Navigation

Toutes les catégories

Voir les derniers articles

[Sponsorisé] – Les enjeux de l’internet au Canada

Les français devraient être contents de leur situation : pour des prix tout à fait raisonnables – et ce malgré l’augmentation de la TVA – ils peuvent bénéficier d’un Internet...

Fibre réseau

Les français devraient être contents de leur situation : pour des prix tout à fait raisonnables – et ce malgré l’augmentation de la TVA – ils peuvent bénéficier d’un Internet rapide et sans aucune limitation. La semaine dernière l’Internet canadien subissait un tsunami après l’annonce du CRTC, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes, d’autoriser les fournisseurs d’accès à facturer à l’ensemble de leurs clients chaque composant de leur abonnement Internet.

Comprenez chaque composant de leur abonnement par bande passante utilisée, temps de connexion ou la quantité de données téléchargée. Cette annonce ne change pas grand-chose pour les consommateurs lambda qui ne bénéficient pas d’illimité mais qui achète une certaine capacité de bande passante. En revanche, là où le bas blesse c’est pour les petits fournisseurs d’accès qui achètent de la bande passante de manière illimitée pour la revendre à leur client. Ces fournisseurs de service internet Montreal ne limitent pas leur utilisation aussi les consommateurs ont tout intérêt à les choisir. Or, les grands fournisseurs d’accès accusent ces acteurs secondaires d’utiliser de la bande passante au dépend de leurs propres clients, ralentissant l’Internet destiné à leur clientèle et les poussant à investir pour garder la qualité de leur réseau.

L’intervention du CRTC vise à mettre tout le monde sur un pied d’égalité étant donné que le service internet est un service public, donc payable à l’utilisation. Mais le problème repose sur le coût de production méconnu de la bande passante par rapport à celui de l’électricité ou du gaz. Si des experts s’attachent à clarifier ce point, les fourchettes sont très larges de 1cent le Go à 15. Or, les fournisseurs pourraient facturer jusqu’à 2$ le Go. Ceux-ci argumentent sur le fait qu’une telle augmentation pourrait servir à moderniser le réseau câblé. Or, la marge bénéficiaire de ces acteurs de l’Internet est déjà très gourmande, à savoir 25,9 % en 2008.

Cependant, les géants de l’Internet craignent pour leur position face à la montée d’acteurs tels que Netflix ou Apple, Tou et Google TV. Les circuits traditionnels de télédistribution sont bel et bien détournés par ces nouvelles offres très attractives. Si l’Internet est plus cher et limité, les consommateurs seront contraints de s’en détourner et de rester sur les canaux traditionnels.

Une étude de l’OCDE spécifie que les Canadiens paient 55 fois plus cher en moyenne que les Japonais pour l’accès à internet haute vitesse, 16 fois plus cher que les Français ou quatre fois plus cher que les Danois.

Source : Le Devoir

Afficher les commentaires (0)

Commentaires

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

Google Chrome envoie les bloqueurs de publicités vers une mort certaine

La nouvelle version de la plateforme Manifest, destinée à l’usage des extensions Google Chrome, pourrait bien condamner les bloqueurs de publicité. The...

Publié le par Cyrielle Maurice
Webmarketing

RDV professionnel : comment faire une bonne première impression ?

Amy Cuddy, professeure à la Havard Business School, a dit ceci  : “Si la personne que vous essayez d’influencer ne vous fait pas confiance, vous...

Publié le par Celine Albarracin