Navigation

Toutes les catégories

Voir les derniers articles

15 800 euros pour avoir dénigré son patron sur Facebook

Un salarié d’une agence d’assurance de Lannion, dans les Côtes-d’Armor, vient de se voir condamner à payer 15 800 euros d’amendes pour avoir dénigrer son...

Logo Facebook

Un salarié d’une agence d’assurance de Lannion, dans les Côtes-d’Armor, vient de se voir condamner à payer 15 800 euros d’amendes pour avoir dénigrer son patron sur Internet et plus particulièrement sur Facebook. L’homme s’est en effet servi du réseau social comme une véritable arme pour éviter et revenir sur son licenciement.

L’employé viré a monté de toute pièce une page Facebook à l’effigie de son ex-patron, expliquant et montrant à quel point il était odieux et au dessus des lois. Il a alors ensuite invité les proches de la famille de son ex-boss pour leur montrer à quel point ce n’était pas un homme bon et ainsi jouer sur la corde sociale.

Les Prud’hommes saisis par l’affaire ont décidé de plaider en faveur du patron pour « déloyauté » envers son employeur. A l’origine l’employé avait été licencié car l’employé de l’agence d’assurance avait été licencié le 31 mars 2010, au motif qu’il « aurait saisi de faux rendez-vous auprès de clients et de prospects, dans son agenda et dans son compte-rendu d’activité pour justifier des absences sur son lieu de travail ».

On voit donc que la justice pense que Facebook et plus généralement Internet n’est pas un espace où tout peut être dit et fait. Ce n’est pas parce qu’on est derrière un pseudo sur Internet que l’on peut faire ce que l’on veut et dans ce cas, dire ce que l’on veut. Attention donc lorsque vous parlez de votre boulot sur les réseaux sociaux car les exemples commencent à se multiplier ! Soyez vigilent !

Source : Europe1

Afficher les commentaires (0)

Commentaires

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

Google risque de perdre le nom Nexus One

l’USPTO (United States Patent and Trademark Office) vient de rejeter la demande de Google pour la réservation de la marque Nexus One. En effet, le célèbre moteur de...

Publié le par Team WebActus
Webmarketing

Développeur web : 7 choses à vérifier pour livrer un site de qualité

En tant que développeur web, votre notoriété repose principalement sur la qualité des sites que vous êtes capable de proposer à vos...

Publié le par Charlotte Chollat