Navigation

Toutes les catégories

Filtrer par auteur

Voir les derniers articles

Pronom IEL, comment l’intégrer dans vos textes ?

Le pronom IEL fait beaucoup parler de lui depuis son entrée dans l’édition en ligne du dictionnaire Le Robert. En mai 2021, le gouvernement avait déjà interdit l’écriture...

Publié par Elise Duret

Le pronom IEL fait beaucoup parler de lui depuis son entrée dans l’édition en ligne du dictionnaire Le Robert.

En mai 2021, le gouvernement avait déjà interdit l’écriture inclusive dans les écoles et la contraction de il et de elle relance le débat sur la rédaction non sexiste.

Mais en dehors de toutes polémiques, une question se pose : comment l’intégrer dans les textes ?

Pronom IEL, de quoi parle-t-on ?

La féminisation de la langue française s’est depuis longtemps butée contre un obstacle difficile à franchir : le patriarcat. L’Académie française en est la preuve flagrante en déclarant en 2017 que l’écriture inclusive était un « péril mortel ». Heureusement, cette institution n’a finalement aucun pouvoir et encore moins celui d’imposer une norme.

L’Académie française, n’est plus aujourd’hui la « gardienne de la langue française » et bien qu’elle ait une légitimité médiatique, son retard sur l’évolution de la langue la place au rang de simple observateur.

Ce sont les dictionnaires privés comme Larousse et Le Robert qui remplissent cette fonction désormais. Eux non plus n’ont aucune autorité sur la langue française, mais ils sont plus proches de la population et donc plus à même de suivre les tendances du monde moderne.

C’est ainsi que le pronom IEL a fait son entrée dans le dictionnaire Le Robert, dont voici la définition :

Iel, iels, mais aussi ielle et ielles : « pronom personnel sujet de la troisième personne du singulier et du pluriel, employé pour évoquer une personne, quel que soit son genre ».

L’objectif de cette contraction est double :

  • D’une part pour ne plus exclure une personne qui ne se reconnaît ni dans le féminin ni dans le masculin, on parle alors de genre neutre.
  • D’autre part, d’éviter d’employer le pronom « ils » dans un contexte où les femmes sont aussi présentes et là il s’agit surtout d’écriture inclusive.
les types d'écriture
source : freepik.com

Qu’est-ce que le genre neutre ?

Beaucoup pense que la neutralité du genre est un nouveau concept en langue française et pourtant ce n’est qu’un retour en arrière ! Il est important de savoir que le genre neutre existait déjà en langue latine et en ancien français, mais au fil du temps, le genre masculin a fini par occuper une place plus importante au détriment du genre féminin.

La neutralisation de la langue peut se faire à travers une rédaction épicène qui va utiliser le plus possible des noms et adjectifs non genrés comme : journaliste, spécialiste, agréable… Elle peut aussi passer par l’utilisation de pronom inclusif comme iel ou par l’introduction de substantifs comme lecteurice (lecteur/lectrice) ou encore frœure (frère/sœur).

Pour info
Le genre neutre est une communication non sexiste, mais surtout non genrée. Beaucoup de personnes intersexes réclament une neutralité des sexes dans l’état civil. Bien qu’elle soit devenue la norme dans de nombreux pays, la Cour de cassation a encore débouté cette demande en France…

Qu’est-ce que la rédaction épicène ?

La rédaction épicène ou rédaction non sexiste consiste à féminiser le langage aussi bien à l’écrit qu’à l’oral. Elle s’appuie sur plusieurs règles de base :

  • La suppression de l’appellation « Mademoiselle ».
  • La féminisation ou la masculinisation des désignations de personnes.
  • L’adoption de l’ordre féminin, puis masculin en cas d’énumération.
  • L’utilisation des expressions épicènes.

Voici quelques exemples :

  • Les termes d’adresse : Madame et Mesdames précéderont toujours Monsieur et Messieurs et Mademoiselle ne sera utilisée que pour les adolescentes.
  • Les désignations : l’auteure ou l’autrice, l’aide-soignant, l’agente…
  • Les termes épicènes : les êtres humains plutôt que les hommes, quiconque plutôt que celui qui, les personnes de nationalité française plutôt que les Français…
  • La féminisation par doublet : les collaboratrices et collaborateurs, les rédacteurs et les rédactrices…
  • Les singuliers collectifs : le personnel plutôt que les employé. e. s, la police plutôt que les policier. e. s…

Qu’est-ce que l’écriture inclusive ?

