Quand un SMS peut exploiter une faille de sécurité dans Windows Phone 7

  Aucun système n’est sûr à 100 % et si quelqu’un veut vraiment pénétrer un système, il trouvera toujours une porte d’entrée à exploité. Cependant,...

 

Faille Windows Phone 7

Aucun système n’est sûr à 100 % et si quelqu’un veut vraiment pénétrer un système, il trouvera toujours une porte d’entrée à exploité. Cependant, cette porte peut être plus ou moins grande/facile à ouvrir et malheureusement c’est le cas par cette nouvelle faille qui touche les téléphones Windows Phone 7 et exploitable avec un seul SMS… Mauvaise pub juste avant Noël !

(suite…)

Afficher les commentaires (2)

Commentaires

  • Quand un SMS peut exploiter une faille de sécurité dans Windows Phone 7 « L'Info Autrement cftc hus

    […] Cliquer ici pour voir la vidéo. […]

  • HTC 7 Mozart – Pearltrees

    […] Pour vous rendre compte des dommages que cela peut causer, voici une vidéo montrant cette faille en action. Je vous laisse la découvrir: Vous voilà donc prévenu, si vous tournez sous Windows Phone 7, faîtes attention à qui vous parler et quel SMS vous ouvrez car l’exécution de ce code malicieux pourrait avoir de grave conséquence sur le bon fonctionnement de votre téléphone et surtout de votre morale. Quand un SMS peut exploiter une faille de sécurité dans Windows Phone 7 | WebActus […]

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

WordPress : 5 optimisations SEO simplissimes pour vos articles

Si WordPress est le CMS le plus populaire (et, par extension, la plateforme de blog la plus utilisée), c’est notamment grâce à sa simplicité...

Publié le par Leo Chatillon
Webmarketing

Quel type de créatif êtes-vous : faites le test d’Adobe et découvrez votre profil

Adobe propose un test rapide pour connaître son « quotient créatif ». L’article Quel type de créatif êtes-vous : faites le test d’Adobe...

Publié le par Thomas Coeffe