Navigation

Toutes les catégories

Filtrer par auteur

Voir les derniers articles

Faut-il privilégier un traducteur local pour votre projet de traduction  ?

Faut-il privilégier un traducteur local pour votre projet de traduction ? C’est une question moins simple qu’il n’y paraît… En effet, à y bien regarder, le traducteur aussi...

Publié par Elodie

Faut-il privilégier un traducteur local pour votre projet de traduction ? C’est une question moins simple qu’il n’y paraît… En effet, à y bien regarder, le traducteur aussi bon soit-il reste aussi le fruit d’une histoire et d’une géographie humaines, et possèdera généralement une seule langue maternelle et un seul lieu de résidence.

Par conséquent, une connaissance des deux langues (au moins), mais qui n’est pas la même dans l’un et dans l’autre cas.

On fait le point sur les conséquences dans votre demande de traduction, autour de la question suivante : faut-il privilégier un traducteur local pour votre projet de traduction ?

 

Comprendre les différences profondes entre langue maternelle, langue seconde et langue étrangère

Avant d’aller plus loin, il nous faut revenir sur les distinctions entre langue maternelle, langue seconde et langue étrangère.

La langue maternelle, comme son nom l’indique, est la langue apprise au sein du foyer, transmise par les parents. Elle est celle à travers laquelle l’enfant construit ses premières représentations du monde et ses premières interactions sociales.

Même chez un adulte devenu multilingue par la suite, la langue maternelle reste celle dans laquelle on rêve, dans laquelle on jure – la langue qu’on habite, en somme.

La langue étrangère est une langue acquise, le plus souvent à travers l’apprentissage scolaire, puis à travers des voyages.

Contrairement à la langue maternelle, le traducteur a souvent d’abord abordé cette langue à travers le prisme de la grammaire, de la structure de la langue.

Le rapport à cette langue (même si elle plaît) est donc d’abord intellectuel, tandis que la langue maternelle plonge avant tout ses racines dans l’affectif.

Enfin, on distingue aujourd’hui la notion de langue seconde. Celle-ci est un type particulier de langue étrangère.

Elle désigne une langue qui a été apprise et parlée dès le plus jeune âge par le locuteur, mais à côté de la langue parlée dans son foyer et dans sa communauté.

Cette langue seconde est souvent une langue répandue et à la structure écrite bien établie, qui remplit le rôle de langue de l’enseignement et de l’administration, en co-présence avec de multiples dialectes oraux dans la vie courante.

Ce schéma de langue seconde se retrouve notamment dans certains pays d’Afrique anciennement colonisés par la France.

traducteur local pour traduction
Source : freepik.com

 

Quels enjeux concrets dans le travail de traduction ?

Le traducteur va comprendre intuitivement, profondément le sens du texte source écrit dans sa langue maternelle.

Par contre, ne l’ayant pas toujours étudié sous un prisme universitaire, il pourrait rencontrer certaines difficultés si la langue cible est précisément sa langue maternelle.

En effet, moins attentif puisque c’est sa langue maternelle et que la maîtrise de celle-ci semble donc indiscutable, le traducteur peut avoir tendance à s’aveugler sur ses tics de langage personnels, ou à avoir trop d’assurance dans un domaine spécialisé qu’il ignore bien que ce soit dans sa langue.

A l’inverse, le traducteur qui traduit un texte dont la langue source n’est pas sa langue maternelle peut buter sur le sens de certaines expressions en langue étrangère, mais le rendu du texte final en langue cible sera très fluide puisqu’il l’écrira dans sa langue maternelle.

Le traducteur en langue seconde est un cas intéressant, car en lui a pu s’opérer très tôt une scission, entre la langue informelle et la langue formelle.

Il sera donc à même de se spécialiser avec aisance dans un domaine juridique ou universitaire dans sa langue seconde.

traducteur local pour traduction
Source : freepik.com

 

Nos conseils

OK pour la théorie. Mais maintenant, comment pouvez-vous passer à la pratique lors de votre demande de traduction : devez-vous ou non privilégier un traducteur local ?

La réponse dépend de votre type de texte.

Si vous souhaitez un rendu parfaitement fluide, choisissez un traducteur dont la langue cible est la langue maternelle.

Si vous préférez vous focaliser sur une parfaite compréhension du sens du texte (par exemple un texte très spécialisé), choisissez plutôt un traducteur dont la langue source est la langue maternelle.

L’idéal reste cependant de scinder le travail de traduction en deux phases, attribuées à deux traducteurs différents.

On distingue d’abord le travail de traduction sur la langue source, effectuée par un traducteur dont la langue source est la langue maternelle.

Puis le travail de révision sur la traduction déjà effectuée, à réaliser par un autre traducteur, dont cette fois la langue cible est la langue maternelle. Vous vous assurez ainsi le meilleur des deux côtés.

Pour confier vos projets de traduction à une équipe d’experts linguistiques organisés et réactifs, vous pouvez compter sur les traducteurs spécialisés de Traduc.com.
Lire la suite de l'article
Afficher les commentaires (0)

Commentaires

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

Drupal 7 dans 3 jours !

Drupal 7 sort ce mercredi 5 janvier ... Plus que 3 jours à attendre !

Publié le par Team WebActus
Webmarketing

[Infographie] – Le profil des utilisateurs PC vs MAC

Il y a quelques semaines, je vous avais déjà publié une infographie vous aidant à choisir entre un PC ou un MAC. Je remet ça avec cette fois, une illustration vous présentant les...

Publié le par Team WebActus