Navigation

Toutes les catégories

Filtrer par auteur

Voir les derniers articles

5 dialectes allemands à connaître

5 dialectes allemands à connaître ? « Autsch ! Es tut mir weh ! » (Aïe, ça fait mal…) Comme si l’allemand classique n’était pas déjà assez difficile en soi… Vous...

Publié par Elodie

5 dialectes allemands à connaître ? « Autsch ! Es tut mir weh ! » (Aïe, ça fait mal…) Comme si l’allemand classique n’était pas déjà assez difficile en soi…

Vous voilà enthousiaste à l’aidée de votre arrivée en Allemagne. Selon les cas, vous avez appris l’allemand pendant votre scolarité avant un échange linguistique, vous avez appris l’allemand pour des raisons professionnelles avant un voyage « business » voire une implantation à l’étranger…

En tous cas, vous maîtrisez l’allemand et êtes sûr de vous. Autant vous dire la vérité : ça ne va pas durer ! En effet, vous allez être très vite confronté à au moins l’un des dialectes, parmi la trentaine qu’en compte l’Allemagne.

Comment se repérer dans ce foisonnement linguistique, qu’on ne soupçonne pas forcément vu de l’étranger ? Cet article est là pour vous y aider : après un petit tour d’horizon des différentes facettes de l’allemand et de ses variantes régionales aujourd’hui, on vous présentera 5 dialectes allemands à connaître, parmi la multitude de ceux qui existent et continuent d’évoluer.

 

Un peu d’histoire…

L’allemand standard est en fait le « hochdeutsch » (haut-allemand, en opposition au « niederdeutsch », bas-allemand des vallées). C’est aujourd’hui l’allemand des institutions, de l’école, des médias. Il est parlé par la très grande majorité des locuteurs des dialectes régionaux, et sert toujours de passerelle entre deux dialectes non transparents.

Aujourd’hui, l’allemand est une langue très parlée en Europe, devant l’anglais et le français. Elle fait partie des langues pivots à la Commission Européenne (c’est-à-dire des langues « dominantes » qui servent de relais pour traduire entre elles des langues plus rares comme le portugais ou le finnois).

Toutefois, on ne peut pas dire que la langue allemande standard connaît la même hégémonie sur son territoire que son voisin le français.

En effet, la référence pour le lexique, la prononciation et la grammaire de l’allemand commun est le dictionnaire de référence Duden (et, secondairement, le Wahrig), mais l’allemand ne connaît pas de norme d’usage académique comme c’est le cas pour la langue française depuis le XVIIè siècle avec la création d’une Académie française prescriptive.

Pays fédéral, l’Allemagne n’a pas connu de centralisation linguistique et culturelle à forte visée politique comme cela a été le cas en France lorsque Louis XIV a uni pouvoir monarchique absolu et domination culturelle centralisée.

Au contraire, l’Allemagne connaît une unité politique relativement récente, et a longtemps été subdivisée en petits Etats compartimentés avec chacun leur parler propre.

Cette tendance à la compartimentation linguistique, avec des dialectes très vivaces est toutefois en perte de vitesse aujourd’hui, en raison de fortes migrations vers les villes des populations jeunes en quête d’un travail, s’adaptant donc à l’allemand standard en vigueur et reléguant l’usage du dialecte à leur échange avec leur famille plus âgée et plus rurale.

 

…Et un peu de géographie pour comprendre le phénomène des dialectes allemands

Ce qui est fascinant, c’est l’interpénétration d’une langue et d’un territoire : on ne peut comprendre l’évolution linguistique de l’allemand et de ses variantes sans se pencher sur sa géographie.

En effet, l’allemand ce n’est pas seulement l’Allemagne : c’est tout un ensemble de régions germanophones, incluant la Suisse, le Liechtenstein, l’Autriche, le Luxembourg, ainsi qu’une partie des Pays-Bas, de la Belgique et de la France.

Les plaines urbanisées (comme la Basse-Saxe ou le Mecklembourg-Poméranie) et les zones portuaires majeures (en particulier autour d’Hambourg et de Rostock), où la circulation est favorisée par de nombreux axes routiers et maritimes, connaissent des flux importants de population, aussi bien intérieure qu’étrangère : le dialecte y est moins fort qu’ailleurs, et c’est le « hochdeutsch » qui domine alors les échanges.

En revanche, les zones montagneuses favorisent un certain repli des communautés locales sur elles-mêmes : les influences linguistiques y sont moins fortes qu’ailleurs, et les principaux traits de dialectes anciens y sont généralement mieux conservés qu’ailleurs.

Enfin, les zones frontalières constituent un cas particulier de géographie humaine : les dialectes, relativement bien implantés, y prennent souvent une forte dimension culturelle voire identitaire.

 

5 dialectes allemands à connaître

 

1. Le Bairisch (bavarois)

Commençons par un des dialectes allemands les plus emblématiques : le bavarois (ou « bairisch »). C’est un dialecte typique de la région de Bavière (ou « Bayern »), à l’extrême sud de l’Allemagne, à la frontière nord de l’Autriche et autour de la métropole régionale de Munich (« München »).

La région est montagneuse, assez indépendante culturellement, avec un folklore toujours vivace. Le dialecte bavarois y est toujours parlé, voire même revendiqué, à travers des chansons populaires en bavarois connues de toutes les générations et une ample littérature régionale.

Le bavarois ne se limite pas à un accent reconnaissable, il possède son propre lexique, y compris sur des mots du quotidien comme le fameux « Nix » pour remplacer le « Nichts » (rien) du « hochdeutsch », ou encore le typique « Bussi » qui vient à la place du « Kuss » (bisou) en « hochdeutsch ».

