Navigation

Toutes les catégories

Filtrer par auteur

Voir les derniers articles

Storyboard vidéo : 10 étapes incontournables !

L’histoire des storyboards n’est pas si ancienne. Il était une fois un réalisateur de dessin animé qui avait besoin de coordonner des équipes différentes sur un seul projet, et...

Publié par Florian Fattier

L’histoire des storyboards n’est pas si ancienne. Il était une fois un réalisateur de dessin animé qui avait besoin de coordonner des équipes différentes sur un seul projet, et qui souhaitait que toutes sachent précisément ce qui était attendu d’elles. Son nom, c’était Walt Disney et son film d’animation s’appelait Blanche-Neige et les sept nains…

Aujourd’hui, le storyboard est toujours nécessaire dès que plusieurs personnes travaillent sur un seul montage vidéo, en effet cela permet de planifier les besoins de l’ensemble des plans nécessaires à votre vidéo aussi bien techniquement qu’artistiquement, le storyboard est un document clé pour un tel projet.. Vous en aurez aussi besoin pour l’animation de vos sites internet. Même la manière de dérouler un menu peut s’expliquer en images.

Si vous êtes chargé de conduire un projet vidéo pour votre entreprise, vous devez savoir combien l’étape de la création du storyboard est importante.

Voici comment mettre en place un projet que tout le monde saura lire et interpréter.

 

1. Définissez le script

faire un script avant de dessiner le storyboard conseil graphiste Freelance

Quel que soit le projet vidéo que vous conduisez, il y a une règle : votre storyboard doit toujours reposer sur votre script.

Autrement dit, il ne faut pas créer un storyboard tant qu’il n’y a pas de script.

Attention
De nombreux porteurs de projet vidéo font pourtant l’erreur de choisir les animations que leur vidéo va contenir et d’écrire ensuite leur script en fonction d’elles. Le plus souvent, cela conduit à des vidéos où le message perd en clarté.

Eh oui, l’idéal est d’écrire le script, de le diviser en séquences et de chercher les animations les plus à même de contribuer à ce que la vidéo atteigne ses objectifs.

 

2. Donnez des instructions précises

Afin de garantir que toutes les parties prenantes à votre projet vidéo sont sur la même longueur d’onde, il est primordial de leur fournir des instructions claires en vue de la création du storyboard.

storyboard conseil graphiste Freelance

  • Pour ce faire, la bonne idée est d’inclure les principales instructions directement dans le script.
  • En effet, il sera bien plus simple de créer le storyboard dès lors que le fond de chaque scène aura été décrit, que l’action de chaque scène aura été résumée ou que l’emplacement des éventuels textes présents dans le cadre aura été défini.
  • Notez bien qu’en la matière, mieux vaut trop de détails que pas assez…

 

3. Utilisez un moodboard

Les moodboard aident à définir des projets. Présenté en amont de votre story-board, le vôtre vous servira à indiquer le type d’animation souhaité, les couleurs qui seront mises en avant ou les sons à privilégier (musique, bruits urbains…). C’est une première étape qui permet de se recentrer avant de passer à une phase de réflexion plus poussée. Elle sera surtout utile à l’équipe créative, pour servir de source d’inspiration.

4. Découpez votre scénario

Le scénario est établi bien avant la réalisation. Le story-board sert de jonction entre eux. Il se présente sous la forme de cases où des croquis mettent en image ce que l’utilisateur final aura sous les yeux. Sous chaque case, une place est réservée au texte, qui peut être plus ou moins détaillé en fonction des besoins. L’image n’est pas toujours assez explicite : plus il y a de personnes différentes qui travaillent à partir du story-board, plus il sera nécessaire de le commenter.

 

5. Allez de l’idée au dessin

Chaque panneau doit correspondre à une idée principale. Il ne s’agit pas de prédessiner tout le film ou toute l’animation. Mais savoir que le panneau 1 concerne la présentation du personnage, c’est déterminer que ce personnage doit apparaître à ce moment-là.

La première étape d’un story-board, ce peut être de donner des titres à chacun des panneaux. Après viendront les illustrations. Puis les mouvements (de caméra, de transition ou autres). Et enfin les sons. Tout cela doit pouvoir être intégré sur le document, même de manière succincte.

