Navigation

Toutes les catégories

Filtrer par auteur

Voir les derniers articles

[Infographie] – La censure Internet mondiale

Malgré que l’on soit dans un pays où la liberté d’expression est au centre de notre vie, la censure sur Internet existe toujours et est présente. Cette infographie...

Censure mondiale

Malgré que l’on soit dans un pays où la liberté d’expression est au centre de notre vie, la censure sur Internet existe toujours et est présente. Cette infographie revient sur ce phénomène qui vise à contrôler l’expression des individus. Elle s’attache à présenter les zones mondiales actuelles de censure, quel genre d’informations et de supports sont censurés, comment le gouvernement fait pour censurer et pour quelles raisons le fait-il ?

Je vous laisse découvrir l’image qui est très parlante et très bien réalisée. On remarquera que les blogs et les partis politiques sont les médias les plus censurés. On voit aussi que la France comme la majorité des pays du nord développés peuvent être soumis à la censure (minime mais censure possible). Au début, j’ai été étonné mais au final ça me parait plausible que notre gouvernement exerce un minimum de censure/surveillance… En tout cas, voilà une infographie intéressante et éducative qui reflète bien la situation actuelle.

Source : Yuxiyou

Afficher les commentaires (0)

Commentaires

Newsletter WebActus

Abonnez-vous pour recevoir notre sélection des meilleurs articles directement dans votre boîte mail.

Nous ne partagerons pas votre adresse e-mail.

Articles similaires

Webmarketing

Android 12 : nouveautés, date de sortie, rumeurs, tout savoir

Ce qu’il faut savoir sur la mise à jour Android 12 : nouveautés officialisées par Google, date de sortie envisagée, rumeurs sur Android 12… L’article...

Publié le par Alexandra Patard
Webmarketing

Coupe du monde de football 2018 : les usages autorisés et interdits des marques de la FIFA

À première vue, le football paraît assez simple comparé à d’autres sports. Et pourtant, 220 pages régissent « les lois du...

Publié le par Thomas Coeffe