Navigation

Toutes les catégories

Filtrer par auteur

Voir les derniers articles

Comment notre cerveau interprète différents types de contenus ?

Il existe différents types de contenus web – ça, vous le saviez déjà. Mais vous êtes-vous déjà demandé comment notre...

Publié par Leo Chatillon

Il existe différents types de contenus web – ça, vous le saviez déjà.

Mais vous êtes-vous déjà demandé comment notre cerveau interprète les textes, images et autres vidéos auxquels nous sommes quotidiennement exposés ?

Une infographie (voir en bas de page) signée Main Path décortique justement la façon dont nous traitons l’information issue de ces différents types de contenus :

Apprenez quels sont les contenus les plus adaptés à vos objectifs et la manière dont ils fonctionnent auprès de votre audience.

 

1) Le contenu écrit

Contenus concernés : article de blog, livre blanc, e-book, étude de cas, page web…

Lorsque nous lisons, nous nous glissons dans la peau du narrateur ou du personnage principal de l’histoire.

En fait, en termes d’activité cérébrale, lire sur tel ou tel sujet revient à en être témoin dans la réalité.

Les pouvoirs du contenu écrit :

  • Créer une relation entre marque et clients
  • Faire preuve de son expertise et de son expérience
  • Construire la confiance
  • Évaluation et comparaison de produits
  • Partager des témoignages clients

 

2) Le contenu graphique

Contenus concernés : infographie, diaporama, illustration d’article

Les images nous aident à comprendre rapidement à mieux nous souvenir : les visuels se gravent dans notre mémoire à long terme, contrairement aux lettres.

De plus, notre cerveau est presque « conçu » pour recevoir des signaux visuels : il suffit de 250 millisecondes pour interpréter un symbole et comprendre sa signification.

Les contenus graphiques et visuels sont donc idéaux pour :

  • Présenter des données et des informations complexes ;
  • Attirer l’attention ;
  • Rendre l’information plus mémorisable
  • Être plus persuasif

 

3) Le contenu interactif

Contenus concernés : quiz, infographie interactive, catalogue interactif, calculateur…

L’interactivité sollicite de nombreuses régions du cerveau, puisqu’elle combine le visuel, l’écrit et la participation de l’internaute.

La participation, justement, améliore la rétention d’information et l’apprentissage.

Par ailleurs, l’interactivité est souvent synonyme de personnalisation (résultats d’un quiz, par exemple), ce qui est valorisant pour les utilisateurs. Ce faisant, les contenus interactifs ont un fort potentiel de partage sur les réseaux sociaux.

Les points forts du contenu interactif :

  • Le partage sur les médias sociaux
  • La personnalisation et l’engagement du lecteur
  • Une expérience mémorable

 

En savoir plus : Comment ajouter de l’interactivité à vos contenus ?

 

4) Le contenu vidéo

Contenus concernés : vidéo corporate, tutoriel vidéo, vlog, webinar…

La vidéo a une forte capacité à susciter l’émotion car elle est un savant mélange de voix, d’intonations, de mouvements et de langage corporel qui la rend très semblable à une véritable interaction humaine – dans le même temps, elle n’exige pas de participation du spectateur.

Le cerveau peut traiter une vidéo 60 000 fois plus rapidement que le texte.

Pourquoi utiliser la vidéo ?

  • Partager des histoires personnelles au sujet de votre marque
  • Créer une connexion émotionnelle avec le spectateur
  • Éduquer ou apprendre (tutoriels)

 

 

infographie cerveau et contenus web

Lire la suite de l'article
Afficher les commentaires (0)

Commentaires

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

Comment obtenir plus de commentaires sur vos articles de blog ?

D’une façon générale, les commentaires sur les blogs sont de moins en moins nombreux. Les lecteurs préférant réagir directement sur...

Publié le par Audrey Clabeck
Webmarketing

Facebook aimerait avoir accès aux données bancaires de ses utilisateurs

Visiblement le scandale Cambridge Analytica n’aura pas calmé Facebook très longtemps… Le Wall Street Journal révèle en effet que le...

Publié le par Fabian Ropars