Navigation

Toutes les catégories

Voir les derniers articles

E-commerce : 6 leçons à retenir de Jeff Bezos

Que faut-il pour créer le plus grand e-commerce au monde et amasser une fortune personnelle de plus de 83 milliards de dollars ? Demandez à Jeff Bezos. Il est...

Publié par Sebastien Turbe

Que faut-il pour créer le plus grand e-commerce au monde et amasser une fortune personnelle de plus de 83 milliards de dollars ?

Demandez à Jeff Bezos. Il est le fondateur et PDG d’Amazon.com. Mais il a failli ne pas l’être. Revivons ensemble l’histoire de Bezos et essayons d’en tirer des leçons de vie.

 

Agir

Ce n’est que par une action délibérée que nous pouvons plier l’univers à notre volonté.

Mais il y a aussi un malentendu courant au sujet de l’action : il faut savoir exactement quelle est la bonne action à prendre avant de faire quoi que ce soit. Cette façon de penser conduit à la « paralysie de l’analyse » et donc à l’inaction.

Bezos n’est pas du genre à tomber dans ce piège. Bien qu’il soit bien conscient que le fait de prendre de mauvaises mesures aura des conséquences négatives, cela ne le dérange pas :

« Si tu décides de ne faire que ce que tu sais qui va marcher, tu vas laisser beaucoup d’opportunités sur la table. »

En 1994, Jeff Bezos est confronté à la décision la plus importante de sa vie : doit-il quitter son poste de gérant de hedge funds bien rémunéré à New York pour créer une librairie en ligne… ou rester au chaud ? Il décide de traverser le pays en voiture et d’acheter le nom de domaine Amazon.com.

Au fur et à mesure qu’Amazon s’est développée, Bezos a encouragé ses employés à s’engager en faveur de l’action. Parfois, cela s’est traduit par un coup de génie (le développement du shopping en un clic). D’autres fois, cela s’est soldé par un échec cuisant (le développement d’Amazon Auction, qui n’a pas pu rivaliser avec Ebay).

Bezos s’en fiche et cite le « parti pris pour l’action » comme l’une des six valeurs fondamentales d’Amazon.

Minimiser les regrets

Quand Bezos s’est demandé s’il devait quitter son emploi et lancer Amazon.com, il s’est rendu compte qu’il lui manquait un cadre analytique pour prendre de grandes décisions de vie. Alors il en a inventé un :

« Le cadre que j’ai trouvé qui a rendu la décision incroyablement facile est ce que j’ai appelé  un  « cadre de minimisation des regrets ». Je voulais donc me projeter vers l’âge de 80 ans et dire : « Bon, maintenant, je regarde ma vie en arrière. Je veux avoir le moins de regrets possible. » »

Il ne regretterait pas d’avoir perdu son emploi à l’âge de 80 ans (il en aurait sûrement trouvé un autre), mais il aurait  quand même regretté de ne pas avoir essayé de tirer profit de la ruée vers l’or en ligne (à cette époque, Internet connaissait une croissance de 2300 % par an).

 « Je savais que si j’échouais, je ne le regretterais pas, mais je savais que la seule chose que je pourrais regretter, c’est de ne pas avoir essayé. »

Essayez le « cadre de minimisation des regrets » de Bezos. Vous serez peut-être surpris de voir à quel point cela vous incite à agir.

 

Grandissez lentement

Combien de temps faut-il attendre avant qu’une startup ne devienne rentable ? Six mois ? Un an ?

Pour Jeff Bezos et Amazon.com, cela a pris plus de six ans. Même à cette époque, l’entreprise n’a réalisé qu’environ 5 millions de dollars de profits avec des revenus de plus d’un milliard de dollars.

Le local de jeff bezos

Cela peut sembler long (avec une marge très mince), mais tout s’est déroulé selon le plan inhabituellement lent de Bezos. Il n’était pas pressé de faire des profits parce qu’il voulait maintenir des prix bas tout en réinvestissant autant de revenus que possible dans son entreprise.

