Navigation

Toutes les catégories

Filtrer par auteur

Voir les derniers articles

13 erreurs qui peuvent ruiner votre campagne emailing

Selon Databox, en 2019, 52 % des spécialistes marketing ont commis entre 2 et 5 erreurs dans leur stratégie emailing. Même si l’email reste un outil performant pour convertir...

Publié par Camille

Selon Databox, en 2019, 52 % des spécialistes marketing ont commis entre 2 et 5 erreurs dans leur stratégie emailing.

Même si l’email reste un outil performant pour convertir vos leads, il est possible de se planter. Comment ? En faisant l’une de ces erreurs…

 

1. Ne pas accueillir les nouveaux abonnés

Un nouvel utilisateur vient de s’abonner à votre liste de diffusion ? C’est une excellente nouvelle ! Mais l’erreur serait de le laisser mariner jusqu’à votre prochaine campagne…

Les emails de bienvenue sont essentiels pour captiver directement vos prospects. Pourquoi ? Parce qu’au moment où ils reçoivent ce message, les utilisateurs se trouvent encore probablement sur votre site. C’est donc le moment parfait pour augmenter leur panier d’achats ou les inciter à la conversion.

De plus, les emails de bienvenue ont des taux d’ouverture plus élevés que les autres messages. Mais ce n’est pas tout ! Ils génèrent 320 % de revenus supplémentaires par rapport aux autres campagnes, avec un taux de transaction 336 % plus élevé et un taux de clic 196 % plus haut que tout autre email.

Vous devez en tirer parti !

 

2. Envoyer le mauvais contenu remarketing

Le remarketing consiste à envoyer des emails ciblés à des abonnés qui ont déjà effectué une action sur votre site :

  • Achat,
  • Téléchargement,
  • Ajout à la wishlist, etc.

Ces leads ont plus de chances de se convertir que les nouveaux visiteurs.

Cependant, cette méthode est efficace uniquement si vous l’utilisez avec intelligence, en tenant compte de la maturité du prospect et de son positionnement dans le cycle d’achats.

Exemple
Prenons l’exemple d’un client qui achète une paire de chaussures sur votre boutique. Vous pouvez le recibler avec des emails contenant des vêtements, des accessoires ou autres produits liés à cet achat. C’est plutôt une bonne idée, car ces articles l’aideront à peaufiner sa tenue. Par contre, l’erreur serait de lui proposer des chaussures similaires ! S’il a récemment acheté une paire, il y a peu de chance qu’il en rachète une autre dans la foulée. La pire erreur serait de lui renvoyer des publicités pour le modèle qu’il s’est offert…

 

3. Envoyer trop d’emails !

Ce n’est pas parce qu’un utilisateur s’est inscrit sur votre liste de diffusion que vous devez le bombarder de messages toute la journée.

En moyenne, une personne reçoit 121 emails par jour. Pas étonnant que la principale raison pour laquelle les utilisateurs se désabonnent des listes de diffusion est qu’ils reçoivent trop de messages.

Notre conseil
Limitez votre communication par email en envoyant vos promotions une fois par semaine au maximum. Vous pouvez monter à deux messages hebdomadaires, de manière exceptionnelle, lors de périodes de forte consommation.

Une bonne pratique consiste à permettre aux abonnés de définir leurs préférences lorsqu’ils s’inscrivent. Laissez-leur le choix de la fréquence, mais aussi du type d’information qu’ils veulent recevoir. Ensuite, segmentez-les en fonction de leurs réponses.

 

4. Envoyer sur la mauvaise landing page

S’il y a une déconnexion totale entre votre page d’atterrissage et votre email, les abonnés abandonnent la conversion. Que ce soit au niveau du design ou du texte, votre landing page doit reprendre les codes de votre email. Les visiteurs sauront qu’ils sont au bon endroit.

Par ailleurs, la page d’atterrissage doit s’inscrire dans la continuité des promesses de votre message. Cette dernière doit apporter des informations complémentaires et utiles à vos prospects, concernant le sujet principal de l’email.

 

5. Considérer le taux d’ouverture comme métrique la plus importante

Le taux d’ouverture des emails ne constitue pas une mesure assez pertinente pour juger l’efficacité de votre campagne emailing. Un courriel est considéré comme ouvert lorsqu’une image se charge dans la boîte de réception de l’utilisateur. Si vos destinataires ont bloqué le téléchargement des visuels par défaut, l’email ouvert ne peut pas être suivi.

De même, si votre message est lu sur un appareil mobile, où les images ne sont pas téléchargées automatiquement, cela entraîne une baisse du taux d’ouverture.

Bon à savoir
Il est préférable de se concentrer sur les taux de clics dans l’email et les conversions issues de votre campagne emailing. Ces indicateurs démontrent réellement l’impact et l’efficacité de votre message.

