Navigation

Toutes les catégories

Voir les derniers articles

Comment vaincre le syndrome de l’imposteur ?

Le syndrome de l’imposteur peut toucher n’importe qui, quel que soit son emploi ou son statut social, mais les personnes très performantes dans leur travail, ou à des postes...

Publié par Sebastien Turbe

Le syndrome de l’imposteur peut toucher n’importe qui, quel que soit son emploi ou son statut social, mais les personnes très performantes dans leur travail, ou à des postes élevés, en souffrent souvent.

Les personnes atteintes du syndrome de l’imposteur doutent en effet de leur succès et de leurs capacités, et craignent d’être « démasquées », comme tout imposteur.

Les psychologues ont décrit ce syndrome pour la première fois en 1978. Aujourd’hui, des études rapportent qu’entre 62 et 70 % de la population souffre du syndrome de l’imposteur.

De nombreuses personnes ressentent les symptômes pendant une période limitée, par exemple dans les premières semaines d’un nouvel emploi. Pour d’autres, l’expérience peut durer toute la vie.

Dans cet article, nous examinons les différents symptômes du syndrome de l’imposteur et quelques moyens de le surmonter.

 

Êtes-vous atteint du syndrome de l’imposteur ?

syndrome de l'imposteur

Les symptômes du syndrome de l’imposteur sont très particuliers. Il s’agit essentiellement de l’incapacité à intérioriser le succès. Par exemple, un chanteur peut avoir reçu toutes sortes de récompenses, de disques d’or, enchaîner des tournées triomphales, le tout sans arriver à se défaire du sentiment qu’au fond, il est un imposteur, sans talent, et qu’il ne mérite pas ce succès.

Il peut se dire que ces récompenses ne sont que de la chance, qu’elles arrivent à un moment où il n’y avait de toute manière pas de grande concurrence, ou qu’il a réussi à tromper tout le monde, mais qu’il sera bientôt découvert qu’il ne s’agit que d’une arnaque.

Là où quelqu’un recevant un compliment se sentira bien dans sa peau, heureux et confiant, une personne atteinte du syndrome de l’imposteur percevra ces éloges comme une surestimation de ses capacités.

Si cela vous dit quelque chose, voici quelques questions à vous poser pour savoir si vous êtes atteint par le syndrome de l’imposteur :

  • Méritez-vous votre place, vos succès, votre salaire ?
  • Vous vous mettez beaucoup de pression ?
  • Manquez-vous de confiance en vous ?
  • Avez-vous déjà craint que les gens s’aperçoivent que vous n’en êtes pas digne ?
  • Après une réussite, vous dites-vous qu’il s’agit d’un coup de chance, ou essayez-vous d’atténuer votre rôle dans ce succès ?
  • Pensez-vous être malhonnête, en faisant croire à votre entourage que vous avez plus de succès que vous n’en avez réellement ?
  • Pensez-vous que les autres surestiment votre succès ?

Si vous avez répondu oui à plus de deux de ces questions, vous pourriez être atteint du syndrome de l’’imposteur.

Cela ne peut que vous donner un aperçu très succinct d’un potentiel diagnostic positif, mais si vous avez l’impression d’être concerné, vous devriez peut-être envisager de consulter un thérapeute pour obtenir une évaluation formelle et un traitement.

Une chose est sûre, si vous avez répondu « oui » à plusieurs des questions ci-dessus, je vous invite à poursuivre votre lecture !

 

Comment se débarrasser du syndrome de l’imposteur ?

syndrome de l'imposteur

En parler

Bien évidemment, la première chose à faire, c’est d’en parler !

S’ouvrir à un professionnel de la santé mentale peut vous permettre d’identifier la raison de ces sentiments, ce qui donne la possibilité de s’attaquer par la suite aux causes sous-jacentes.

Certains experts recommandent la thérapie de groupe comme option de traitement : de nombreuses personnes atteintes du syndrome de l’imposteur croient (à tort) qu’elles sont seules à éprouver ces sentiments, ce qui les conduit à l’isolement.

Bien sûr, dans la plupart des cas, le mieux reste de commencer par partager vos sentiments avec un collègue, un ami ou un membre de votre famille, pour vous aider à avoir une vision plus réaliste de vos capacités et de vos compétences.

Acceptez que la perfection n’existe pas

Pour avoir une bonne estime de soi, vous devez accepter à la fois vos forces et vos faiblesses. Personne n’est parfait, et les erreurs sont inévitables dans la vie.

Apprendre à accepter que les choses tournent parfois mal peut accroître la résilience et le bien-être mental. Réfléchissez à quelqu’un que vous admirez et trouvez ses défauts. Vous pouvez aussi en parler directement à vos mentors : le plus souvent, vous constaterez que les personnes que vous admirez le plus ont exactement les mêmes sentiments que vous – et pourtant vous reconnaissez combien elles sont talentueuses !

Si vous vous trouvez dans un milieu qui vous pousse sans cesse à la perfection, changez d’environnement et entourez-vous de personnes bienveillantes, qui vous complètent et vous encouragent de manière positive : ces personnes seront d’une aide précieuse lorsque vous serez en proie au doute.

Acceptez de ne pas plaire à tout le monde

Le syndrome de l’imposteur va de pair avec une faible estime de soi : si vous souffrez du syndrome de l’imposteur, vous avez sans doute une vision déformée du regard que les autres portent sur vous, qui reflète en réalité la façon négative dont vous vous percevez vous-même.

Le premier pas vers la guérison est de cesser de vouloir plaire à tout le monde.

Acceptez les compliments

Cessez de rejeter les compliments et de vous concentrer sur les critiques. La prochaine fois que votre responsable vous félicite pour votre travail ou que vos collègues vous remercient pour votre contribution, écoutez-les, acceptez ce qu’ils disent et remerciez-les. C’est aussi simple que cela.

Notez vos succès et les compliments que vous recevez dans un carnet. Dès que vous commencez à douter de vous, jetez un coup d’œil à votre carnet pour renforcer votre confiance.

Cessez de vous comparer aux autres

Répétez après moi : «  Chaque être humain est unique et possède ses propres compétences et talents. ». Cessez de comparer vos échecs et vos succès à ceux des autres, et acceptez ce que vous êtes.

Rassurez-vous, même si vos collègues semblent tout à fait confiants aujourd’hui, ils auront certainement connu des moments de doute dans le passé.

Votre parcours n’est pas linéaire et comporte autant d’échecs qui vous ont aidé à grandir et ont contribué à votre situation actuelle : concentrez-vous sur ça !

 

Si vous avez découvert que vous êtes atteint du syndrome de l’imposteur, et que votre situation ne s’améliore pas malgré la mise en application de ces quelques conseils, n’hésitez pas à demander l’avis d’un professionnel de la santé mentale, qui vous aidera à améliorer votre estime de soi.

5
/
5
(
1

vote

)
Lire la suite de l'article
Afficher les commentaires (0)

Commentaires

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

Gestion de projet : 10 offres d’emploi en CDI

Nouvelle semaine, nouvelle sélection d’offres d’emploi dispatchées dans toute la France, avec cette fois-ci une sélection pour les chefs de...

Publié le par Ludwig Herve
Webmarketing

CGI valorise l’intrapreneuriat et récompense les projets « tech for good » de ses collaborateurs

CGI organise depuis deux ans l’Innovathon. Cette année, la thématique « Tech for Good » en a fait le plus important challenge...

Publié le par Thomas Coeffe