Cette stratégie a frustré les investisseurs à court terme, mais elle a porté ses fruits quand Amazon a survécu à l’éclatement de la bulle Internet et a commencé à afficher des profits plus importants trimestre après trimestre.

 

Encourager le bouche à oreille

Quand Bezos a commencé Amazon, il n’avait pas de budget marketing. La seule façon pour son entreprise de réussir était qu’elle soit si bonne qu’elle se répande par le bouche-à-oreille.

« Si vous construisez une grande expérience, les clients en parlent entre eux. Le bouche à oreille est très puissant. »

Pour une entreprise, il n’y a pas de meilleur moyen de croître qu’un bouche-à-oreille positif. La seule façon d’y parvenir est d’offrir un produit ou un service qui vaut la peine d’en parler. Cela signifie en autre qu’il faut offrir un excellent service client…

 

Le client, le client, le client.

Tout le monde sait que le client a toujours raison. Mais Bezos et Amazon ont poussé à l’extrême la philosophie du client d’abord. Pour lui, la satisfaction du client n’est pas « une » priorité, c’est la seule. Le fondement même de son business model :

« Le plus important, c’est de se concentrer uniquement sur le client. Notre objectif est d’être l’entreprise la plus centrée sur le client au monde. »

L’expérience client n’a jamais été aussi importante qu’en ligne. Le bouche à oreille se répand rapidement sur les réseaux sociaux et vos concurrents sont toujours à un clic de vous. Si vous voulez que votre marque prospère en ligne, concentrez-vous sur la satisfaction du client.

Travailler à l’envers

Comment développer un produit en étant sûr de son succès ?

Il suffit de déterminer ce que vos clients veulent vraiment et ce dont ils ont besoin. Fournissez-leur et vous n’aurez aucune difficulté à vendre.

C’est une stratégie qu’Amazon a mise en œuvre à de nombreuses reprises, notamment avec le Kindle. Bezos explique :

« Il y a deux façons de développer une entreprise. Faites l’inventaire de ce que vous savez faire et développez vos compétences. Ou déterminez ce dont vos clients ont besoin et travaillez à l’envers, même si cela nécessite l’apprentissage de nouvelles compétences. ».

En 2006, Amazon était un détaillant en ligne et non un fabricant d’appareils électroniques. Mais Bezos a compris que les consommateurs d’Amazon avaient besoin d’un moyen de lire les e-books qu’ils achetaient sur son site. Ils ont donc travaillé à l’envers pour répondre à ce besoin.

Quand Amazon a sorti la première génération de Kindle en novembre 2007, il s’est vendu en six heures (et est resté en rupture de stock pendant cinq mois). À ce jour, Kindle reste le leader dans la catégorie e-readers.

 

Voici quelques conseils plutôt simples à mettre en œuvre, puissent-ils vous mener vers le même succès que celui par qui ils nous sont dispensés !

Si à votre tour vous souhaitez vous lancer, faites vous accompagner par des professionnels pour la création de votre site web ou encore pour votre logo.

Lire la suite de l'article
Afficher les commentaires (0)

Commentaires

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

2 mai 2012 : Soirée Wed’Web à Paris ou « Comment rencontrer les acteurs du Web »

Cet évènement pourrait très bien s’appeler « Petite soirée entre amis » tant l’ambiance se veut conviviale et décontractée tout en gravitant autour des sujets du...

Publié le par Team WebActus
Webmarketing

Actu Web, Mobile & Geek : ce qu’il faut retenir du mercredi 28 mars

Amazon France annonce qu’il lance sur le marché hexagonal en pré-commande la Kindle wifi (129 euros) et la Kindle 3G (189 euros) mais toujours pas sa Kindle Fire. J.K. Rowling,...

Publié le par Team WebActus