Navigation

Toutes les catégories

Voir les derniers articles

Web design : 5 règles pour vos boutons call-to-action

Ces fameux « Call To Action », casse-tête pour marketeurs et graphistes. Comment faire en sorte qu’ils sortent du lot, qu’ils soient cliqués...

Publié par Valentin Thomas

Ces fameux « Call To Action », casse-tête pour marketeurs et graphistes.
Comment faire en sorte qu’ils sortent du lot, qu’ils soient cliqués ou encore mieux, qu’ils convertissent ?

Voici quelques règles glanées auprès d’experts pour que le design et l’accroche de vos boutons fassent cliquer vos visiteurs.

Bon à savoir
Cet article met à jour notre précédent papier « Comment perfectionner le design de vos boutons » sur lequel nous ne reviendrons pas ici.

N’hésitez pas à le consulter pour compléter votre lecture !

1. Donnez un feedback à votre utilisateur

Nous avons tous connu cette situation frustrante de cliquer sur un bouton sans que rien ne se passe.

Évitez ce sentiment désagréable en mettant en place un feedback visuel et/ou sonore (plus rare) pour que votre utilisateur sache que sa requête est en cours de traitement.

Cela rassurera le visiteur et vous évitera de le voir partir de votre site parce qu’il s’est impatienté à cause d’un bouton qu’il pensait non fonctionnel.

En manque d’inspiration  ? Voici 15 animations CSS pour dynamiser vos call-to-action  !

2. Ne laissez pas le pli faire la loi

Le « pli », la « ligne de flottaison »… Appelez-la comme vous voulez, mais vous trouverez beaucoup d’articles vous conseillant de mettre votre call-to-action au-dessus de cette ligne après laquelle il faut scroller pour voir le reste de la page.

Seul problème  : vous demandez à vos clients de réaliser une action parfois avant même qu’ils aient compris la valeur ajoutée de votre produit ou service.

  • D’après les tests de marketingexperiments, parfois une page « longue et moche » suivie d’un CTA peut avoir des résultats étonnants.
  • Dans le cadre de leur expérience, ils ont obtenu un taux de conversion supérieur de 74 % par rapport à la page témoin avec le call to action au-dessus du pli.

Cette technique peut-être efficace pour les produits et services dont le bénéfice n’est pas immédiatement identifiable, comme dans cet exemple où un think tank demandait des dons.

3. Utilisez la première personne

Un CTA c’est du design certes, mais c’est aussi des mots.
Et si le « vous » est de rigueur dans le corps de votre page, essayez donc de mettre un peu de « moi » ou de « mon » dans le texte des boutons.

CTA bouton exemple web

Copyblogger a fait le test : entre le CTA témoin et sa nouvelle version (Treatment B ci-dessus) ils ont remarqué une augmentation de 24 % des résultats.

L’histoire ne dit pas si la suppression du numéro de téléphone et l’ajout de la petite phrase mettant l’accent sur les bénéfices y sont pour quelque chose, mais c’est une variation non négligeable que vous pourrez tester sur vos propres sites.

4. Mettez à profit l’émotion et l’enthousiasme

cté bouton call to action

De nombreuses études ont traité ce sujet  : l’émotion fait vendre, et cela passe aussi par vos CTA.

Plutôt qu’un simple « Réservez », une agence de voyage devrait utiliser « Réservez le voyage de vos rêves  ! ». La notion de rêve renvoie directement à l’imaginaire du client et le point d’exclamation donne du punch à l’appel à l’action.

5. Testez, testez, testez

  • Choisirez-vous le sobre et sérieux bouton rectangulaire ou opterez-vous pour plus de rondeur avec un bouton à coins arrondis  ?
  • Quelle couleur convertit le plus  : rouge ou vert  ?
  • Ce texte-ci génère-t-il plus de clics que ce texte-là  ?

A ces trois questions, il n’y a qu’une seule bonne réponse  : faites des tests pour savoir ce qui marche le mieux.

Chaque site est unique, et il en va ainsi des goûts de votre cible, des modes au moment où votre page va sortir… Une recette qui a bien marché pour certains ne fonctionnera pas forcément pour d’autres.

Soyez créatifs et lancez-vous dans des expérimentations pour connaître les recettes qui VOUS correspondent. Un seul conseil à respecter quoi qu’il arrive  : faites des boutons qui ressemblent à des boutons.

Si vous jouez à « Où est le bouton », vous perdrez forcément des prospects potentiels en route.

Notre conseil
ABtasty, Optimizely, Unbounce… Nombreuses sont les solutions d’AB testing disponibles sur le marché… Découvrez-en quelques-unes ici  !

 

Vous avez bien intégré nos conseils mais ne vous sentez pas de taille pour les appliquer  ?
Engagez un graphiste sur Graphiste.com pour réaliser vos boutons, et bien plus encore, à votre place  !

Lire la suite de l'article
Afficher les commentaires (0)

Commentaires

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Graphisme

Comment créer une stratégie de marketing visuel ?

Dans le marketing, tout est souvent question de stratégie. Stratégie de contenu pour les uns, stratégie d’attaque pour les autres… et...

Publié le par Melanie De Coster
Graphisme

Web design : 5 conseils pour réussir le site d’un restaurant

En tant que propriétaire d’un restaurant, vous n’avez que quelques minutes, voire quelques secondes, pour convaincre un gourmet potentiel de venir manger chez...

Publié le par Melanie De Coster