L’écriture inclusive utilise bien évidemment le genre neutre, mais pas que… Elle se base sur quatre grands axes :

  • L’expression du féminin et du masculin lorsque l’on parle d’un groupe, notamment à l’aide du point médian comme : un. e rédacteur. rice, un. e créatif. ve, mais aussi avec des termes épicènes ou en accolant le féminin et le masculin d’un même mot : celles et ceux, les écrivains et les écrivaines…
  • L’accord des métiers, fonctions, grades et titres en féminisant les professions.
  • L’accord des adjectifs avec le sujet le plus proche afin que le masculin ne l’emporte plus sur le féminin.
  • L’emploi de termes inclusifs à la place des termes génériques, comme remplacer les droits de l’Homme par les droits Humain.

Aujourd’hui, si l’écriture inclusive est interdite dans les écoles, elle commence à trouver sa place dans de nombreux écrits.

C’est finalement à chacun de décider ou non d’intégrer une communication non genrée dans ses textes.

Pronom IEL : astuces pour bien l’intégrer dans vos textes

astuce pour intégrer le pronom iel
source : freepik.com

Vous souhaitez utiliser les pronoms non binaires dans vos futures communications, parfait ! Mais comment faire ? Quelle règle grammaticale appliquer ? Rassurez-vous, nous vous avons préparé un petit mémo !

Comment accorder le pronom iel ?

Comme le pronom arrive tout juste dans le dictionnaire, aucune règle linguistique n’est encore établie.

La création d’une nouvelle grammaire va découler de ce changement et bien qu’il n’existe encore aucune norme officielle, vous pouvez accorder iel avec le neutre grammatical ou l’inclusif.

  • Le neutre grammatical est un troisième genre, ni féminin ni masculin. Il consiste donc à utiliser les adjectifs épicènes comme par exemple : iel est agréable où agréable remplace souriant ou souriante.
  • Le langage inclusif : comme nous l’avons vu, le point médian, le tiret, ou les parenthèses permettent aux adjectifs de prendre une forme à la fois masculine et féminine. Comme iel est souriant. e ou iel est gentil (le).

Connaître les variantes de iel

Le pronom iel, contraction donc de il et elle, se décline en différentes variantes à connaître :

  • Pronom sujet : accordez iel au singulier ou au pluriel avec le point médian. Par exemple : iel est allé. e au marché, ielles sont allé. e. s au marché.
  • Pronom complément : ici « elle » et « lui » deviennent « iel » ou « ellui » au singulier et « elles » et « eux » deviennent « iels » et « elleux » au pluriel. Par exemple : c’est avec qu’elleux qu’iels ont discuté hier soir.
  • Pronom possessif : mien/tien/sien et mienne/tienne/sienne deviennent mien.ne/tien.ne/sien.ne (ajoutez un s au pluriel).
  • Pronom démonstratif : celui/ceux et celle/celles deviennent cellui/celleux ou encore ceuxes. Par exemple : je m’adresse à celleux qui sont intéressé. e. s par l’écriture inclusive.
Bon à savoir
si le pronom s’utilise en écriture inclusive, certaines personnes non binaires lui préfèrent une alternative plus neutre, comme ul, ulle, ol, olle, ael, aelle, ille ou encore im comme pronoms sujets.

Adapter sa stratégie rédactionnelle en fonction de sa cible

Rédiger de façon épicène, féminiser le vocabulaire et utiliser une grammaire plus inclusive est une stratégie pertinente et légitime à condition qu’elle s’adapte à votre public.

  • Votre lectorat se compose aussi bien de femmes que d’hommes : utilisez la féminisation par doublet à l’écrit afin d’alléger votre texte.
  • Vous ignorez quelle est l’identité de genre qui vous lit : utilisez les formules épicènes ou inclusives.
  • Vos lecteurs. rices n’ont aucune connaissance sur la non-binarité dans le genre : privilégiez les formules épicènes et, au besoin, utilisez la féminisation par doublet.
  • Votre lectorat est engagé dans une démarche non binaire : utilisez l’écriture inclusive.

Notre conseil

Savoir intégrer correctement le pronom iel dans vos textes demande une certaine dextérité linguistique et c’est un travail qui demande du temps et de la concentration. Toutefois, si vous souhaitez adopter une communication écrite inclusive, vous trouverez sur Redacteur.com le ou la spécialiste de l’écriture inclusive qu’il vous faut !

Lire la suite de l'article

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

Restauration : affichez des traductions séduisantes

L’essor du touriste avec des voyageurs venant de pays de plus en plus diversifiés a généré un besoin grandissant de traduction touristique, notamment dans le secteur de la...

Publié le par Elodie
Webmarketing

YouDot : récupérer les meilleurs noms de domaine expirés pour renforcer votre stratégie SEO

Un nom de domaine fort avec un historique important est un atout de poids dans une bonne stratégie SEO. Pour récupérer les meilleurs noms de domaine...

Publié le par Fabian Ropars