 

2. Le Frison

Partons cette fois pour le nord de l’Allemagne, sur les rivages de la mer du Nord et les îles frisonnes. Le frison est un dialecte beaucoup moins représenté en Allemagne que le bavarois, mais toujours parlé.

Il es très présent aussi dans le nord des Pays-bas, dans la province de Frise. Ce dialecte a des accointances à la fois avec le « niederdeutsch » (bas-allemand), le néerlandais et le vieil anglais plonge ses racines dans le Moyen-Age et dans une transmission maritime qui a donné aussi son cousin le « scots » (langue anglo-frissonne elle aussi, parlée en Ecosse et en Irlande du Nord).

Certaines consonnes dures comme le [t] initial se sont maintenues dans le dialecte frison, tandis qu’elles se sont adoucies en consonnes sifflantes dans le « hochdeutsch » : par exemple, « dass » et « Wasser » sont restés « dat » et « water » en frison.

 

3. L’Alsacien

L’alsacien est un reflet passionnant de l’histoire d’une région entre deux pays et deux cultures, la France et l’Allemagne. Il devint un enjeu politique dès l’annexion de l’Alsace par l’Allemagne lors de la guerre franco-prussienne de 1870, d’autant que l’usage du français y fut alors interdit.

Retour de balancier entre les deux guerres mondiales, où c’est la France qui imposa sa langue, avant que le régime nazi n’interdise à nouveau le français. Face à ces violents soubresauts de l’Histoire, le dialecte alsacien constitua un refuge culturel, et même une langue secrète pour l’opposition.

Ce dialecte mêle donc de façon originale les influences contraires (une langue latine, le français et une langue germanique, l’allemand), comme par exemple dans l’expression alsacienne « merci vielmols » (merci beaucoup), « Buschur » (bonjour) ou encore « Sàlü, geht’s ? » (salut, ça va ?).

Alsace
source : Adobe Stock

4. Le Francique rhénan

En allemand, ce dialecte s’appelle « Rheinfränkisch ». Il est intéressant de noter que ce dialecte est donc intimement lié à un fleuve – le Rhin – multinational. Le francique rhénan ainsi parlé dans les Länder allemands de Sarre, de Hesse et de Rhénanie-Palatinat, mais aussi en Alsace bossue et dans la partie nord-orientale de la Lorraine.

Pourquoi ce terme de « francique » ? Parce que les origines de ce dialecte remontent à l’époque médiévale du royaume des Francs. Le francique était ainsi… la langue maternelle de Charlemagne !

Des différences sont sensibles au niveau de l’évolution diachronique des consonnes. Ainsi, le francique rhénan se distingue du « hochdeutsch » et de l’alémanique qui, eux, ont connu la mutation consonantique du [p] en [pf] : le francique rhénan a conservé « Appel » (pomme), qui est devenu en allemand standard « Apfel ».

 

5. L’Alémanique

L’alémanique est en fait radicalement pluriel tant il recouvre de réalités linguistiques différentes : ce sont bel et bien les dialectes alémaniques.

On distinguera quatre groupes principaux parmi les dialectes alémaniques : le souabe, le bas alémanique, le haut alémanique et l’alémanique supérieur. Ce dialecte est parlé en Suisse alémanique, dans le land allemand de Bade-Wurtemberg, dans le pays français de Phalsbourg, dans le Vorarlberg autrichien, dans le Liechtenstein ainsi que dans le nord de l’Italie.

L’alémanique est donc emblématique des régions germanophones en dehors du territoire allemand proprement dit. Il est vivace en particulier dans les régions alpines limitrophes de l’Allemagne, où il connaît de nombreuses variantes suivant les pays mais même suivant les vallées montagneuses.

Une particularité notable de l’alémanique ? La fréquente transformation des voyelles longues telles que i et u en ie et ue : gut devient guet, grün devient gruen. La déclinaison du génétif est généralement supprimée au profit d’une structure prépositionnelle.

Pour ce qui est de la prononciation de la fin des mots, la consonne n ainsi que la voyelle e disparaissent le plus souvent en alémanique. On notera que cette troncation n’est pas propre à l’alémanique, mais est au contraire typique de nombreux dialectes européens : ainsi, en Espagne, le galicien ou l’andalou coupent-ils volontiers le s à la fin des mots castillans.

Livre écrit en allemand
source : unsplash

 

Au fil de cet article, on a vu combien ce qu’on appelle sans y penser « l’allemand » recouvre en fait une riche pluralité de dialectes. Du bavarois à l’alsacien en passant par le frison, ces dialectes sont en outre les reflets de réalités géographiques, historiques mais aussi culturelles très contrastées.

Il est donc essentiel de connaître leur existence, leur étendue et leurs particularités pour quiconque vise une région particulière d’Allemagne ou même une région germanophone non allemande mais frontalière.

Vous avez besoin de traduction de textes à destination de l’Allemagne ? Qu’il s’agisse du classique « hochdeutsch » ou de dialectes plus locaux, vous pouvez compter sur l’expertise linguistique des professionnels de la traduction tels que vous le trouverez sur Traduc.com.

Lire la suite de l'article

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

IWep – Comment craquer les clés WiFi

IWep est le nom de l’application permettant de craquer et donc de lire les clés WEP des connexions WiFi avoisinantes. Cette application, développé par un jeune espanol...

Publié le par Team WebActus
Webmarketing

Les 5 meilleurs blogs d’entreprises sur le thème du voyage

Aujourd’hui, c’est sur le web que démarrent la plupart des voyages  : réservation d’un vol ou d’un hôtel, recherche...

Publié le par Leo Chatillon