrons » sur Pecheur.com le catalogue d’une nouvelle marque passion du réseau Oxylane. Nous l’avons fait au fil des mois avec Caperlan, Solognac, Quechua, Geologic… Ce qui change le plus, au final, c’est que nous regardons désormais beaucoup plus loin et beaucoup plus grand qu’auparavant. Dans le temps mais aussi dans l’espace. Nous savons aujourd’hui que notre stratégie s’écrit sur le long terme et ça, ça apporte beaucoup de sérénité et d’ambitions.

Pecheur.com en 2010, c’était 26 collaborateurs, 6.000 visiteurs par jour, 8M de CA et une entreprise rentable, est-il possible d’avoir une mise à jour de ces jolis chiffres ?
Tout d’abord, le chiffre des visiteurs qui a circulé début 2011 est complètement fantaisiste. Avec si peu de visiteurs, nous aurions un taux de transformation digne de figurer dans le Guinness Book ! Actuellement nos VU/jour se situent en moyenne vers 30.000. Et nous connaissons une augmentation de trafic aux alentours des 20% par rapport à 2011. Aujourd’hui 40 personnes travaillent chez Pecheur. Nous faisons partie du 1% de sites qui, en France, enregistrent plus de 10.000 commandes/mois et nous serons toujours rentables en 2012. J’espère par ailleurs une croissance encore supérieure en 2012 à celle, déjà très sympa, que nous avons enregistrée au cours du dernier exercice. Nous sommes en train de bâtir notre développement à l’international. Une nouveau challenge qui nous attend dès les prochaines semaines.

Vous êtes un internaute très dynamique sur les réseaux sociaux et en particulier Twitter, Pecheur.com a t’il le même dynamisme et est ce ‘ »payant » (m-commerce, f-commerce…) ?
Je suis sur Twitter et outre le fait que je m’y amuse parfois le soir, j’y apprends beaucoup de choses qui me servent ensuite pour Pecheur. Pour ce qui est des réseaux sociaux, nous avons été plutôt attentistes sur le sujet. Il faut savoir que nous avons commencé notre histoire par un site communautaire en 2000 et que nous en avons gardé la conviction que faire vivre une communauté est un exercice exigeant et périlleux. Et aussi que le faire à moitié est inévitablement voué à l’échec. D’autant plus quand au mélange cette communauté avec une activité commerciale. Nous avons donc commencé par nous structurer, définir des objectifs et un calendrier, puis enfin former et impliquer nos collaborateurs en interne avant « d’y aller ». Nous venons donc seulement, depuis novembre dernier pour être précis, d’installer Pecheur sur Facebook (ndlr : déjà 5.500 fans), sans y accoler aucun objectif de ROI ou de ventes. Facebook est le lieu où nous souhaitons faire passer nos valeurs, partager autre chose que notre catalogue produits et nos promos. Nous nous apercevons aussi, chaque jour, que pour peu que l’on prenne le temps de lire, c’est un très bon outil CRM. Bref, après avoir attendu pour se lancer, nous sommes aujourd’hui en phase d’accélération sur FB avec une stratégie dont nous récolterons je l’espère, les fruits, dans les années qui viennent. Sur Twitter nos actions sont moins soutenues. Nos clients sont manifestement peu présents sur ce réseau mais, nous sommes là pour le petit noyau qui nous suit sur @pecheurcom (ndlr : 310 followers). Pour le mobile, nous « engagerons les hostilités » en fin d’année ou au début 2014 en fonction de l’avancée de nos objectifs de l’année.

Vous êtes dans une niche autour d’un loisir passion, est-il encore possible de protéger ce genre de spécificité face aux ogres du e-commerce (Cdiscount, Amazon…) ?
Bonne question ! Je suis persuadé que oui. Mais c’est l’avenir qui aura raison. En tout cas soyez certain que nous ne serons pas des victimes expiatoires.

Le groupe Oxylane réalise 6,5 Mds € de CA en 2011, n’est ce pas compliqué de se faire entendre au milieu d’une entreprise si importante ?
Ça n’est pas du tout le sentiment que nous avons jusqu’à ce jour. Bien au contraire. Oxylane ce sont des entreprises en réseau pas une pyramide. Cette notion de réseau est primordiale. Dès les premiers contacts, le rapprochement avec Oxylane s’est basé sur des rapprochements humains. Ceci ne s’est pas démenti. Nous ne ressentons donc aucune difficulté à nous faire entendre. C’est même carrément l’inverse. Nous sentons que nos avis, nos besoins, nos remarques, nos questions trouvent toujours une oreille attentive et un écho immédiat.

Une des raisons du rapprochement avec Oxylane était la visibilité de la marque. Avez vous pu mettre en place de nouvelles campagnes marketing et une stratégie « cross canal » avec les magasins Décathlon ?
Notre marque était visible sur internet avant le rapprochement. Nous sommes leaders sur notre marché et entendons bien le rester. Nous restons autonomes et indépendants de Décathlon pour nos stratégies.

Quel est l’article le plus insolite en vente sur le site ?
Ha ha ! Il ne sera sans doute pas le même pour tout un chacun… Et puis je dois avouer que je ne connais plus toutes les 105 000 références de nos catalogues. Mais c’est vrai qu’il y a pas mal de moutons à cinq pattes. Les non pêcheurs sont souvent très surpris par les bateaux télécommandés utilisés par les carpistes : http://www.pecheur.com/vente-peche-carpe-propulsion-appats-bateaux-amorceurs-1263,0,0,0.html

Avez-vous encore le temps de pêcher ?
Pas assez. Mais ni plus ni moins que depuis la création de Pecheur.com. J’ai la fâcheuse tendance à trouver de bonnes mauvaises raisons de rester devant l’écran et à ne pas décrocher. Mais j’arrive quand même a pêcher. C’est pour moi une soupape de sécurité indispensable et l’occasion de moments privilégiés avec des amis. La pêche à la mouche reste une passion aussi dévorante que le e-commerce. A moins que ça ne soit l’inverse. je ne sais plus 😉

Restez en contact avec nous :

L’équipe de WebActus.net vous propose tous les jours des articles sur l’univers des startups, du e-commerce et du growth hacking.

Rejoignez la communauté Webactus

Recevez régulièrement les meilleures actus et ressources

Pas de spam, vous pouvez vous désabonner à tous moment.