 

6. Penser que la planification est inutile

Une campagne emailing ne s’improvise pas : ne pas planifier et travailler en amont son contenu peut vous coûter cher…

Un mail fait à la va-vite peut comporter des erreurs de frappe qui, au mieux, n’auront aucun impact sur votre cible, au pire, entacheront votre image professionnelle.

Par ailleurs, la planification d’une opération emailing vous aide à détecter des moments importants pour vos ventes :

Ce qui garantit le succès de votre business !

 

7. Acheter un fichier d’emails

Grossir le nombre d’envois en achetant des listes vous coûtera de l’argent, un taux d’ouverture très faible et un retour sur investissement inexistant.

Vous risquez d’acheter un fichier d’adresses obsolètes, d’accroître votre taux de bounce et d’être jugé comme spammeur par votre FAI.

Ajoutons qu’il est illégal d’envoyer un mailing promotionnel sans l’autorisation explicite des destinataires. Non, vraiment, c’est une mauvaise idée !

Notre conseil
Ciblez vos envois vers des clients identifiés qui se sont inscrits à votre newsletter, qui ont téléchargé un contenu sur votre site ou acheté un produit sur votre e-commerce. Vous obtiendrez une bien meilleure délivrabilité et un ROI plus important.

 

8. Négliger l’objet

L’objet de votre email est déterminant pour en faire un message lu ou non. S’il est trop long ou trop court, le client n’ira pas plus loin.

L’objet doit susciter l’envie tout en spécifiant la nature unique et exclusive de votre campagne. Par ailleurs, il doit à tout prix ne pas contenir de spam words.

 

9. Ne pas adapter votre offre

Au même titre que l’objet, le contenu ne doit pas être trop long. Il doit, évidemment, présenter un réel intérêt pour votre cible.

Votre client doit être récompensé pour sa curiosité avec une offre qu’il ne peut refuser, parce qu’elle est exceptionnelle, en accord avec ses besoins, inédite, etc.

 

10. Mettre plus d’images que de texte

Les boîtes de messagerie sont parfois configurées pour ne pas afficher les visuels par défaut. Si vos emails ne contiennent que des images, beaucoup d’entre eux arriveront vides chez leurs destinataires.

Nous en revenons à l’erreur précédente : travaillez les textes pour qu’ils donnent envie aux destinataires d’afficher les photos de l’email ou de visiter votre site internet.

 

11. Oublier le call-to-action

Votre client a ouvert et lu votre email. Et après ? Il doit effectuer une action, n’est-ce pas ? Cependant, il attend de votre message qu’il le guide vers ce qu’il doit faire.

Sans call-to-action, vous éludez la vocation même de votre campagne : vous faire connaître et vendre.

Encouragez l’internaute avec des verbes d’action :

  • « Acheter »,
  • « Précommander »,
  • « En profiter »,
  • « En savoir plus »…

 

12. Communiquer à tort et à travers

Les envois trop fréquents impactent négativement l’intérêt de vos clients potentiels et ternissent votre image de marque. Ils finiront par se désabonner ou pire, vous reporter comme spammeur.

La subtilité d’une stratégie emailing repose sur le choix d’une fréquence qui permette de ne pas vous faire oublier, sans être trop envahissant.

Notre conseil
Envoyez 1 newsletter par semaine, au maximum.

 

13. Ignorer les appareils mobiles

50 % des mobinautes suppriment un mail qui ne s’affiche pas correctement sur mobile. Alors qu’un contenu qui s’affiche de manière adaptée à un fort pouvoir de conversion : les revenus générés par les emails lus sur smartphone ont progressé de 37 % en 1 an.

Vérifiez toujours la compatibilité et le design de votre email sur petits écrans avant l’envoi.

 

Conclusion

L’email marketing n’est pas mort, ce sont vos erreurs qui le tuent ! Pour tirer le maximum de cet outil, évitez ces écueils et, comme toujours, analysez régulièrement les résultats de vos campagnes pour affiner votre stratégie.

Faites appel à un graphiste freelance professionnel sur Codeur.com pour réaliser un template responsive, moderne et en accord avec votre charte graphique.

4.2
/
5
(
5

votes

)
Lire la suite de l'article
Afficher les commentaires (0)

Commentaires

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

Une algo qui vous aide à trancher : Faut-il acheter un iPad ou pas ?

Voilà une algorithme qui devrait vous éclairer sur la grande question du moment : Devez-vous craquer et acheter un iPad ? Je ne vais pas vous refaire une énième...

Publié le par Team WebActus
Webmarketing

10 outils gratuits pour envoyer des gros fichiers via internet

Vous avez besoin d’envoyer un fichier lourd à vos contacts mais ce dernier est trop volumineux pour être envoyé par e-mail  ? Pas de...

Publié le par Leo Chatillon