Un template de storyboard à imprimer

 

6. Soyez ordonné

Le simple ajout d’une numérotation sur chaque panneau de votre story-board ne sert pas seulement à vous assurer qu’ils restent dans l’ordre. La plupart du temps, la logique prévaudra. Par contre, ces nombres facilitent la communication : il est plus pratique de dire « le fond du panneau 16 devrait être modifié » que « le fond de l’image du moment où le personnage saute dans le trou… »)

 

7. Soyez précis

Tout le monde n’a pas la même compréhension des termes comme « lentement » ou « rapidement ». Si vous prévoyez une animation, indiquez avec exactitude le temps qui est consacré à chaque partie ou à chaque action.

Il en est de même pour les transitions d’un écran à l’autre : soyez aussi explicite que possible. Un story-board, c’est un exposé comprenant des plans et des dessins, mais ce n’est pas une raison pour négliger le texte. Vous éviterez ainsi nombre de déconvenues !

Un story-board, c’est à la fois un outil de documentation et de communication. Son but est de transmettre une idée et d’aider chacun à travailler dessus ensemble. Il demande un certain temps de préparation (surtout s’il contient de nombreux détails) mais il permet d’en gagner ensuite. Il est d’ailleurs tout aussi utile pour présenter un projet à un client que pour le passer aux différents membres de l’équipe. C’est un outil… Et c’est vous qui décidez ce que vous en faites !

 

8. Soyez ouvert aux critiques de vos collaborateurs

Pour qu’un storyboard soit efficace, il est essentiel qu’il soit consulté dès sa création par les différentes parties prenantes au projet vidéo.

En effet, puisqu’il s’agit du document qui planifie les besoins techniques et artistiques de votre projet, pourquoi ne pas laisser la possibilité aux scénaristes, aux acteurs, aux responsables du son et aux membres de vos équipes plus généralement de vérifier que le storyboard ne contient pas de coquille ?

En vous enfermant sur vous-même, vous risquez de laisser passer des éléments que vous ne maîtrisez peut-être pas. Aussi, osez vous ouvrir aux critiques qui ne peuvent qu’être bénéfiques à votre projet.

9. Synchronisez bien script et animations

  • Puisque le storyboard n’est ni plus ni moins qu’une feuille de route visuelle des animations de votre vidéo, sa consultation doit permettre de savoir immédiatement quelles animations correspondent à quelle partie du script.
  • Aussi, même si le storyboard se compose de dessins parfois approximatifs, c’est à cette étape — et pas plus tard — que vous devez vous assurer que script et animations sont synchronisés.

Si les éventuels problèmes ne sont pas décelés et corrigés à cette étape, il y a de fortes chances que vous gaspilliez une partie du budget en faisant créer des animations qui ne seront finalement d’aucune utilité. Dommage…

10. Montrez

Si le format vidéo a bien un avantage, c’est celui de pouvoir montrer. Aussi, si votre vidéo a vocation à promouvoir un produit, n’omettez pas de le mettre en lumière face caméra.

  • Trop de porteurs de projet utilisent encore la vidéo pour raconter un produit en présentant ses avantages et ses inconvénients ou même le décrire.
  • Il suffit pourtant bien souvent de le montrer pour que votre cible sache ce qu’est le produit et quels atouts il va leur offrir.
  • Aussi, étudiez votre storyboard et assurez-vous que votre concept transparaît clairement.
Le saviez-vous ?
Si ce n’est pas le cas, il faut absolument le réviser avant d’aller plus loin car il y a de fortes chances qu’il ne suscite pas assez l’engagement !

Après avoir écrit le script et fourni des instructions claires aux storyboardeurs, la création du storyboard est un passage obligé dans tout projet vidéo.

Avant de le valider définitivement, assurez-vous toujours de la synchronisation script/animations, demandez aux différents techniciens et artistes intervenant sur le projet d’y jeter un œil.

Et surtout analysez le storyboard pour voir si la vidéo sera suffisamment engageante pour atteindre ses objectifs.

 

Vous avez besoin d’un professionnel de l’image ? Trouvez dès maintenant un monteur vidéo freelance sur Graphiste.com et téléchargez gratuitement un cahier des charges pour encadrer la création de votre vidéo.

Vous pouvez aussi vous lancer à l’aide d’un logiciel de montage vidéo gratuit.

Lire la suite de l'article

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Graphisme

8 clefs pour créer une police d’écriture équilibrée

Il existe aujourd’hui un nombre impressionnant de polices d’écriture à télécharger, de tous styles et pour toutes les utilisations, gratuites ou payantes, et sous plusieurs...

Publié le par Camille
Graphisme

Application mobile : les règles typographiques à respecter

Si le webdesign se fait de plus en plus responsive, avec des menus et des blocs de contenus adaptés aux différentes tailles d’écran, la question de la...

Publié le par Melanie De Coster